Créateur de vocations humanitaires 
Autres témoignages

De Michèle, Fonctionnaire de l’aviation civile

Ma mission humanitaire au Bénin

De retour du Bénin depuis quelques jours, j’ai encore un peu de mal à réaliser ce que j’ai vécu là-bas.

Superbe mission humanitaire,  sans aucune déception car très proche de ce que j’avais imaginé en consultant le site MH (association MISSION HUMANITAIRE) et en participant au séminaire.

La découverte est pourtant bien au rendez-vous, dans les émotions, les lieux, les échanges avec les enfants de l’orphelinat Amour et Manon, le travail en parfaite harmonie avec l’équipe locale qui est constituée de personnes adorables.

Nous avons effectué une partie de la mission humanitaire dans des villages de brousse, des villages de pêcheurs, des écoles pour la partie médicale. J’ai vraiment aimé cette partie de la mission car elle m’a permis de faire certaines choses que je n’aurai jamais imaginé possible, « régulation » des personnes qui arrivent pour bénéficier d’une consultation médicale, assistance aux médecins béninois, Hassan et Noël, distribution des médicaments aux patients.

Cela a été vraiment très fort de rencontrer les villageois et leurs enfants. Nous avons eu la chance d’être invités à passer une soirée dans le village de Sikilé, c’était hors du temps et vraiment formidable.

Je garde pour la fin les émotions ressenties avec les enfants de l’orphelinat « Amour et Manon »  qui nous ont apporté leur confiance, leurs envies, leurs sourires, leurs danses ….  cela a été une vraie bouffée d’énergie à chaque rencontre.

Je ne sais pas encore trop mesurer ce que nous avons pu apporter mais je mesure chaque jour un peu plus ce que j’ai reçu, ce que toutes ces rencontres continuent de m’apporter.

Merci à tous ceux qui ont fait partie de cette mission humanitaire, avec qui j’ai aimé partager tous ces moments et bien sûr à notre chef de mission Léa, sans qui c’est sûr ça n’aurait pas pu être aussi bien.

De Blandine, Enseignante

Une expérience humanitaire au Bénin

Après plus d’une année à hésiter avant de me lancer, l’aventure humanitaire a commencé par la rencontre d’une famille engagée lors d’un séminaire à Azay-le-Rideau.

La famille « MH » (MISSION HUMANITAIRE).

blandinebL’organisation, les témoignages et les vidéos m’ont rassurés. On en ressort avec une seule envie : partir de suite pour vivre cette expérience.

Me voila alors engagée pour une mission humanitaire de deux semaines au Bénin. Découverte d’une culture bien différente de la notre ; d’une population accueillante et souriante.

blandinecLes enfants de l’orphelinat « AMOUR et MANON » sont très attachants. C’était les vacances, alors les matins il fallait assurer des cours de soutien avant de leur proposer des activités plus ludiques l’après-midi.

Les plus petits sont volontaires et demandent beaucoup d’énergie. Leurs rires et leur joie de vivre sont communicatifs.

Je me suis vraiment sentie utile lors du soutien scolaire à l’école. Les enfants sont très demandeurs et volontaires.

blandinedLes missions médicales nous permettent de partir à la rencontre de population plus reculées. Certains n’ont jamais été consultés et ne savent pas ce qu’est une balance ou un thermomètre. Avec peu de connaissances en médecine j’ai réussi à trouver ma place grâce à bon travail d’équipe. Parfois nous sommes confrontés à la barrière de la langue avec les béninois plus âgées mais leurs yeux et leurs regard savent nous remercier.

Encore merci à Léa notre chef de mission, à nos cuisinières, à nos deux chauffeurs ainsi qu’à notre super équipe de bénévoles.

Bonne humeur, travail, entraide, danses et bonnes blagues ont été de la partie … Superbe expérience humaine !!!

Difficile de repartir avec le sentiment de ne pas avoir donné assez par rapport ce qu’ils ont pu nous apporter …

Pour y remédier je ne vois qu’une seule chose : REPARTIR !

Blandine

De Elodie, Aide-soignante

Ma mission humanitaire au Bénin

De retour de ma première mission au Bénin avec Mission Humanitaire … que vous dire …?

Waouh … c’est une expérience exceptionnelle !

Pour notre 1ère journée, nous avons fait la découverte du pays avec cette rencontre du roi Vaudou, l’accueil chaleureux des ces villageois de Ouidah avec qui nous avons partagé leurs danses et leurs musiques, le temple des pythons et de la forêt sacrée.

Ce qui nous a permis d’apporter au mieux notre aide et de comprendre davantage ce peuple pendant ces deux belles semaines.

Ensuite, nous avons rejoint l’orphelinat « AMOUR et MANON ».

Un accueil au rythme de la musique, de la danse et le sourire toujours présent (comme tous les béninois) nous ont épaté.

Nous avons fait une visite de l’orphelinat avec ces enfants très contents de nous montrer leur chambre, le jour de leur anniversaire affiché dans la salle de vie …

elodie_beninNous avons effectué des activités de loisirs, des sorties et du soutien scolaire.

Des enfants demandeurs et qui veulent toujours aller plus loin.

En quelques mots, un énorme partage avec ces enfants de rires, de tendresse, de sourires …

Une mission diversifiée avec ces missions médicales qui nous ont amenées dans les villages de pêcheurs et de brousses. Dès notre venue, les enfants accourraient, curieux de nous voir. Chaque villageois voulant aider à nous installer au mieux. Un moment d’échange avec ces béninois qui nous montrent qu’avec très peu de moyens pour vivre, arrivent à garder cette joie de vivre.

Merci à notre super chef de mission (Léa) et notre petite équipe de bénévoles avec qui nous avons créé une bonne collaboration.

Également un grand merci au personnel béninois qui nous accompagné lors de notre mission.

A bientôt pour une nouvelle aventure avec MH

De Philippe, Consultant, Port Louis

Le Bénin

Je suis parti avec M.H. après une première rencontre au séminaire à Azay.

En tout point en conformité avec ce qui est présenté ce voyage Béninois fût pour moi totalement réussi.

L’organisation est parfaite, cadrante et rassurante, on se sent en totale tranquillité.

philippebeninLa mission de ce début de Juillet était orientée médicale et école avec notamment un centre aéré à créer et animer.

Lors des missions santé en village, j’ai apprécié de pouvoir échanger avec les habitants, le chef du village, un artisan …

A l’école, pas plus que coté santé, j’étais en dehors de mes compétences habituelles, mais la rencontre avec tous ces enfants sont une source de bonheur immense et le travail commun et les ressources de chacun et chacune nous ont permis d’obtenir des résultats inimaginables lors de la première journée !!

Les Béninois sont sympathiques et ouverts, ils vont toujours bien !! il est nécessaire de s’engager dans un échange plus long pour les entendre expliquer ce qui va moins bien. Ils sont à ce titre comme à beaucoup d’autres, exemplaires et capables de nous aider à grandir.

Ces voyages sont pour moi le moyen de rencontrer les gens, le pays, de m’enrichir et si possible transmettre une aide qui commence par une reconnaissance, un sourire …

Mission humanitaire me l’a permis, mes co-pairs de ce groupe de début juillet en a scellés la réussite, toute ma gratitude pour vous toutes et tous.

Un très grand merci aussi à ces enfants, de l’école Sagace et de l’orphelinat Amour et Manon ainsi qu’à tous les encadrants.

Philippe – Bénin Juillet 2013

De Michel, Chef de mission, France

Hommage aux bénévoles

Au fil des missions que j’encadre  pour Mission Humanitaire ce qui me surprend toujours, c’est moins l’évolution des pays et des populations  que nous soutenons que l’engagement des bénévoles pour nos actions humanitaires.

Que ce soit au Cambodge, au Bénin, à Madagascar, ou en Inde en mission de courte durée, mission médicale ou de soutien à un orphelinat, qu’ils viennent de tous horizons, de couches sociales différentes, et quelque soit leur âge, je retrouve toujours auprès de chacun d’eux une même motivation : la volonté de donner, d’être utile, de partager

Au-delà de grands mots qui pourraient marquer cet engagement : solidarité, humanisme…. c’est le plus souvent le cœur qui parle.

Mais ce projet individuel devient très vite un projet collectif et là encore j’admire cette  capacité  à  intégrer  une équipe, à se frotter aux autres !! Exigence de partage, de tolérance…

michelcEnfin il y a la rencontre avec ceux qui  souffrent ou qui ont besoin d’aide. L’affec alors l’emporte. Les moments d’immenses bonheurs sont parfois ternis par le sentiment d’être inutiles mais là encore, votre investissement, votre disponibilité  viennent compléter les actions médicales et les sourires que vous recueillez, les dessins qui vous sont remis sont bien la preuve que vous avez réussi à donner un peu de réconfort et de bonheur. Souvenez vous des fous rire des enfants et le regard des adultes pendant une partie de un, deux, trois soleil.

Une tribu ? Oui nous faisons parti d’un clan de ceux qui aident, qui donnent, qui espèrent……… mais sans vous Mission Humanitaire ne pourrait survivre.

Un grand merci à  vous médecins, infirmières, bénévoles à Barbara, Jean, Karine, Malika…. et à vous tou(te)s avec qui j’ai partagé des expériences exceptionnelles.

A bientôt

Michel

De Anne-Laure, Dentiste, Granville

Petit témoignage de ma mission humanitaire en Orissa

En résumé, magnifique mission dans ces camps de réfugiés tibétains : que du bonheur, du bonheur et encore du bonheur.

Première mission et certainement pas la dernière : on ne sort pas indemne d’une telle expérience. On en revient plus éclatant plein de joie et d’amour.

annelaure1La mission médicale m’a permis avec Patricia, mon assistante dentaire, de soigner des Tibétains des 5 camps de réfugiés et quelques indiens. Nous avons également checké tous les enfants des écoles et les moines des deux monastères. Nous sommes allés faire de la prévention buccodentaire dans les camps devant les villageois et les maîtres de camps et aider les populations avec toute l’équipe et avec nos moyens mis à disposition.

Quel accueil ! Ces tibétains sont vraiment des personnes merveilleuses. Je suis heureuse d’avoir pu exercer mon métier là-bas et d’avoir apporté mon aide à ce peuple extraordinaire. Merci à eux qui nous ont tous émus par leur accueil, leur sourire, leur grande bonté malgré leur fragilité économique.

annelaure4Concernant notre rencontre avec les enfants de l’orphelinat, ce fut également un très grand moment. Une journée passée avec ces 23 petits loulous âgés de 6 à 13 ans, moments de partage ponctués par des jeux, des fous rires, des câlins et de l’amour partagé. Ce fut un grand honneur que ce soit notre mission qui décida du nom de cet orphelinat Asanta et Tinu, d’après les noms de deux des orphelins.

Et pour la petite histoire, à ce jour, nous sommes parrain et marraine d’Asanta. Que du bonheur.

La guest house où nous résidions nous permettait depuis le toit de dominer le grand monastère ainsi que l’immensité des vallées nous entourant et d’observer chaque soir un magnifique ciel étoilé. Un calme bienfaisant régnait partout en ces moments-là. Nous parlions que peu et toujours à voix basse. Le silence ne se rompait que lorsque jaillissaient en cascade nos rires bienveillants.

Ce fut donc une très grande aventure humaine partagée avec toute notre petite tribu fabuleuse ainsi que notre chef de mission Thierry. Merci à toute la tribu qui fut ma famille tout au long de cette mission et avec laquelle nous avons partagé tant de bons moments, de joies, d’émotions, de fous rires. Une très très grande complicité que nous avons tissée dès l’aéroport.

Un merci tout particulier à notre chef de mission Thierry. Sa sincérité, sa sensibilité, son grand cœur, son amour du monde et des autres, sa faculté de cultiver une attitude altruiste, de donner sans attendre en retour, de ne considérer que le bien d’autrui. Merci à lui de ne pas penser qu’à court terme (dons financiers) mais d’essayer de bâtir des solutions à long terme qui nécessitent plus d’investissement mais qui seules pourront aider ces populations dans le besoin. Et surtout merci à lui d’avoir essayer de nous transmettre toutes ces qualités.

Un grand merci à tous ceux qui m’ont écrit et aussi à ceux qui m’ont accompagnée en pensée.

Lire la suite de cette entrée »

De Boris, project manager

Mission Bénin Décembre 2012 : Que du bonheur !!!

Je suis parti pour ma première mission au Bénin en ce mois de décembre 2012.

En résumé cela n’a été que du bonheur !!! Une mission humanitaire c’est flirter en permanence avec les émotions, belles comme les paysages grandioses du Bénin, belles comme les contacts humains que nous établissons, mauvaises quand on voit des choses qui ne correspondent pas à nos valeurs ou lorsqu’on rencontre des gens malheureux.

boris1Je ne connaissais personne et ai eu la chance d’être avec une équipe formidable. Il y avait seulement deux médecins et aucun infirmiers et je me suis découvert une nouvelle passion, « bobologue » et assistant des médecins. Intéressant de voir les cas particuliers en fonction des écoles, des villages de quoi faire des statistiques !!!

Enfin les missions au Bénin ne seraient rien sans Amour et Manon, l’orphelinat. Quelle leçon de vie que nous donnent ces enfants. Un amour, non feint et partagé. Je me souviens de la piscine et la première distribution de cadeaux de Noël, des petits qui jouent au Théâtre et des grands qui dansent. De leur solidarité aussi.

Huit jours après mon retour, je ne sais quoi mais je sais que quelque chose a changé en moi et c’est grâce à eux et à ce voyage.

De Noëmie, professeur des écoles

Bénévolat humanitaire au Bénin

Je suis partie cet été pour une mission à l’Orphelinat « Amour et Manon » et je suis encore pleine d’émotion en y repensant.

noemie1J’étais très impatiente de partir, d’apporter ma pierre à l’édifice et de rencontrer les enfants de l’orphelinat. J’étais aussi pleine de questionnement : Vais-je être à la hauteur?…Quels liens vais-je réussir à tisser avec les membres de l’équipe, les enfants de l’orphelinat et la population native du Bénin?….

Une fois à Ouidah, mes interrogations ont vite disparues !

Léa et toute son équipe nous ont tout de suite fait sentir qu’on avait notre place et l’envie commune de chaque membre de l’équipe d’être utile, a fait le reste.

Encore chapeau Léa, car ton professionnalisme et ton investissement ont fait de cette mission une réelle réussite. On voit que l’association MISSION HUMANITAIRE réalise un véritable projet de développement et le mènera à son terme. On se sent cadré et écouté à la fois; on nous fait confiance. On rit beaucoup sans perdre de vue pourquoi on est là. Les debriefs ont été des moments très utiles et très forts où on mettait des mots sur le ressenti de la journée. Au programme, pas de langue de bois et beaucoup de fous rires….

noemie2Mes plus belles rencontres ont été celles avec les enfants de l’orphelinat. Ils nous accueillis et « adoptés » très rapidement. Les échanges ont été simples et faciles. Leur personnalités, leur quotidien, leur envie de partager… ça a été très touchant. Sans parler des chants et danses improvisées, de la piscine, des trajets à 20 dans la camionnette, des jeux, du soutien scolaire (Je n’avais jamais vu d’enfants aussi motivé pour travailler!), …

Autant de moments inoubliables.

Les missions médicales dans les villages ont été aussi très riches en rencontres, échange, travail et fous rires. J’y ai beaucoup appris dans tous les sens du terme.

En bref, cette mission a été une belle aventure humaine sur tous les plans. L’association, Léa, l’équipe des bénévoles et surtout les enfants , hommes et femmes rencontrées là bas m’ont beaucoup apporté et font partie de moi maintenant.

Un grand merci !

Noëmie

Christelle, 32 ans, Responsable de Formation et Qualité

Ma mission humanitaire au Bénin en 2012

L’idée d’aider ceux qui avaient moins que moi était enfouie dans ma tête depuis longtemps.

On y pense, et la vie suit son cours…mais on n’oublie pas. Et puis un jour, on ressent un besoin d’aller au bout.

Lorsque l’on veut faire de l’humanitaire sans avoir de qualifications les grands noms associatifs nous ramènent à la « réalité » : Si je ne fais pas partie du corps médical à quoi vais-je servir ? Vers qui me diriger ? Vais-je tenir ? etc…

christelle2Ces questions je me les suis posées avant de rencontrer l’association Mission Humanitaire, et en un séminaire ils m’ont convaincue et je me suis rendue compte que « oui, à mon niveau aussi, je peux être utile ».

Des explications claires, des témoignages et des rencontres enrichissantes, il était évident que quelques soient nos expériences, notre histoire, nos origines nous avions tous un seul but : AIDER.

Ma première expérience m’a amenée au Bénin.

Nous n’étions pas dans le cadre d’une mission classique car je suis partie seule avec 2 médecins, mais finalement ce fut une réelle chance car j’ai pu les accompagner dans les villages alors que je n’ai aucune formation médicale.

Mon emploi du temps était partagé entre l’orphelinat et les visites de zones.

christelle3Mes actions ? Pesée et mesures des enfants, gestion de la pharmacie, soins des « bobos », l’aide au devoir et des gestes que les médicaments ne peuvent pas apporter : un regard, un sourire, un câlin, une caresse.

Des images et des sons sont encore très présents dans ma tête…et dans mon cœur. Des situations coquasses me font toujours autant rire quand je les raconte, et notre perception de la vie n’est plus vraiment la même à notre retour.

Un encadrement sérieux, des interlocuteurs disponibles, ouverts attentifs et d’une générosité incroyable c’est la recette d’une mission réussie.

christelle1Durant ces 12 jours, je n’ai pensé à rien d’autre que cette mission et à ce que je pouvais faire pour eux en me rendant compte seulement à la fin que ce sont tous ces visages qui ont fait quelque chose pour moi.

Je remercie Mission humanitaire pour leur confiance, Pierre-Paul, Joseph pour leurs attentions, leur bienveillance, nos rires et les enfants pour tout et bien plus encore.

On m’avait prévenue « l’humanitaire est un sacré virus » et je crois que je suis « piquée » et prête à repartir.

De Philippe, Technicien supérieur, Rungis

Ma mission humanitaire à Madagascar

Nous sommes mi décembre et curieusement cette année je n’arrive pas à rédiger ma lettre au père Noël …

mada_1Comme par hasard je reviens de mission à Madagascar, mission qui a été pour moi assez dure sur le plan psychologique.

Cette dernière s’est passée entièrement à l’hôpital d’Ambanja, qui est le reflet de la pauvreté et de l’insalubrité.

Parallèlement nous avons réalisé une enquête sur l’approvisionnement en eau et l’installation de latrines au sein de la population.

C’est une expérience très forte mais très enrichissante.

mada_2Être accueillis avec le SOURIRE par des femmes et des hommes n’ayant pas de sanitaires et puisant l’eau pour leur quotidien est quelque chose d’inimaginable qui déclenche en soi beaucoup d’interrogations. Notamment que va devenir ce peuple chaleureux et souriant si personne ne l’aide à se remonter ?

Je crains que leur déclin économique ne s’aggrave et que leur avenir soit affecté.
C’était ma deuxième mission avec l’ONG MISSION HUMANITAIRE et j’ai revu et rencontré des « anciens ».
Il suffit d’en faire une pour comprendre le pourquoi des choses……….

Connexion Tribu MH
:
: