Les témoignages de volontaires

Accueil » Connaître MH » Les témoignages de volontaires

Mathilde, un médecin en mission humanitaire

Une mission humanitaire : Des rencontres formidables !

Mathilde est médecin hospitalier, gériatre et oncologue. Elle a participé à une mission humanitaire au Cambodge. L’équipe était constituée de 15 personnes, venant de toute la France. Une équipe bénévole, encadrée par une Cheffe de mission. Des compétences multidisciplinaires, une bonne ambiance au service des populations démunies du Cambodge. Une équipe venue en renfort de l’équipe MH au Cambodge. Des rencontres formidables.

Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises raisons pour partir en mission humanitaire.

enfant cambodge des rencontres formidablesEn tant que médecin, il est rare de ne pas y avoir pensé à un moment ou à un autre, au cours de nos études ou de notre vie professionnelle.

Le plus souvent, ce n’est jamais le moment pour une question de contraintes personnelles ou professionnelles.

Finalement ma décision a été prise de façon assez impulsive et rapide. J’ai senti que c’était le moment ou jamais.

J’ai trouvé par hasard le site de MH (l’OSI MISSION HUMANITAIRE) et j’ai été conquise par leur professionnalisme.

Première mission au Cambodge.

personne agee des rencontres formidablesJ’avais beaucoup d’anxiété avant le départ. J’avais peur de ne pas être à la hauteur, crainte d’avoir des difficultés pour m’intégrer. Finalement j’en garderai le souvenir de rencontres formidables.

Tout d’abord avec le groupe, car nous étions tous unis vers un même objectif. Ensuite avec les médecins cambodgiens, les traducteurs et l’équipe locale. En effet, notre accompagnatrice et notre chauffeur étaient présents durant tout le séjour. Avec l’équipe MH Cambodge, de vrais échanges ont pu avoir lieu.

Des rencontres formidables lors de cette mission humanitaire

Également, nous avons vécu des rencontres formidables avec la population locale, accueillante, souriante, gaie malgré leurs difficultés du quotidien. Ils nous exprimaient toute leur gratitude de façon très délicate.

On aimerait pouvoir en faire plus mais je n’ai pas ressenti d’amertume et je suis prête à partir de nouveau.

Une infirmière en mission humanitaire

Anissa est infirmière. Elle est partie en mission humanitaire à Madagascar. Une expérience humaine riche en émotions, partages et soins au service des populations démunies.

Madagascar, le pays où tout a commencé.

enfants madagascar infirmiereL’aventure MH a commencé pour moi à plus de 8700 kilomètres de la France, à Madagascar. Un pays d’une richesse culturelle et des paysages à couper le souffle.
Une première mission empreinte d’émotions, de partage et de soins.

Tout d’abord, de Mahajanga à Antananarivo, les rencontres humaines n’ont cessé d’être plus belles les unes que les autres. A l’image de ces populations toujours souriantes et courageuses malgré leurs situations physiques et leurs conditions de vie très précaires. Des femmes, des hommes, des enfants, des nourrissons qui plongent leur regard dans le vôtre et qui vous rappellent combien vous aimez prendre soin de l’être humain.

Ensuite, j’ai toujours une pensée pour la petite Julia et sa maman, dont l’histoire m’a profondément touchée et m’a rappelé à quel point j’aimais mon métier d’infirmière.

Infirmière en mission humanitaire au service de la population Malgache.

Madagascar, c’est une mission partagée entre plusieurs postes. La régulation des personnes accueillies, la collaboration avec les médecins locaux et l’équipe de traducteurs, la préparation des médicaments destinés aux patients, la rénovation et l’animation des petits bouts de chou. En passant par les soins infirmiers réalisés en plein milieu de la brousse malgache. Typique !

Mais une mission à Madagascar n’en serait pas une sans les aléas des transports malgaches, les rires, l’ambiance, les danses locales, le manque de sommeil, les situations difficiles etc.

Enfin il est important de noter l’implication et la bonne humeur de l’équipe locale : Dani, Angelin, Patrick, Sabiah, Cynthia, Zhu, Andry, Mabnick, Joshua, Anta, Irène, Dr Michel, Dr Jocelyn, Dr Randria etc.

L’inoubliable équipe de bénévoles avec qui des liens d’amitiés uniques se sont tissés : Michelle, Camille, Marion, Jeanne, Michelle S, Pascal LG.

Et bien entendu, notre chef de mission Florent au top, sans qui cette mission n’aurait pas été la même.

Madagascar, c’est une expérience MH qui vous rappelle chaque seconde les raisons de votre engagement en tant qu’infirmière humanitaire.

Prendre l’avion pour Madagascar avec pour objectif la solidarité

Frédérique est infirmière puéricultrice. Elle a participé à une mission humanitaire à Madagascar. Une aventure humaine de solidarité dans l’objectif d’apporter son aide et ses compétences au services des populations démunies. « Lors de ma 2ème mission humanitaire avec MH, je suis partie sur l’île de Madagascar à la rencontre du peuple Malgache ».

« Madagascar c’est l’Asie en Afrique ».

femme enfants madagascar solidariteMadagascar, c’est une terre de couleur, ancrée dans une culture ancestrale, une mixité dans l’origine des populations ainsi que des paysages magnifiques et improbables. Une destination où se mélangent les taxis- brousse, les zébus et leur chargement, les pousse-pousse, mais aussi l’extrême pauvreté. Une pauvreté présente partout au milieu des sourires des adultes et des enfants. Madagascar, la solidarité à quelques heures d’avion.

« Cette mission humanitaire a été extrêmement riche du fait de sa diversité dans nos lieux d’actions ».

population madagascar solidaritéNous sommes intervenus dans la périphérie de la ville de Mahajanga, au centre de détention pénitentiaire, auprès des personnes mendiantes et des enfants des rues. Nous avons pu aider également un orphelinat ainsi que le village de brousse à Mangabé.

Nos journées ont été rythmées par la musique dans le bus du matin, mais surtout par les émotions, le partage et les rencontres avec la population. En effet, ces échanges avec la population lors des consultations, les regards croisés dans les rues, ainsi que la fusion avec l’équipe locale ont contribué à la réussite de notre mission. Une équipe locale qui est dans la bienveillance permanente en ayant le souci de nous rendre heureux … en nous faisant partager leur culture et leur quotidien.

« Faire une mission humanitaire avec MH, c’est aller à la rencontre des personnes nécessiteuses dans des lieux insolites, improbables ».

Lors de cette mission humanitaire, MH s’est encore beaucoup investi dans l’aide à apporter aux plus démunis, par des actions concrètes et spontanées. Le tout géré par Michèle, une cheffe de mission au grand cœur, d’une humanité et d’une bienveillance sans faille, toujours à l’écoute de son équipe.

Cette mission est restée comme une empreinte au fond de moi et chaque jour je pense à ce que j’ai vécu, ce que j’ai fait, ce que j’ai pu donner de moi et appris des rencontres. Je pense également à la richesse de ce que les gens m’ont apporté par leur sourire, leur gentillesse, leur gratitude et leur envie de partager. Cette mission à Madagascar, c’est un choc émotionnel fort qui résonne encore en moi car la pauvreté et certaines conditions de vie sont toujours difficiles à regarder et à accepter.

« Bien sûr pour moi l’aventure n’est pas terminée car je repartirais l’année prochaine avec MH »

… pour continuer la chaine de solidarité auprès de ces populations qui nous en apprennent plus que ce qu’on leur donne !!!

Première expérience humanitaire à Madagascar pour Sandra

Sandra exerce en tant qu’huissier de justice dans la vie de tous les jours. Elle a quitté la ville de Saumur où elle réside, pour s’engager bénévolement pendant 15 jours, au sein d’une équipe humanitaire. Une expérience humaine en faveur des populations démunies de Madagascar.

Première expérience humanitaire !

enfant experience humanitaireUne belle expérience, à la fois humaine et personnelle.

L’appréhension du départ a vite fait place à l’excitation et l’envie d’une nouvelle journée à vivre et à partager. Une expérience à partager, tant avec les populations qu’avec l’équipe que nous avons formé pendant ces deux semaines.

Chaque journée était remplie de sa dose d’émotions et de questions plus ou moins existentielles. Il y avait les sourires mais aussi parfois, la « boule au ventre » face à des situations qui nous dépassaient, nous qui vivons dans notre bulle de confort.

J’ai été agréablement surprise de me sentir utile, à mon petit niveau, n’ayant aucune compétence médicale.

Je me suis beaucoup interrogée pendant la mission sur l’impact de notre intervention principalement médicale, vu la réalité du pays. Beaucoup de questions sur la nécessité d’intervenir plus en amont par des actions de fonds (infrastructures, routes, préventions plus poussées sur les règles d’hygiène, le tri des ordures …).

Depuis mon retour, j’ai réfléchi et je me surprends et me plais à croire que la Légende du Colibri peut devenir réalité.

La légende du Colibri : elle tire son nom d’une légende amérindienne. Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! ». Et le colibri lui répondit : « Je le sais, mais je fais ma part ».

Gaëlle, assistante maternelle agréée

Gaëlle, 33 ans, a réalisé son rêve qui était de pouvoir partir en mission humanitaire.

« Je m’appelle Gaëlle, j’ai 33 ans, maman de 2 enfants, mariée depuis 12 ans et j’ai enfin réalisé mon rêve : partir en mission humanitaire ». Je suis enfin parti en mission et quelle expérience, quel vécu, quel ressenti !

femme enfant partir en mission humanitaireCette phrase est totalement vraie : tant que tu ne l’as pas vécu, tu ne peux pas comprendre.

Ça a été un enrichissement personnel tellement intense. Et l’Afrique : quel continent magnifique ! Je garde du Bénin, un accueil tellement mémorable, tellement chaleureux.

Nous avons rencontré une joie de vivre malgré la pauvreté et le peu de moyens.

Les habitants, nos guides et toutes les personnes qui nous ont reçu durant notre séjour, ont été d’une gratitude comme je ne l’ai jamais connu ici en France.

Qui aurait cru que moi, si réservée, si à fleur de peau, je réussisse cette mission … Je la ressens comme une satisfaction personnelle.

À l’aéroport, nous sommes partis à une équipe et on ne se connaissait pas.

groupe de personnesAprès deux semaines de mission, nous sommes devenus une famille, membre d’une grande famille MH. Nous étions si complémentaires et si fusionnels durant cette mission : un vrai travail d’équipe. Je suis très nostalgique, j’ai vraiment envie de repartir en mission et je repartirai. Notre cheffe de mission a été une personne tellement réceptive et à notre écoute : quelqu’un d’exceptionnelle.

Ce que je peux vous dire aujourd’hui, c’est que MH agit sur des besoins concrets. Après avoir vécu cette mission, je peux vous assurer que les actions de MH et les consultations médicales, sont vraiment bénéfiques à la population.

C’est vrai que cela peut paraître comme une goutte dans un océan, mais quand on est sur le terrain, on peut mesurer l’efficacité des actions. Quand on consulte 300 personnes en 3 jours dans des villages, on mesure à quelle point les actions sont utiles. Quand on discute avec la population, on comprend que cette mission est une réussite. C’est sûr qu’on passe du rire aux larmes. De la satisfaction à l’impression de ne pas avoir fait assez. Mais grâce au débriefing chaque soir, nous faisons le point et nous nous rendons compte que nos actions ont été bénéfiques.

Je revois ces enfants, ces femmes et la population heureuse de recevoir des soins médicaux. Je revois leur sourire après la consultation.

C’est tellement dur de résumer ces 2 semaines, mais je vous assure que si vous hésitez encore n’hésitez plus et partez aider en mission avec MH.

groupe de personnes afriqueChaque jour de mission, nous sommes accueillis en toute sécurité. L’organisation de la mission est très bien cadrée. J’ai pu constater que ce que nous faisons sur le terrain, c’est du concret.
Nous avons pu mesurer aussi l’efficacité dans le temps des actions MH. Nous avons pu mesurer l’évolution au Togo sur les travaux qui ont été effectués, grâce à des bénévoles venus avant nous.

Alors, un petit conseil : ne vous sous-estimez jamais. Que vous soyez du médical ou non, croyez-moi, vous apprendrez vite grâce à l’équipe MH. Tout est bien organisé et chacun apprend à être efficace dans l’équipe.

Merci à vous MH, merci à tous les bénévoles du Bénin et merci à tous les bénévoles du Togo.

Merci à vous mes amis Togolais et mes amis Béninois. Vous m’avez tellement apporté, que je suis heureuse. Heureuse d’avoir pu apporter ma modeste contribution en deux semaines de mission seulement.
À très bientôt MH et merci pour tout.

De Emmanuelle, Informaticienne et volontaire en Inde du Sud

Mission humanitaire Inde du sud du 29 Septembre au 11 Octobre

Que dire ? Une quinzaine, une mission indescriptible au milieu de cette population si fragile : les intouchables.

Riche de rencontres, de variété d’actions.

2 enfants mission humanitaire inde du sudUne leçon d’humilité.

Construction d’un mur dans une école pour sauver l’éducation de ces enfants.

Consultations pour réconforter et prendre soin de ces personnes non considérées de leurs semblables.

Soins aux lépreux, un grand moment, le plus fort de la mission.

Dépistage, immersion dans les villages, dans le quotidien des familles. Des enfants au regard lumineux qu’on a envie de prendre nos bras à tout moment.
Un accueil chaleureux, dispensés par des êtres, pourtant dans le dénuement total.

Une cheffe de mission qui a mené l’équipe avec bienveillance, toujours présente, rassurante, à l’écoute, disponible qui nous fait partager son amour de l’inde.

3 enfants mission humanitaire inde du sudMerci Michèle, merci Bernard, Cath, Cathy, David, Doc, Dorine, Isabelle, Laurence, Margaux, Mathilde, Sandosh.

Mission humanitaire Inde du Sud : une belle expérience. Difficile à raconter, il faut le vivre.

Je repartirai.

 

 

personne homme mission humanitaire inde du sudUne mission humanitaire en Inde du sud, c’est le moyen de venir en aide à une population qui souffre. Une mission humanitaire complète en termes d’actions.

Vous aussi, vous pouvez vivre cette expérience humaine hors du commun. Poser votre candidature pour une mission, ne vous engage pas : cela vous permet d’entrer en contact avec le secrétariat, afin d’avoir plus de renseignements sur la possibilité de partir en mission humanitaire.

Une association sérieuse, des volontaires actifs et utiles sur le terrain, des actions pérennes pour les populations aidées.

De Marion, expérience humanitaire à Madagascar, novembre 2019

Marion est conseillère en économie sociale et familiale de profession. Elle souhaite nous donner son témoignage sur sa mission humanitaire réalisée en Novembre 2019 à Madagascar.

Retour sur quinze jours de mission.

En premier lieu, mon ressenti avant le départ. J’appréhendais le choc, pas spécialement culturel mais plus de modes de vie, de conditions de vie et la pauvreté à laquelle j’allais pouvoir être exposée. Également, j’avais aussi quelques aprioris sur le concept « maison MH », avec les « privilèges » que cela implique et je pensais dommageable de ne pas vivre 100% l’aventure en immersion complète dans le pays.

Avec le recul de la mission, je trouve que la prise en charge MH est vraiment bien et nécessaire au bon déroulé de nos journées. Ces journées sont longues et chargées en fatigue et en émotions. Sans cela, nous devrions faire un choix entre de l’énergie pour les journées en mission et l’intendance quotidienne. Apriori disparu ✔️

L’ambiance générale de ce groupe était top, nous étions unis lorsqu’il le fallait, pour agir en faveur de la population.

enfants groupe de personnes MHD’une façon générale, un grand merci à l’équipe locale pour leur disponibilité, leur temps et leur gentillesse.

Pour ce qui est de la mission en elle-même, j’ai été agréablement surprise de me sentir si utile alors que nous intervenions dans un domaine dans lequel je ne suis pas qualifiée.

Chaque poste est important, chaque personnalité est utile et donne vie au groupe.

Nous avons toujours été très bien reçu dans les villages dans lesquels nous avons agis. Tant de gentillesse, générosité, prévenance de la part des villageois ; « ceux qui en ont le moins en donne le plus » prend tout son sens.

femme enfant biberon MHL’action de MH dans ces villages est utile et permet d’impulser un peu de responsabilité chez les populations rencontrées. La prévention devrait peut-être prendre une place plus importante dans la mission, en parallèle des consultations médicales. Ceci afin de pouvoir agir en amont des problèmes de santé.

Je rentre en France la tête pleine de souvenirs et de moments gravés à jamais. Une expérience unique, et qui le reste au fils des missions je pense.

paysage montagnes MH

 

En conclusion, la seule question que je me pose en rentrant : repartir à Madagascar pour percevoir l’impact de nos actions et personnellement sentir une suite dans mon action ou aller donner de mon temps auprès d’autres populations ?

De Sarah, 23 ans, Étudiante en master 2 de Santé Publique à Nancy

Je m’appelle Sarah, j’ai 23 ans et je suis étudiante en master 2 de Santé Publique à Nancy. Je suis partie du 12 au 27 septembre pour la mission humanitaire au Cambodge.

Le jeudi 12 septembre 2019 , un projet merveilleux se concrétisait enfin, à savoir cette première aventure humanitaire au Cambodge, qui restera sûrement un des plus beaux souvenirs de ma vie.

groupe d enfants aventure humanitaireC’est à la fois heureuse et stressée que je m’envolais pour Phnom Penh avec notre chef de mission, Serge et 4 autres bénévoles, tout aussi bienveillants les uns que les autres.

Une fois arrivés, il est clair que le climat est surprenant , la circulation aussi ! Mais c’était que du bonheur d’arriver enfin à destination pour commencer cette aventure humanitaire.

Le souvenir le plus marquant durant ces 2 semaines reste pour moi la rencontre avec les enfants de l’orphelinat Enzo et Tina. Cet accueil très chaleureux et tout ces sourires m’ont énormément touché et c’est avec plaisir que nous avons participé aux spectacles de danses (petit clin d’œil à Sébastien pour le Krama 😉).

Durant les consultations médicales, l’organisation était très optimale et la bonne ambiance régnait. Puis les premiers patients arrivent et on réalise vraiment ce que l’on est entrain de faire.

C’est tellement surprenant et beau de voir que de simples choses peuvent donner le sourire aux populations.

Les gens étaient très reconnaissants et venaient nous remercier à chaque fin de consultation et j’ai trouvé ça vraiment magique !

Dans l’ensemble, la mission correspondait réellement à ce que l’on nous présente lors du séminaire; honnêtement c’était même au delà de mes attentes et je n’aurai pas pensé vivre aussi bien mon aventure.

groupe de personnes aventure humanitaireBien sûr si je l’ai vécu aussi bien c’est avant tout grâce à notre belle équipe. Nous étions peu nombreux mais soudés, je tiens à remercier Serge pour sa bienveillance et son écoute, mais aussi l’ensemble des bénévoles Laeticia, Sébastien, Chantal et Corinne. Merci également à l’équipe Cambodgienne, Theary et Tongsoir qui ont été parfaits avec nous. Merci également aux médecins Smey et Young qui sont tellement simples et humbles , sans oublier notre chauffeur Thorn sans qui nous n’aurions pu aller faire ces consultations.

C’est avec un mélange d’émotions, de joie et de tristesse que nous avons bouclé cette mission sur le 1000 ème consultant, oui 1000 tout pile c’était assez marrant !

C’est touchant et beau de se dire qu’on a pu venir en aide à 1000 personnes. Ça semble peut être minime comparé à toute l’aide dont ce pays a besoin ; mais si chacun apporte sa petite pierre à l’édifice alors oui, on peut faire avancer les choses !

Merci MH pour cette belle aventure humanitaire qui j’espère, n’était que la première parmi une longue liste !

De Mathilde, étudiante (une expérience humanitaire au Cambodge)

Ma mission au Cambodge était une expérience humanitaire incroyable et très enrichissante.

C’était une première pour moi.
Nous étions 8 bénévoles, toutes des filles et nous avons décollé pour Phnom Penh en juin 2019.
La mission humanitaire était itinérante, nous changions d’endroit tous les 2-3 jours. Ce qui nous a permis de voir des paysages très variés et toujours magnifiques.
groupe de personne assises experience humanitaire incroyable

Ne faisant pas mes études dans une filière médicale, je redoutais de mon utilité dans la mission. Mais tout le monde a finalement trouvé sa place. Que ce soit le poste accueil ou pharmacie, nous avons tous été très efficaces.

 

Nous avons réussi à voir 859 patients en 8 jours de consultations.

La mission était très bien organisée et encadrée.
Quel que soit le village, les habitants ont tous été adorables et reconnaissants envers nous, et les enfants très joueurs.
Nous avons même eu droit à deux jours d’immersion culturelle, durant lesquels notre traducteur Vat nous a appris pleins de choses sur l’histoire, les croyances et la religion cambodgiennes.

Un grand merci à l’équipe cambodgienne de MISSION HUMANITAIRE avec qui nous nous sommes très bien entendus, ainsi qu’à Michèle, notre cheffe de mission qui a été au top (une expérience humanitaire incroyable).

Je repartirai sans hésitation avec l’association MISSION HUMANITAIRE, le plus tôt possible !

Une expérience humanitaire au Bénin-Togo juillet 2019

Blandine nous raconte sa troisième mission, avec MISSION HUMANITAIRE :

Une belle expérience humanitaire.

Ce fut une merveilleuse expérience humanitaire, la troisième avec MH et la première avec mon mari.

Le choix d’une mission combinée, deux pays francophones, deux décors, deux fois plus de rencontres.

deux personnes peindre experience humanitaireDeux pays en une mission. C’était l’opportunité de découvrir deux fois plus de choses avec une partie médicale et une partie restauration d’une école.
Nous avons beaucoup appris des représentants de nos ONG partenaires au Bénin et au Togo. Les échanges permettent de comprendre plus rapidement les enjeux, les croyances, les difficultés.

Partir en mission c’est aussi créer un lien fort en quelques heures ou quelques jours avec des villageois, leurs enfants, juste parce que vos cheveux, votre sourire, l’attention que vous leur portée est nouvelle et les rend heureux, un lien simple et fort.

Être plus riche en repartant qu’en arrivant, une leçon de vie, une claque, accepter de repousser ses limites et constater qu’on en est capable.

Blandine

Une mission humanitaire commence dès le séminaire de préparation …