Transformer la passion en actions 
Autres témoignages

De Virginie, 28 ans, Infirmière

Une mission humanitaire au Bénin

Bonjour a tous,

Je suis revenue de 15 jours du Bénin, avec un chef équipe passionné et une équipe de missionnaires au top !!

Je garderais un très bon souvenir de cette expérience. Elle était passionnante, humaine, mais aussi très intensive !

La deuxième semaine la fatigue commence a se faire sentir, mais toutes les personnes que l’on rencontre nous rappellent pourquoi nous sommes la !

Nous avons intervenus dans une école pour de l’animation, grâce aux bénévoles les parents laissent leur enfant a l’école mais aussi dans un orphelinat ou nous avons fait du soutien scolaire, des activités, du sport et pleins de câlins…

Et aussi sur des missions médicales au plus proche de la population car nous allons dans les villages.

Et cette photo c’est une petite que j’ai trouvée dans la foule du village et en enlevant le linge mouillé de son bras, il était cassé suite a une chute depuis une semaine !

Et là nous voyons que nous sommes utiles, comme vous pouvez voir elle a été plâtrée. Et l équipe actuellement sur place prend de ses nouvelles.

Je vous encourage tous et toutes à vivre cette expérience !

Peut-être à bientôt car c’est sûr que je referais une mission … A Madagascar…

De Philippe, Consultant, Port Louis

Le Bénin

Je suis parti avec M.H. après une première rencontre au séminaire à Azay.

En tout point en conformité avec ce qui est présenté ce voyage Béninois fût pour moi totalement réussi.

L’organisation est parfaite, cadrante et rassurante, on se sent en totale tranquillité.

philippebeninLa mission de ce début de Juillet était orientée médicale et école avec notamment un centre aéré à créer et animer.

Lors des missions santé en village, j’ai apprécié de pouvoir échanger avec les habitants, le chef du village, un artisan …

A l’école, pas plus que coté santé, j’étais en dehors de mes compétences habituelles, mais la rencontre avec tous ces enfants sont une source de bonheur immense et le travail commun et les ressources de chacun et chacune nous ont permis d’obtenir des résultats inimaginables lors de la première journée !!

Les Béninois sont sympathiques et ouverts, ils vont toujours bien !! il est nécessaire de s’engager dans un échange plus long pour les entendre expliquer ce qui va moins bien. Ils sont à ce titre comme à beaucoup d’autres, exemplaires et capables de nous aider à grandir.

Ces voyages sont pour moi le moyen de rencontrer les gens, le pays, de m’enrichir et si possible transmettre une aide qui commence par une reconnaissance, un sourire …

Mission humanitaire me l’a permis, mes co-pairs de ce groupe de début juillet en a scellés la réussite, toute ma gratitude pour vous toutes et tous.

Un très grand merci aussi à ces enfants, de l’école Sagace et de l’orphelinat Amour et Manon ainsi qu’à tous les encadrants.

Philippe – Bénin Juillet 2013

De Marie Noëlle, Infirmière

Ma première mission humanitaire au Cambodge

Tout d abord je tiens à remercier Cathy et Michel ce couple et binôme de choc qui ont su mener et diriger une équipe dans la joie et la bonne humeur tout au long de cette mission.

Un duo qui se complète est important pour l équipe de 25 personnes que nous étions.

Je n’oublierai jamais un tel enthousiasme et un épanouissement à tous les niveaux.

SONY DSCCette expérience m à apporté énormément tant sur le plan relationnel que sur le plan émotionnel.

Tous les jours ont été rythmés par un sentiment de donner le meilleur de nous même à une population cambodgienne très chaleureuse et toujours souriante.

Je tiens à remercier l équipe de traducteurs et médicale.

Un grand merci à tous les bénévoles et à cette merveilleuse équipe solidaire.

À ma prochaine mission….

Je vous embrasse à tous.

De Peggy, auxiliaire de puériculture, Dordogne

Mission humanitaire au Bénin, avril 2013

Pour moi l’humanitaire était un projet réfléchi depuis plusieurs années. Suite à une recherche sur internet, je me suis inscrite au séminaire de l’ONG MISSION HUMANITAIRE pour y participer en octobre 2012. Celui ci  m’a donné encore plus l’envie d’aboutir à mon projet de parcourir un pays d’Afrique en tant que bénévole.

Je suis donc partie avec l’équipe en avril 2013 au Bénin. J’y ai donc trouvé une solidarité entre missionnaires. Nous avons regroupé cette solidarité pour accomplir nos actions de manière efficace et dans une sérénité la plus totale. Notre travail en équipe a été très fructueux sur le terrain.

Aussi, prendre connaissance des différences culturelles est primordial pour accomplir nos actions de manière plus objective.

Mission humanitaire au BéninC’est le but de l’immersion culturelle organisée en début de mission.

Même si nous avons l’impression d’apporter une goutte d’eau dans l’océan, nous prenons conscience de jour en jour que le résultat est visible sur du long terme. C’est plutôt rassurant. Chaque équipe apporte son grain de sable pour finaliser les objectifs.

Nous avons apporté des soins auprès de la population,  nous y avons investi toute notre énergie auprès de ces civilisations défavorisées. Mais les plus beaux moments vécus en mission, c’est le bonheur aux enfants que l’on apporte en tant que bénévole…

Le plus beau des cadeaux est le sourire qui apparait sur le visage des enfants dans les villages et dans les écoles, par notre disponibilité  que nous leur offrons …

On prend conscience également que la fondation Pierrefond sauve certains de ces enfants de cette misère des rues par l’intermédiaire de l’orphelinat « Amour et Manon ». Lire la suite de cette entrée »

De Luc, retraité

Mars 2013 – Ma première mission humanitaire au Cambodge

Avec M H, j’ai découvert tout ce que je cherchais à ce moment de ma vie : un grand besoin de partage, de rencontres, de découvertes, d’émotions, de sourires d’enfants … de sentir la vie, tout simplement, battre dans les cœurs …

J’ai pu vivre tout cela et bien plus encore, avec une équipe de 17 «  volontaires pour la vie communautaire  » disparate par l’âge, la profession, l’origine géographique … ; une équipe essentiellement  jeune (et donc très  dynamique !) ; où chacun a  très vite trouvé une place, grâce à une grande attention de chacun, «  aux autres ». Une équipe vraiment  « Super «  pour le plus ancien que j’étais !

SONY DSCNous avons vécu des tranches de vie différentes selon les jours : cadre bien structuré  d’un hôpital militaire à Phnom Penh, petits villages isolés au fond de pistes  de terres latéritiques, villages aux noms exotiques, mais tous très accueillants … Nous avons découvert avant tout la  communauté des Hommes … Nous avons tous et toutes en tête (et dans nos ordis …)  des dizaines de visages de vieillards émouvants  aux rides profondes … des centaines de visages d’enfants rayonnant de leur propre découverte …

luc3Comment oublier le désarroi d’un petite fille brulante de fièvre, en pleine septicémie, sauvée par Yannick et Claire … comment ne pas être ému le lendemain, par son sourire retrouvé ; par les remerciements de sa mère, touchante, les mains jointes au niveau du sternum en remerciements à toute l’équipe qui s’était penchée sur son enfant ?

Partez avec Mission humanitaire : Un « break «  salutaire dans vos vies !

Merci à toute l’équipe

Luc

De Patricia, Assistante dentaire, Granville

Ma mission humanitaire en janvier 2013, en ORISSA

patou4Cela fait maintenant 3 semaines que nous sommes rentrés de notre mission en Orissa et mon cœur est encore là bas. Il ne se passe pas une minute depuis que nous sommes rentrés où je ne pense pas à eux, les tibétains, les moines, les enfants de la petite et de la grande école, les infirmières et autres personnels de l’hôpital, et bien sur l’orphelinat.

Et aussi à vous tous, les membres de cette « dream team » !!! Et… Thierry, notre chef de mission, sans qui MH n’existerait pas et sans qui nous n’aurions pas eu la chance de vivre cette expérience exceptionnelle.

Par où commencer ? Difficile de décrire une telle expérience.

Pour ma part, avec Anne-Laure, chirurgien-dentiste, avec qui je travaille au quotidien, nous avons checké et fait des initiations au brossage dans les 2 monastères, la grande et petite école. Ainsi que des soins au cabinet dentaire où nous avons soigné des tibétains, mais également quelques indiens des villages alentours.patou2

Sentiments mélangés entre l’assurance de donner le meilleur de soi et la frustration de ne pouvoir assumer tous les soins ni même toutes les urgences. Mais avec tout de même une grande satisfaction, et un sentiment d’avoir pu aider.

Et qu’y a-t-il de plus important, de plus valorisant que d’aider son prochain sans rien attendre en retour. Mais attention, ne rien attendre ne veut pas dire rien recevoir, bien au contraire, j’ai le sentiment d’avoir reçu tellement plus que je n’ai pu leur apporter. Ils donnent leur amitié sans condition aucune, et ça, c’est une grand cadeau. Une grande leçon de vie. Ils nous ont appris la compassion, l’entre-aide, le don de soi…

patou3Nous avons tout de même pris le temps de passer quasi tous les jours ou presque au petit monastère (Dhuddul Monastery) où une partie de l’équipe a repeint et remis au propre les chambres des moines que la mission précédente n’avait pas eu le temps de terminer. Nous avons créé des liens assez forts avec nos petits « monks », pema, tsering, dechen… quel déchirement quand il a fallu se dire au-revoir.

Nous avons également eu l’honneur d’être reçu par les Rinpoché père et fils, venus pour la Puja (rituel bouddhiste). Grandes rencontres encore ! Rencontres avec des êtres exceptionnels, compassionnés, qui déploient une activité altruiste pour le bien de tous.

Petit coup de cœur pour les enfants de l’orphelinat « ASANTA et TINU »  (nous avons eu le privilège de choisir son nom !).

Journée particulière : un dimanche de bonheur pour tous. Nous avons commencé la matinée par les check up et avons poursuivis pas des jeux, des danses que les enfants avaient préparés en notre honneur. Que d’émotions là encore !!! Vraiment ce fut une journée de Bonheur, pour nous comme pour eux. Et j’espère que cette journée restera gravée dans leurs mémoires autant que dans la mienne, dans la notre !

Tout ça pour dire que cette première mission m’a comblée. Bien au-delà de mes espérances. Lire la suite de cette entrée »

De Anne-Laure, Dentiste, Granville

Petit témoignage de ma mission humanitaire en Orissa

En résumé, magnifique mission dans ces camps de réfugiés tibétains : que du bonheur, du bonheur et encore du bonheur.

Première mission et certainement pas la dernière : on ne sort pas indemne d’une telle expérience. On en revient plus éclatant plein de joie et d’amour.

annelaure1La mission médicale m’a permis avec Patricia, mon assistante dentaire, de soigner des Tibétains des 5 camps de réfugiés et quelques indiens. Nous avons également checké tous les enfants des écoles et les moines des deux monastères. Nous sommes allés faire de la prévention buccodentaire dans les camps devant les villageois et les maîtres de camps et aider les populations avec toute l’équipe et avec nos moyens mis à disposition.

Quel accueil ! Ces tibétains sont vraiment des personnes merveilleuses. Je suis heureuse d’avoir pu exercer mon métier là-bas et d’avoir apporté mon aide à ce peuple extraordinaire. Merci à eux qui nous ont tous émus par leur accueil, leur sourire, leur grande bonté malgré leur fragilité économique.

annelaure4Concernant notre rencontre avec les enfants de l’orphelinat, ce fut également un très grand moment. Une journée passée avec ces 23 petits loulous âgés de 6 à 13 ans, moments de partage ponctués par des jeux, des fous rires, des câlins et de l’amour partagé. Ce fut un grand honneur que ce soit notre mission qui décida du nom de cet orphelinat Asanta et Tinu, d’après les noms de deux des orphelins.

Et pour la petite histoire, à ce jour, nous sommes parrain et marraine d’Asanta. Que du bonheur.

La guest house où nous résidions nous permettait depuis le toit de dominer le grand monastère ainsi que l’immensité des vallées nous entourant et d’observer chaque soir un magnifique ciel étoilé. Un calme bienfaisant régnait partout en ces moments-là. Nous parlions que peu et toujours à voix basse. Le silence ne se rompait que lorsque jaillissaient en cascade nos rires bienveillants.

Ce fut donc une très grande aventure humaine partagée avec toute notre petite tribu fabuleuse ainsi que notre chef de mission Thierry. Merci à toute la tribu qui fut ma famille tout au long de cette mission et avec laquelle nous avons partagé tant de bons moments, de joies, d’émotions, de fous rires. Une très très grande complicité que nous avons tissée dès l’aéroport.

Un merci tout particulier à notre chef de mission Thierry. Sa sincérité, sa sensibilité, son grand cœur, son amour du monde et des autres, sa faculté de cultiver une attitude altruiste, de donner sans attendre en retour, de ne considérer que le bien d’autrui. Merci à lui de ne pas penser qu’à court terme (dons financiers) mais d’essayer de bâtir des solutions à long terme qui nécessitent plus d’investissement mais qui seules pourront aider ces populations dans le besoin. Et surtout merci à lui d’avoir essayer de nous transmettre toutes ces qualités.

Un grand merci à tous ceux qui m’ont écrit et aussi à ceux qui m’ont accompagnée en pensée.

Lire la suite de cette entrée »

Myriam 30 ans, infirmière en pneumologie , Tarnos (40)

Mission humanitaire en ORISSA (Inde)

Raconter une mission humanitaire en quelques lignes n’est pas chose facile…

Mission Humanitaire m’a permis de réaliser ce projet … Je suis partie 15 jours en Orissa dans un camp de réfugiés Tibétains.

myriam1Cette mission c’est tout d’abord une rencontre; rencontre avec une équipe qui partage l’envie viscérale de donner de son temps aux autres .. Dés le départ ça a été l’osmose…on ne se connaissait pas, nous étions tous des 4 coins de la France mais quelque chose de fort nous a d’emblée unis …

La mission en elle-même à été intense en émotions … Pour une fois dans ma vie je me suis sentie plus utile que jamais… J’ai travaillé avec les soignants de l’hôpital local, nous avons partagé nos connaissances tout en simplicité..Ils m’ont beaucoup appris.

myriam3Les Tibétains m’ont bouleversé ; ces gens sont admirables..Bien qu’ils soient en exil et en grave difficulté, ils dégagent une grande paix et de l’amour pour leur prochain.

Nous avons réalisés des checkup sanitaires auprès des petits moines du Duddul Monastery. Ces enfants et ados sont très attachants, il a été difficile de les quitter tant la relation que nous avons noué avec eux était forte…

myriam2Le village de réfugiés possède un endroit de paix pour les personnes âgées : Old Person Home (la maison de retraite). J’ai eu des échanges forts avec ces personnes qui n’ont plus de famille. Au delà des soins, elles ont besoin d’une simple présence, de contact, de sourires…

Il y aurait tant de choses à raconter de cette mission … C’est une expérience unique, et qui m’a profondément marqué..

J’ai certainement donné de moi et de mon temps, mais je suis revenue enrichie…

Myriam

De Virginie, Chef d’entreprise, Indre et Loire

Mission Humanitaire au Bénin, décembre 2012

Que dire de ce séjour, des pages n’y suffiraient pas !

Une découverte certes, un nouveau pays, une culture différente et tellement de chaleur. Je n’oublierai jamais les chants généreux des enfants,  leurs sourires et leur gaité qui ne doivent pas nous faire oublier qu’ils sont souvent les victimes de la cruauté des adultes.

virginie1L’aventure humaine est grande et enrichissante : on s’improvise tour à tour, pharmacien, opticien, infirmière, secrétaire médicale, puéricultrice, professeur … bien sûr, tout cela avec un encadrement à la hauteur, sans lequel notre  engagement serait moindre.

virginie2Les journées débutent tôt le matin pour se finir tard dans la nuit. Cependant, toutes ces images, ces sons, ces odeurs, ces échanges, ces moments de tendresse et d’émotions agissent comme une bouffée d’adrénaline. J’aurais voulu qu’elles ne s’arrêtent jamais !

Finalement, j’ai l’impression d’avoir plus reçu que donné !

Un grand merci, à mes compagnons de voyage, tous ensemble nous avons réussi notre mission grâce à notre bonne humeur et à notre discernement.

Un grand bravo à Mission Humanitaire, sans laquelle tout cela ne serait pas, continuez comme ça !

A très bientôt car bien sûr, je ne m’arrêterai pas là !

Yovo, yovo, chante encore dans ma tête … le chant du coq aussi !

De Jessica, Infirmière

Bénévolat humanitaire à Madagascar, décembre 2012

Voilà déjà un mois que nous sommes rentrés de notre mission à Ambanja et il n’est pas simple de trouver les mots pour décrire l’intensité d’une telle expérience.

jessica1Tout d’abord il y a la rencontre avec le peuple malgache, un peuple qui m’a ému par sa gentillesse et son éternel sourire.

Rencontre aussi avec ma formidable équipe de co missionnaires, des gens ouverts, désireux de rencontre et de partage. Nous avons tout partagé les joies, les peines, les romans et les fous rires lors de parties de cartes endiablées.

Une équipe solidaire qui a été un vrai soutien pendant la mission. Sans oublier la chef de mission qui par sa bonne humeur et son écoute a contribué à cette sympathique ambiance.

Il y a aussi la complicité qui s’est rapidement installée avec nos partenaires locaux : le personnel chaleureux et toujours disponible de la maison, nos interprètes à l’hôpital et les médecins locaux.

Pour en revenir a la ville d’Ambanja, la pauvreté est effectivement très présente et je m’étais préparé a ressentir un choc en y arrivant.

Lire la suite de cette entrée »

Connexion Tribu MH
:
: