Transformer la passion en actions 
Autres témoignages

De Enora, Étudiante, Saint Aubin sur Mer

Mission d’évaluation à Mahajanga (Madagascar),

Cette mission humanitaire d’évaluation médicale était très enrichissante. Nous avons pu travailler avec des médecins locaux qui consultent une centaine de patients par jour et nous avons eu l’opportunité d’avoir de De Enora, étudiante, St Aubin sur merformidables traducteurs.

De Enora, étudiante, St Aubin sur mer (2)La population malgache me semble se contenter de peu et je me demande même s’ils ne sont pas plus heureux que nous … Il y a eu une très bonne entente au sein de notre équipe, ce qui m’a surpris car il n’est pas toujours facile de s’accorder avec tout le monde.

Je pense que pour une première mission humanitaire, Mahajanga peut être l’endroit idéal. La population est souriante et reconnaissante des actions que l’on mène pour elle. Les malgaches nous ont répété de nombreuses fois que ce que nous faisions était formidable, et c’est agréable d’entendre que notre travail est apprécié …

Pendant les missions avec l’association MISSION HUMANITAIRE, il peut se passer des choses extraordinaires, comme l’arrivée d’un nourrisson sans prénom … qui a finalement été prénommé Enora !

C’est avec plaisir que j’aiderai, à nouveau, les différentes populations avec l’association MISSION HUMANITAIRE. Grâce à cette ONG, je sais désormais ce que je veux faire plus tard : médecin humanitaire …

De Elsa, 27 ans, chargée de projet marketing

Mission médicale au Cambodge, Juillet 2014

Comme il est difficile de mettre des mots sur tout cela.

Quelque chose se passe là-bas, impossible à décrire. Chacun vit cela différemment. Nous sommes loin de tout, sans repères, avec un groupe d’inconnus, sur une terre qui est à des années lumières de la nôtre.

Du désenchantement à l’enchantement, une graine est semée dans notre cœur et notre tête, et continue à pousser lorsque l’avion du retour atterrit. Chaque jour.

Une expérience magique. Des gens fabuleux. De très belles rencontres.

Une histoire qui au final ne se termine jamais vraiment.

Je vous souhaite de vivre ce que j’ai vécu avec moi-même / avec eux, et de surtout laisser cette graine pousser.

Attention, risque de non-retour, ce voyage me change au quotidien. Et j’en suis heureuse et riche aujourd’hui encore.

La suite ? Je ne sais pas encore … je vous dirai quand la graine deviendra plante ! 😉

Une chose est sûre, je chercherai à repartir en mission humanitaire avec mon équipe.

Un grand merci à notre chargé de mission et à l’association « MISSION HUMANITAIRE » MH pour créer ces opportunités et les organiser avec brio.

De Aurélie, Infirmière

Mission humanitaire Madagascar, du 3 au 19 mai 2014

Tout a commencé le jour de mes 25 ans …

Ça y est je m’envole pour Madagascar … c’est partie pour l’aventure.

On commence fort avec un voyage de plus de 12h mais qui passe tout seul devant l’excitation de cette première mission avec l’association « Mission Humanitaire » (MH).

Première rencontre avec le groupe à l’aéroport et c’est partie pour 15 jours en « colocation » tous ensembles ….

Cette mission humanitaire était purement médicale et c’était ce que je recherchais d’ailleurs. Étant infirmière, j’étais heureuse de faire une mission médicale.

Pendant 15 jours nous nous sommes déplacés dans les villages de brousse et aussi à l’hôpital d’Ambanja, à la rencontre des Malgaches pour leur apporter un peu d’aide médicale, leur permettre de voir un médecin, notre soutien et de leur fournir les médicaments nécessaire ainsi que les soins dont ils peuvent avoir besoin.

Mes premiers jours ont été impressionnants … Dès notre première journée à l’hôpital d’Ambanja, j’enchainais pansement sur pansement (tous les jours n’ont pas été surbooké en pansement mais le premier oui).

Je me suis vite dit que je venais d’apprendre en quelques jours ici, plus qu’en 2 ans à l’hôpital en France…. et ça me plaisait énormément.

En tant qu’infirmière je n’ai pas occupé que le poste d’infirmière mais j’ai aussi assisté les médecins (j’ai beaucoup appris à leurs cotés) j’étais aussi à l’accueil des personnes et à la pharmacie.

Les jours se sont enchainés avec en moyenne 130 consultations, avec de très belles rencontres (dont l’équipe Malgache et notre directrice pays qui est unique et vraiment géniale) et parfois des soins impressionnants.

Ce fut une expérience humanitaire très enrichissante et très intéressante.

Madagascar est un pays magnifique, coloré, accueillant et à découvrir. Dès mon arrivée sur cette île, j’en suis tombée amoureuse et c’est pourquoi j’y reste jusqu’en septembre …

De Vanessa, Ingénieur, Rennes

Ma première mission humanitaire

Pour ma première mission humanitaire avec MH (MISSION HUMANITAIRE) j’ai eu la chance de participer à la mission d’évaluation au Togo.

Nous sommes arrivés à Lomé, accueillis par l’équipe Béninoise, et Espoir et Edmond, présidents des associations locales A2VA et SOSVOL.

Au cours de cette mission, nous devions apporter une aide humanitaire médicale à la population d’Amoussoukopé, et à l’orphelinat « Dieu est grand », en collaboration avec Espoir et Edmond dans le but de valider l’installation d’une antenne MISSION HUMANITAIRE au Togo.

A peine arrivé, on ne pense plus à soi, on veut juste donner du temps, dispenser des soins, offrir des sourires. Mais très vite on s’aperçoit que l’on va plus recevoir que donner ….

vanessaJe garde en tête de magnifiques souvenirs, comme les regards malicieux des enfants, une petite main qui se glisse dans la mienne à l’orphelinat, ou lorsque Pauline, l’accoucheuse du village, me permet d’assister à un accouchement. Mais également les nombreux moments de rires, de fous rires et de partages avec toute l’équipe.

Et malgré ce que l’on peut penser, notre présence s’avère utile lorsque l’on voit que grâce à cette mission une brûlure au visage ne laissera pas de marque sur la joue de ce garçon, ou que la petite fille de 6 mois complètement « dénutrie » va pouvoir suivre un programme de nutrition et être sauvée.

C’est une incroyable aventure humaine et humanitaire, une belle leçon de vie, des rencontres riches en émotions avec des personnes extrêmement dévouées.

Merci à tous d’être vous.

Vanessa, Rennes.

De Martine, éducatrice retraitée

Ma mission humanitaire au Togo

Le Togo est un pays magnifique, verdoyant où les cultures de fruits et légumes prédominent. Les populations sont très accueillantes, disciplinées et reconnaissantes de l’aide que nous leur avons apportée si courte et si minime soit-elle.

Cette mission d’évaluation s’est déroulée essentiellement sous forme d’une mission humanitaire médicale de masse, effective sur 7 jours, et de l’évaluation d’éventuels soutien et aide à un orphelinat.

martinetogoL’équipe intervenante auprès des populations était composée : de deux associations togolaises à l’origine de notre intervention, d’une équipe béninoise et d’une équipe de 11 bénévoles humanitaires français.

Merci aux deux associations SOSVOL-TOGO  et A2VA pour votre accueil, votre accompagnement tout au long de la mission, de votre investissement et des grands projets en faveur de vos concitoyens, de l’intérêt que vous portez à votre pays et à l’aide que vous apportez aux plus démunis …

Partager avec vous votre enthousiasme, vos actions et vos projets est une grande leçon d’humilité.

Une part de moi-même est restée là bas et j’ai ramené énormément de chaleur (au sens propre et au figuré). Il me restera en mémoire cette équipe cosmopolite  qui répond à une valeur profonde chez moi : « Nous nous construisons des rencontres et des choses qui ne font pas partie de notre quotidien. C’est la particularité de l’Autre qui nous enrichi ».

Martine

De Serge, Retraité du Ministère de la Défense

Mission Humanitaire au TOGO (23 novembre 2013)

Évaluer les possibilités d’installer une antenne de MISSION HUMANITAIRE (MH) au Togo c’est étudier les possibilités d’héberger une équipe de  quinze bénévoles, de leur permettre de travailler dans un environnement sécurisé, de leur permettre de se déplacer. Il faut également tester les circuits d’approvisionnement notamment celui des médicaments.

En bref il faut travailler sur une logistique précise qu’il est nécessaire d’étudier avec les  correspondants locaux. C’est la tâche qui, supervisée par Le Boss de MH, a été réalisée à Amoussoukopé et dans sa région du 23 novembre au 4 décembre 2013.

sergetogoCette mission n’aurait pas pu se faire sans une étude préalable réalisée sur le terrain en septembre 2012 par Annick et Françoise.

Après une courte étape à Lomé où nous avons été accueillis par une équipe de MH venue du Bénin , nous avons fait la connaissance de deux présidents d’associations togolaises à savoir Edmond, président de SOSVOL-TOGO et Espoir, président d’A2VA-TOGO.

Arrivés à Amoussoukopé, l’étape principale de notre mission, la population ainsi que les autorités locales nous ont réservé un accueil chaleureux. Nous garderons  tous en mémoire le bruit des tambours, les danses, les palabres, sans oublier la boisson traditionnelle « le sodabi ».

Pendant sept jours, bénévoles français et médecins béninois ont apporté une aide médicale humanitaire à la population. Population digne dont la gentillesse a fait l’unanimité auprès des bénévoles.

Si parfois les conditions ont semblé difficiles, à cause notamment de la chaleur et du nombre important de patients, les deux naissances qui ont eu lieu au cours de notre séjour ont eu pour conséquence de remettre tout le monde en forme en nous  faisant oublier nos petits soucis du moment.

Une mission d’évaluation, comme toute aventure humaine, se construit à partir de rencontres  et celles que nous avons faites au Togo, en particulier avec Edmond et Espoir, nous laissent à penser qu’une collaboration durable pourra s’établir entre MH d’une part et SOSVOL-TOGO et A2VA-TOGO d’autre part.

De Nathalie, Cadre socio-éducatif, Paris

Mission humanitaire en aide aux Tibétains

Quelle aventure, une fois de plus avec MH !

Après une première mission à Madagascar axée médicale, j’ai « rempilé » pour une mission médicale, éducative, en Inde au sein des camps tibétains de Jeerang !

nathalieorissaUne aventure humaine fabuleuse qui a apporté son lot de jolies rencontres tant au sein de la team MH que des locaux indiens et tibétains.

École, Hôpital, maison des personnes âgées, monastère, tout autant de lieux, où l’aventure s’est écrite en couleurs, en  émotions et en partage.

Sur un temps court et malgré les différences, de croyances, couleurs, langue, codes, etc … Rien n’a résisté à l’envie de se rencontrer, de s’identifier, se connaitre, tant pour les accompagnés que pour nous accompagnants pour écrire ensemble un modeste  pan de nos vies respectives.

Reste imprimés en moi, les prières matinales des moines, les rires des enfants, les sourires des personnes âgées, les fous rires de la team et aussi  les silences, et  les regards qui en disent long …

nathalie2orissaJe suis revenue le cœur emplit avec la conviction d’avoir participé à des actions utiles et caresse à nouveau le vœu de repartir.

Merci à toutes les girls de la team, Lilou, Doc, les pointers sisters, miss papillon, et les autres pour la dimension de cohésion et d’efficacité dans une ambiance du tonnerre.

Un grand Merci à Chantal et Geoffrey (Doudou chef et petit gana) , nos chefs de Mission qui ont encadré sans s’imposer, avec respect, écoute et humouuuuur !

De Virginie, Infirmière

Ma mission humanitaire au bénin

Comment décrire cette expérience unique en quelques lignes …. Dés notre arrivée nous avons été très bien accueillis, la découverte des lieux, la rencontre avec le roi du vaudou, le premier contact avec les enfants de l’orphelinat, c’est la découverte d’un autre monde, une autre culture …

virginiecNous avons ensuite débuté les missions médicales, en tant qu’infirmière il a fallu s’adapter aux lieux, aux moyens qui sont bien différents de ce qu’on a l’habitude d’utiliser en France. Au fur et à mesure de la journée, nous avons vu défiler les gens du village et tous nous remerciaient de ce qu’on pouvait leur apporter …

Nous avons bien sûr été confrontés quelques fois  à des situations plus difficiles, où face au manque de moyens, nous étions dans l’incapacité d’aider certaines personnes … En effet il est quasiment impossible dans ces pays de mettre en place un traitement à long terme, de soigner des plaies chroniques …

Il faut donc sensibiliser les gens à se prendre en charge, car nous ne sommes là que pour quelques jours …. Comme tous, je me suis posée cette question : suis-je vraiment utile ? C’est quand on revoit certains villageois quelques jours plus tard qui viennent nous remercier que l’on se dit que ça en vaut vraiment la peine.

Et c’est grâce à des missions comme celle-ci que ces personnes pourront s’en sortir… Alors n’hésitez plus, rejoignez nous !!

Un grand merci à toute mon équipe, à Léa notre chef de mission et mes camarades de chambres avec qui j’ai passé de très bon moments …

Merci à tous pour cette aventure magique….

De Chantal, Comptable

Mission au Bénin mars 2013

OUIDAH c’est LA mission 3 en 1.

Tout d’abord l’orphelinat Amour et Manon. Les enfants nous accueillent avec beaucoup de chaleur et nous sollicitent pour la lecture d’un livre, des dessins, des jeux et des câlins.

Ensuite les missions médicales dans les villages environnants, où nous sommes accueillis comme des sauveurs, même si malheureusement on ne peut pas guérir les maux les plus graves.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAEt pour finir le soutien scolaire dans une école. Imaginez que vous rentrez en CP sans jamais avoir vu un livre et que l’instituteur vous parle en espagnol et vous demande de le lire et de l’écrire. Voilà à quoi sont confrontés les petits béninois et il y a forcément de l’échec scolaire. Notre aide, si petite soit-elle leur est précieuse car ils reprennent confiance en eux.

Toute la mission a été rythmée par le djembé, les chants et les danses qui font ressortir la joie de vivre, dans un pays certes, pauvre, mais dont la population sait profiter de l’instant présent, ce que nous, occidentaux ne savons pas toujours faire.

Chantal (c’était ma 7ème mission humanitaire et la 8ème est en projet)

De Anne-Laure, Dentiste, Granville

Petit témoignage de ma mission humanitaire en Orissa

En résumé, magnifique mission dans ces camps de réfugiés tibétains : que du bonheur, du bonheur et encore du bonheur.

Première mission et certainement pas la dernière : on ne sort pas indemne d’une telle expérience. On en revient plus éclatant plein de joie et d’amour.

annelaure1La mission médicale m’a permis avec Patricia, mon assistante dentaire, de soigner des Tibétains des 5 camps de réfugiés et quelques indiens. Nous avons également checké tous les enfants des écoles et les moines des deux monastères. Nous sommes allés faire de la prévention buccodentaire dans les camps devant les villageois et les maîtres de camps et aider les populations avec toute l’équipe et avec nos moyens mis à disposition.

Quel accueil ! Ces tibétains sont vraiment des personnes merveilleuses. Je suis heureuse d’avoir pu exercer mon métier là-bas et d’avoir apporté mon aide à ce peuple extraordinaire. Merci à eux qui nous ont tous émus par leur accueil, leur sourire, leur grande bonté malgré leur fragilité économique.

annelaure4Concernant notre rencontre avec les enfants de l’orphelinat, ce fut également un très grand moment. Une journée passée avec ces 23 petits loulous âgés de 6 à 13 ans, moments de partage ponctués par des jeux, des fous rires, des câlins et de l’amour partagé. Ce fut un grand honneur que ce soit notre mission qui décida du nom de cet orphelinat Asanta et Tinu, d’après les noms de deux des orphelins.

Et pour la petite histoire, à ce jour, nous sommes parrain et marraine d’Asanta. Que du bonheur.

La guest house où nous résidions nous permettait depuis le toit de dominer le grand monastère ainsi que l’immensité des vallées nous entourant et d’observer chaque soir un magnifique ciel étoilé. Un calme bienfaisant régnait partout en ces moments-là. Nous parlions que peu et toujours à voix basse. Le silence ne se rompait que lorsque jaillissaient en cascade nos rires bienveillants.

Ce fut donc une très grande aventure humaine partagée avec toute notre petite tribu fabuleuse ainsi que notre chef de mission Thierry. Merci à toute la tribu qui fut ma famille tout au long de cette mission et avec laquelle nous avons partagé tant de bons moments, de joies, d’émotions, de fous rires. Une très très grande complicité que nous avons tissée dès l’aéroport.

Un merci tout particulier à notre chef de mission Thierry. Sa sincérité, sa sensibilité, son grand cœur, son amour du monde et des autres, sa faculté de cultiver une attitude altruiste, de donner sans attendre en retour, de ne considérer que le bien d’autrui. Merci à lui de ne pas penser qu’à court terme (dons financiers) mais d’essayer de bâtir des solutions à long terme qui nécessitent plus d’investissement mais qui seules pourront aider ces populations dans le besoin. Et surtout merci à lui d’avoir essayer de nous transmettre toutes ces qualités.

Un grand merci à tous ceux qui m’ont écrit et aussi à ceux qui m’ont accompagnée en pensée.

Lire la suite de cette entrée »

Connexion Tribu MH
:
: