Transformer la passion en actions 
Autres témoignages

De Alexia, Assistante comptabilité, Pordic

Humanitaire au Cambodge, 5 semaines de mission,

Me voici de retour d’une formidable expérience en mission humanitaire pendant cinq semaines au Cambodge. J’ai souhaité cumuler deux missions afin de prendre le temps de m’immerger dans la culture khmère, de m’imprégner de l’esprit humanitaire et de contribuer d’autant plus à aider les populations dans le besoin.

J’ai donc successivement pris part à deux équipes de bénévoles. Le caractère itinérant de chaque mission nous a permis d’étendre nos actions médicales sur une vaste superficie : périphérie de Phnom Penh, Battambang, Siem Reap…

La mobilité permet vraiment de prendre conscience de la diversité et de la richesse de chaque province khmère. Je retiendrai particulièrement nos consultations sur le Tonlé Sap – l’immersion culturelle y atteint son paroxysme avec les nuits passées sur les villages flottants !

Cette mission humanitaire a été une expérience humaine hors du commun.

De Alexia, Assistante Comptabilité, PordicS’il est parfois difficile d’être confronté à des situations d’injustice et de dénuement total – je pense à cette fratrie de cinq enfants livrés à eux-mêmes, à la charge d’une grand-mère alitée et dont l’aînée de 12 ans assure la garde – les journées de consultations ne manquent pas d’assurer leur lot de bonheur et de partage avec les populations locales.

En somme, ce que nous fournissons en matière d’aide et de soutien, les populations nous le rendent en termes de sourires et de regards bienveillants. Je n’oublierai jamais la gratitude de ces patients qui, une fois leurs médicaments en main, tiennent à remercier individuellement chaque membre de l’équipe humanitaire.

L’association MISSION HUMANITAIRE, c’est une véritable école de la vie où l’on se nourrit autant de l’expérience des autres – bénévoles comme traducteurs et médecins locaux – qu’on en apprend sur soi-même. Un grand merci à l’ensemble des deux équipes, avec lesquelles j’ai passé des moments de partage et de complicité inoubliables.

Je recommande vivement l’association MISSION HUMANITAIRE pour la qualité de son organisation, la sécurité qu’elle nous assure sur place, et, surtout, pour les valeurs d’entraide, de partage et de solidarité qu’elle dégage.

L’expérience que j’ai vécue au Cambodge me suit désormais dans mon quotidien. Je me sens guidée par une petite flamme qui me rappelle à quel point cette expérience a changé ma vie.

De Jeanne, Infirmière

Mission au Cambodge juillet 2013

Après avoir été au séminaire, on ne peut être que convaincu de partir et de vivre l’expérience mission humanitaire.

jeanne1C’est le 5 Juillet que notre aventure humaine a débuté avec notre excellente chef de mission Cathy (qui a été au top tout le long de notre mission). Atterrissage à Phnom Penh, changement radical de température, changement d’accueil (avec des sourires par milliers !) et prise de contact avec nos traducteurs (Soprano, Soraya, Nime et Jackson) et notre équipe de médecins (notre Vuthi international, Vitou et Dara).

Le premier village a été pour nous la découverte d’une population chaleureuse, généreuse, un partage immense malgré la barrière de la langue, un échange fabuleux qui passait par des regards, des gestes …. Mais aussi la découverte d’une autre culture avec d’autres coutumes.

Nous avons eu l’occasion de faire des soins que jamais je n’aurais pensé faire, nous avons vu des choses douloureuses, mais on en ressort plus grands et fiers de ce que nous avons pu apporter à cette population.

jeanne2Voir les sourires des enfants lors des activités, leurs éclats de rire, la joie sur le visage de leurs parents, voilà notre plus belle récompense !!

Une expérience fabuleuse, enrichissante, hors du commun. Une aventure humanitaire à VIVRE. Voilà quelques mots qui peuvent, selon moi, définir cette mission.

J’en ai pris pleins les yeux et pleins le cœur.

Encore un énorme merci à notre chef de mission qui nous a permis de vivre cette aventure sans faille, et à mon équipe avec qui on a pu créer des liens très forts !

Repartir ? Oh que OUI !

De Eveline, Retraitée grande distribution

Ma première mission humanitaire au Cambodge

Je viens vous remercier, toi et Thierry, pour le bonheur que vous avez su me procurer en acceptant ma candidature pour une mission au Cambodge.

Je reviens ravie de ce fabuleux pays et heureuse d’avoir accompli ma première mission.

evelinebJe n’ai aucun regret d’avoir pris la décision de mettre fin à ma carrière professionnelle pour me consacrer à la réalisation de mon rêve : participer à des missions humanitaires.

Cette première mission humanitaire au Cambodge fut pour moi un pur bonheur.

Je me suis appliquée à accomplir les tâches qui m’étaient confiées et à apporter à ce peuple adorable ce qu’il attendait de moi.

Je n’oublierai jamais le regard de ces personnes, d’où émanait le respect, la confiance et la gratitude.

C’était poignant d’apporter un peu de réconfort aux personnes âgées, portant sur leur visage les traces d’un passé douloureux …

Dans ces moments si pathétiques, j’ai pris conscience que je leur apportais un petit brin de bonheur.

evelinecChacune de mes actions était une émotion qui m’emplissait de joie.

Gravée dans ma mémoire , cette dame âgée, déficiente visuelle depuis de nombreuses années. Lorsque je lui propose des lunettes , dioptries très élevées, avec des verres très très épais, elle lève les bras au ciel, son triste visage soudain s’illumine d’un sourire puis crie très fort des mots que l’interprète me traduit :   JE VOIS !!!

Ce fut un immense bonheur pour elle, un intense moment d’émotion pour moi … Lire la suite de cette entrée »

De Marie Noëlle, Infirmière

Ma première mission humanitaire au Cambodge

Tout d abord je tiens à remercier Cathy et Michel ce couple et binôme de choc qui ont su mener et diriger une équipe dans la joie et la bonne humeur tout au long de cette mission.

Un duo qui se complète est important pour l équipe de 25 personnes que nous étions.

Je n’oublierai jamais un tel enthousiasme et un épanouissement à tous les niveaux.

SONY DSCCette expérience m à apporté énormément tant sur le plan relationnel que sur le plan émotionnel.

Tous les jours ont été rythmés par un sentiment de donner le meilleur de nous même à une population cambodgienne très chaleureuse et toujours souriante.

Je tiens à remercier l équipe de traducteurs et médicale.

Un grand merci à tous les bénévoles et à cette merveilleuse équipe solidaire.

À ma prochaine mission….

Je vous embrasse à tous.

De François, un blog de mission

Une mission humanitaire au Cambodge

Un de nos bénévoles a fait un blog suite à sa mission humanitaire au Cambodge en février 2013.

Bravo pour cette belle initiative sur le site du journal lemonde.fr

Nous nous devions de relayer son blog que vous pourrez consulter avec bonheur.

LA RÉDACTION

http://fradur.blog.lemonde.fr/

De Maria, interne en chirurgie, NANTES

3 semaines en mission humanitaire au Cambodge

Quelle aventure ! Quelle expérience !

De retour depuis 15 jours mais cette impression d’y être encore. Prek Eng, « Enzo et Tina », un nouveau chez moi.

Trois semaines passées dans ces lieux avec les enfants, et cette envie de vouloir revenir encore. Tous sont des amours auxquels on s’attache rapidement, auxquels je me suis attachée. Des enfants que j’ai découvert et que je vais revoir :

maria_2Lakman petit rigolo, Somna l’affectueux, Mesa la force tranquille, les jumelles Bunny et Bunna qui pour les distinguer, facile : Bunna est plus grande avec des petites joues pommelées et une bague à son annulaire gauche !!!! toujours motivées et très mauvaises joueuses, Savun la reine pour chambrer, Pek le roi des technologies, Roat et Plek les malins, Kunthy toujours à filouter avec le sourire, Srey Neang la discrétion intelligente, Srey Di l’aînée sérieuse, Srey Noch (que j’ai toujours appelée Srey Na plus simple) une francophile dans l’ âme, et les petits Mitita Laosa Smai et Paneth, des amours. Tous sont des diamants à l’état brut, des trésors.

Barrière de la langue il y a eu. Je ne parle pas Khmer et eux pas Français. Mais chacun faisant un effort pour communiquer, toujours nous nous sommes compris. Moi avec des rudiments de Khmer et eux en contextualisant mes propos. Blagues, histoires de vie, jeux de cartes… pas de problème, nous nous sommes compris !

Mon statut en France : célibataire sans enfant et jeune interne de chirurgie.

maria_1Mon rôle ici : animatrice de jeux, médecin, infirmière, et chaperonne de 17 enfants que j’ai sincèrement aimés … J’ai endossé toutes ses casquettes professionnelles. Allant de la marelle aux sessions de balles aux prisonniers en passant par les matchs de badminton, aux séances coiffure avec les filles ; allant d’un point de vue médical aux examens médicaux, aux vaccinations, aux rappels de l’hygiène bucco-dentaire…

Mais de tout ça ce que j’ai le plus aimé c’est le partage, l’amitié forte crée entre nous tous sans chichi sans artifices et ce de façon simple et égalitaire.

Je vais revenir, il ne peut pas en être autrement. On ne met pas de côté ceux que l’on a aimés même s’ils sont distants de 10 000 km.

On ne laisse pas tomber des enfants, on les aide, on les aime.

De Olga, professeur EPS, COUERON

RETOUR DU CAMBODGE

Que du bonheur !

Une fois engagée à participer à la mission Cambodge du mois de juillet 2012, me voilà partie, sans ambition particulière ni appréhension ; rien que le plaisir de pouvoir enfin réaliser ma première mission humanitaire !

Et je n’ai pas été déçue !

olga-cambodgeQuelle expérience enrichissante à tous points de vue, mais surtout humainement.

Dès le premier jour de travail, on a le cœur qui gonfle à coups de sourires, de merci, bonjour, de rien, et encore merci, de rien, bonjour, au revoir, merci, merci et encore merci… Quelle reconnaissance !!!

Alors c’est ça une mission humanitaire ?? WAHOU !!!

Du coup, dès le début de la mission, on n’a pas envie que ça s’arrête. On donne un peu et on reçoit beaucoup… Ces belles rencontres humaines nous font gagner en humilité de part leur sincérité et leur simplicité.

En fait, je crois que c’est à moi de leurs redire encore merci. Quel bonheur d’avoir fait leur rencontre. Lire la suite de cette entrée »

Dominique, 52 ans, Professeur des Ecoles

Solidarité humanitaire au Cambodge

Moi qui me questionnais beaucoup sur la pérennité de notre action et par conséquent de la mienne ; en voyant la photo de ces deux bébés de 6 mois qui sont arrivés complètement déshydratés en début de mission, et en regardant leurs sourires, seulement 8 jours après notre départ ; j’ai, en un instant, compris le sens de mon geste … cette main tendue … ce infiniment « peu » pour nous et ce « beaucoup » pour eux … et ce pourquoi, pour ces deux petits bouts, j’ai eu raison d y aller ….

Un vrai miracle !!!  J’ai eu un peu de mal à trouver ma place, l’impression de faire du tourisme humanitaire ; j’exécutais les tâches sans être persuadée de mon action … Maintenant, je sais … je souhaite continuer et apporter « ma » petite pierre » à l’édifice  … et je m’engage, à mon niveau, à y contribuer …

Ma vie, maintenant aura un sens différent et je n’oublierai jamais, dans mon quotidien,  l’arrivée de ces petits bouts et mon impression d’effroi à ce moment là … Je me sentais tellement démunie … ENSEMBLE,  nous avons mis les moyens et rassemblé nos forces pour trouver une solution … Quoi vous dire de plus ? L’action sur place de personnes qui se battent au quotidien sont de vrais relais efficaces. Sans eux, notre action n’aurait aucun sens … C’est très réconfortant …

Très belle et riche expérience.

Yes, we can !!!

Il y forcément quelque chose à faire.

Bravo Mission Humanitaire !!!!

De Emilie, Directrice Artistique

Retour du pays des sourires

On improvise un peu  au début, régulation, animation, pharmacie, les activités ne manquent pas et puis, on trouve ses marques, on donne toute  son énergie, son enthousiasme. Les sourires des anciens  et les câlins des plus petits vous rassurent, vous êtes bien en train de vivre une aventure unique avec un peuple exceptionnel.

Quelques gestes simples, des sourires par milliers, des regards, des bobos, des pansements,  des situations médicales plus urgentes aussi,  des jeux, quelques mots échangés en khmer, en français, en langage des signes ; à chaque moment vous êtes le maillon de cette jolie chaîne qui fait que la journée est réussie, puis la suivante, puis celle d’après, puis la mission.

emilie-cambodgePortée par la force d’un groupe solidaire,  drôle et volontaire, les échanges sont aussi fructueux la journée que le soir, autour du débrief ou d’une Angkor Bier.

Bien sûr, tous ces petits bonheurs ne seraient  pas possibles sans l’écoute attentive, la bonne humeur, les attentions, les  précieux conseils  et surtout les solutions adéquates de Chantal, notre chef de mission. « Royale Chantal ».

Lire la suite de cette entrée »

De Elisa, Infirmière, Nîmes

Partir en mission au Cambodge

Partir j’y avais songé … Puis la vie prend son cours, jamais le temps, les missions proposées nous engagent sur du long terme et nous obligent à tout claquer … Et puis un jour, j’en ai eu marre et en cherchant vraiment je suis tombée sur le site Internet de MISSION HUMANITAIRE

Le pays du sourire… C’était l’occasion ou jamais comme on dit !!

Lettre de motivation et CV envoyés et me voilà convoquée pour le séminaire. Un moment très fort ces deux jours à Azay le rideau, l’occasion de rencontrer des personnes avec la même envie, les échanges et les expériences ont fusés tout le w.end.

Je suis repartie le dimanche midi pour prendre ma garde de nuit le soir même à Nîmes, je pense que toutes mes collègues se souviendront de mon état d’esprit en arrivant : « c’est sûr JE PARS !! »

Machine enclenchée, départ en mission au Cambodge le 25 novembre… J’ai vécu un « rêve éveillé » !! Une population accueillante et adorable. Le pays du sourire porte bien son nom.OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Notre mission a été confronté à des aléas inattendus mais ce que nous avons pu recevoir de ce peuple reste à jamais dans mon esprit, j’ai pris une réelle leçon de vie qui me servira au quotidien. J’en ai pris plein les yeux et plein le cœur, cette expérience est inoubliable.

L’avantage de partir que 15 jours pour des raisons pratiques devient frustrant une fois sur place lorsqu’on se rend compte du besoin de cette population, on veut voir l’évolution de nos soins, on a envie de mettre en place des projets, de les suivre …

Et tout cela ne devient qu’une seule motivation : repartir…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Connexion Tribu MH
:
: