Créateur de vocations humanitaires 
Autres témoignages

De Philippe, Médecin

Bénévolat humanitaire au Bénin

La cinquantaine, et l’envie de faire autre chose, d’exercer différemment, de donner du temps aux autres.

Ma première mission humanitaire médicale, quelques appréhensions suite aux récits souvent exagérés entendus par ci par là (« Ma médecine générale » un peu loin..).

Ce fut une mission pleine de bonheur et d’émotions auprès des enfants de l’orphelinat « Amour et Manon », mais aussi avec les populations que nous avons rencontrées dans les villages lors de nos consultations médicales (le rythme était parfois soutenu).

L’équipe était jeune et très motivée et tout s’est bien passé, grâce aussi à une organisation « parfaite » de nos chefs de mission.

Le caractère mixte de cette mission me parait très approprié pour une 1ère fois .

Un grand Merci à toute l’équipe de MH (association MISSION HUMANITAIRE) et aux bénévoles qui ont participé à la réussite de cette mission.

De Robert, Ingénieur, Bordeaux

Ma première mission humanitaire en Afrique

Et voilà, je viens de faire ma première mission avec MH (l’association MISSION HUMANITAIRE), et c’était à Ouidah, au Bénin avec Léa en chef de mission.

Un grand merci à elle, qui a organisé de main de maitre cette mission.

Tout était parfait, à part peut être la durée, je serais bien resté quelques jours de plus !

Merci à Hugues, le cuisinier qui a varié les plats dans une cuisine simple et locale.

Merci aussi à Thomas, l’homme de la maison MH, pour, entres autres, les nombreux démarrages du groupe électrogène.

Merci à Hot, le chauffeur, pour sa conduite et ses commentaires touristiques, il en connait des choses sur son pays !

Merci à Hassan et Noel, les médecins locaux, et tous les traducteurs pour leur contact et leur travail efficace.

Merci aussi à tous les autres bénévoles, pour leur entrain et leur bonne humeur.

Et merci, bien sûr, à tous les béninois que nous avons rencontrés, et certains (nombreux tout de même) soignés, pour leur chaleur et leur gentillesse.

J’ai passé des moments inoubliables en la compagnie de tout ce monde là, dans un Bénin très attachant.

Une magnifique et très enrichissante expérience, qui, j’espère pourra se renouveler avec le professionnalisme de l’organisation MH (association MISSION HUMANITAIRE).

Robert

De Valérie, Manipulatrice en radiologie, VALREAS

Partir en mission humanitaire au Cambodge

Valerie2Avant de partir en mission humanitaire, j’ai ressenti quelques appréhensions.

En quoi puis-je être utile en n’étant pas médecin, partir avec 12 inconnus dans un pays que l’on ne connait pas.

Finalement, tous mes doutes se sont vite envolés.

L’organisation MH (association MISSION HUMANITAIRE) est au point, chacun sait ce qu’il a à faire et comment se rendre utile.

On part avec des inconnus et on revient avec des amis aussi bien parmi les bénévoles que parmi l’équipe des traducteurs.

L’accueil a été très chaleureux, les gens sont toujours souriants malgré leurs conditions de vie assez rudes.

Les stigmates de la guerre sont toujours présents.

Consulter dans des lieux aussi typiques, tels que des pagodes ou sur les villages flottants est merveilleux.

Le seul point négatif est ce sentiment d’impuissance de ne pas pouvoir faire plus pour les gens.

Lorsque l’on revient, la seule envie est de repartir.

Valérie

De Delphine, Conseiller en gestion de patrimoine, Chateauroux

Mission humanitaire au Cambodge

J’ai souvent pour habitude de dire que rien arrive par hasard … Depuis longtemps, je souhaitais, sans le réaliser, partir en mission humanitaire.

Et puis un soir, je clique, re clique … et je tombe sur un site … LE SITE  de MH (MISSION HUMANITAIRE) !!

On en discute entre amies, et bingo inscription pour le séminaire .. et … départ vers le Cambodge le 23 mars 2014 !

J’ai beau chercher et retourner mes phrases et mes mots je crois que rien ne pourra exprimer ce que j’ai ressenti et vu là bas .. IL FAUT LE VIVRE.

La mission humanitaire au Cambodge a la particularité d’être itinérante, les consultations ont eu lieu dans plusieurs villages, différents les uns des autres,  mais le moment le plus fort  sera sans conteste le passage de 3 jours sur les villages flottants où, en étant loin de tout, on se sent au plus près de la population et du groupe.

Immersion et dépaysement complets !

Les appréhensions des 1ères heures laissent place a des souvenirs et des anecdotes aujourd’hui, uniques.

L’organisation bien ficelée de MH  (l’association MISSION HUMANITAIRE) permet de se sentir efficace sur chacun des postes même lorsque l’on ne vient pas du milieu médical, on peut aussi bien être « l’assistant du médecin », que recevoir les patients, préparer les médicaments  ou occuper les enfants.

On peut rire à 11h05, et avoir le cœur serré a 11h15, préparer un traitement pour l’hypertension le jeudi et jouer à « 1 2 3 soleil » avec les enfants le vendredi.

Je garderai longtemps en mémoire la patience et la sérénité de la population, le sourire et la curiosité des enfants, la première matinée à l’orphelinat « Enzo et Tina » pour préparer la mission.

Et puis, il y a les bénévoles … au fil des jours on apprend chacun à se connaître et à agir ensemble.

Merci à MH (MISSION HUMANITAIRE), à l’équipe sur place (médecins, traducteurs), à Marine, notre chef de mission, de m’avoir permis de vivre cette première, mais certainement pas dernière, mission, telle que je l’avais imaginé.

Delphine

De Aurélie, Infirmière

Mission humanitaire Madagascar, du 3 au 19 mai 2014

Tout a commencé le jour de mes 25 ans …

Ça y est je m’envole pour Madagascar … c’est partie pour l’aventure.

On commence fort avec un voyage de plus de 12h mais qui passe tout seul devant l’excitation de cette première mission avec l’association « Mission Humanitaire » (MH).

Première rencontre avec le groupe à l’aéroport et c’est partie pour 15 jours en « colocation » tous ensembles ….

Cette mission humanitaire était purement médicale et c’était ce que je recherchais d’ailleurs. Étant infirmière, j’étais heureuse de faire une mission médicale.

Pendant 15 jours nous nous sommes déplacés dans les villages de brousse et aussi à l’hôpital d’Ambanja, à la rencontre des Malgaches pour leur apporter un peu d’aide médicale, leur permettre de voir un médecin, notre soutien et de leur fournir les médicaments nécessaire ainsi que les soins dont ils peuvent avoir besoin.

Mes premiers jours ont été impressionnants … Dès notre première journée à l’hôpital d’Ambanja, j’enchainais pansement sur pansement (tous les jours n’ont pas été surbooké en pansement mais le premier oui).

Je me suis vite dit que je venais d’apprendre en quelques jours ici, plus qu’en 2 ans à l’hôpital en France…. et ça me plaisait énormément.

En tant qu’infirmière je n’ai pas occupé que le poste d’infirmière mais j’ai aussi assisté les médecins (j’ai beaucoup appris à leurs cotés) j’étais aussi à l’accueil des personnes et à la pharmacie.

Les jours se sont enchainés avec en moyenne 130 consultations, avec de très belles rencontres (dont l’équipe Malgache et notre directrice pays qui est unique et vraiment géniale) et parfois des soins impressionnants.

Ce fut une expérience humanitaire très enrichissante et très intéressante.

Madagascar est un pays magnifique, coloré, accueillant et à découvrir. Dès mon arrivée sur cette île, j’en suis tombée amoureuse et c’est pourquoi j’y reste jusqu’en septembre …

De Patrice, retraité, Biarritz

Ma mission humanitaire au Bénin

Je suis revenu transformé et enchanté de ce voyage humanitaire : on était 10 personnes avec la chef de mission, Léa jeune femme très dynamique, souriante, sûre d’elle et qui a managé tout ce monde avec beaucoup de diplomatie et d’efficacité.

Il n’y a pas eu un seul faux pas durant le séjour.  On a eu même droit à être reçu par le Roi du Vaudou dans son Palais de Ouidah.

Les 9 autres bénévoles : 3 infirmières de 22  27 et 52 ans 1 femme médecin, et 4 autres personnes non médicales entre 49 ans et 65 ans. On s’est tous très bien entendus.

Les journées étaient bien remplies, entres les consultations médicales dans les écoles et dans les villages. La population est demandeuse car les occasions de se soigner sont rares.

Les béninois étaient très ravis de notre venue, car en plus ont leur donnait des conseils de santé et d’hygiène.

Je suis passé dans tous les postes de travail, soins, régulation, pharmacie et assistant de médecin ; poste que je préférai, les médecins étaient béninois et ils aimaient plaisanter.

Durant les W E on s’occupait des 28 enfants qui sont dans un orphelinat « AMOUR et MANON » directement géré par « Mission Humanitaire« .

Entre leur faire réciter leurs leçons, puis les distraire : jeux, sport piscine. Ils ont joué aussi à la pelote basque grâce à des palas que j’avais amenées, quel plaisir de les voir s’amuser et rire … Ils nous ont de suite appelé tous « tonton » et « tata ».

Certains d’entre eux étaient très affectueux et voulaient savoir quand on allait revenir, c ‘est pour dire si notre présence était attendue. Lire la suite de cette entrée »

De Elodie, Aide-soignante

Ma mission humanitaire au Bénin

De retour de ma première mission au Bénin avec Mission Humanitaire … que vous dire …?

Waouh … c’est une expérience exceptionnelle !

Pour notre 1ère journée, nous avons fait la découverte du pays avec cette rencontre du roi Vaudou, l’accueil chaleureux des ces villageois de Ouidah avec qui nous avons partagé leurs danses et leurs musiques, le temple des pythons et de la forêt sacrée.

Ce qui nous a permis d’apporter au mieux notre aide et de comprendre davantage ce peuple pendant ces deux belles semaines.

Ensuite, nous avons rejoint l’orphelinat « AMOUR et MANON ».

Un accueil au rythme de la musique, de la danse et le sourire toujours présent (comme tous les béninois) nous ont épaté.

Nous avons fait une visite de l’orphelinat avec ces enfants très contents de nous montrer leur chambre, le jour de leur anniversaire affiché dans la salle de vie …

elodie_beninNous avons effectué des activités de loisirs, des sorties et du soutien scolaire.

Des enfants demandeurs et qui veulent toujours aller plus loin.

En quelques mots, un énorme partage avec ces enfants de rires, de tendresse, de sourires …

Une mission diversifiée avec ces missions médicales qui nous ont amenées dans les villages de pêcheurs et de brousses. Dès notre venue, les enfants accourraient, curieux de nous voir. Chaque villageois voulant aider à nous installer au mieux. Un moment d’échange avec ces béninois qui nous montrent qu’avec très peu de moyens pour vivre, arrivent à garder cette joie de vivre.

Merci à notre super chef de mission (Léa) et notre petite équipe de bénévoles avec qui nous avons créé une bonne collaboration.

Également un grand merci au personnel béninois qui nous accompagné lors de notre mission.

A bientôt pour une nouvelle aventure avec MH

De Jean-Michel, retraité du Ministère de la Défense

Une mission humanitaire au Togo

J’ai déjà fait plusieurs missions avec MH (MISSION HUMANITAIRE) et c’est chaque fois le même élan de solidarité qui m’anime.

En effet Thierry en concertation avec des associations locales a, au court de cette mission d’évaluation « testé » la possibilité de venir avec des bénévoles au Togo.

Nous avons assisté à la naissance du petit Louis et du petit Loïc, prénoms d’enfants de bénévoles pour nous montrer que les togolais sont sincères et généreux, la troisième naissance c’est la coopération entre MH et le Togo.

Pays accueillant et très sympathique ces habitants ont le rythme dans la peau malgré la pauvreté du pays.

Notre chauffeur Hot, un béninois qui est  togolais, était venu avec « ses amis » et nous a grandement aidé  à conduire au mieux cette première mission togolaise avec Edmond et Espoir nos présidents d’associations locales.jmtogo1

Lors de notre arrivé à Amoussouskopé, un petit village à une centaine de kilomètre de Lomé, nous avons été accueilli par les notables du village et avons palabré sur les modalités de la mission et du prêt du dispensaire local.

Nous avons ensuite installé notre pharmacie, les salles pour les médecins, l’infirmerie et l’accueil étant situé sous le préau.

jmtogo2Nos consultations pouvaient commencer. Chacun faisait de son mieux pour aider la population.

Pauline la sage-femme locale dansait avec nous afin de faire passer le temps et ne pas sentir l’attente sous le soleil.

Notre coopération fut forte en services rendus, en joie procurée aux populations et nous nous sommes promis de revenir vivre cette belle aventure.

J’ai hâte de revoir Espoir ainsi qu’Edmond qui sont devenus nos amis et très content de cette nouvelle coopération. Nous avons même chanté notre joie sur la route du retour !

A bientôt.

Jean-Michel

De Bernadette, Auxiliaire de puériculture

Ma première expérience humanitaire au Cambodge

Je me posais beaucoup de questions avant cette 1ère mission humanitaire.

Je me suis lancée : je ne regrette rien au contraire.

En sortant de l’aéroport nous faisons connaissance  avec notre chef de mission, Jean Luc, qui a été à l’écoute de nos attentes pendant tout le séjour. Je l’en remercie.

Bonne ambiance avec l’équipe malgré les différences d’âge.

bernadettekhmLes médecins Cambodgiens très sympas, les traducteurs prêts à rendre service, toujours présents quand on a besoin d’eux.

J’étais fière de me rendre utile, d’aider le mieux possible cette population appauvrie, tellement contente et pleins d’espoirs de nous recevoir et de les aider.

Les échanges avec les enfants parmi les jeux divers : la joie de dessiner, de jouer au ballon, le brossage des dents.

Je n’oublierai pas le regard  de cette dame de 94 ans (en lui prenant la tension) très touchante !!!

Je me suis investie à fond dans les différentes tâches qui m’étaient confiées ; pour moi c’était que du bonheur.

J’ai vécu une expérience enrichissante,  émouvante et très chaleureuse (j’étais dans un autre monde) partager des souvenirs pleins la tête. Difficile de revenir a la réalité ……..

On a découvert les enfants de l’orphelinat  « Enzo et Tina » : très touchants !

Après cette belle aventure !!! mon souhait le plus fort : c’est DE REPARTIR !

Merci MH

BERNADETTE

De Jean-Luc, 61 ans, Retraité, Caen

Après le Cambodge le Bénin …

De retour depuis quelques jours de mission humanitaire  au Bénin, ma première mission de certification, je ne trouve pas de mots pour vous dire combien cette mission fut enrichissante. J’y ai découvert un pays que je ne connaissais pas et ce fut un vrai bonheur, la joie de vivre des enfants de l’orphelinat AMOUR ET MANON, curieux de tout, leurs sourires  malicieux, leur besoin de tendresse attentifs au soutien  scolaire que nous leur avons modestement donné.

SONY DSCNous avons été immergé dans le pays par une visite de Ouidah son temple des pythons, sa porte du non-retour et surtout par la rencontre du pontife du Vaudou qui nous a permis de mieux comprendre ce peuple si attachant.

L’action de l’association MISSION HUMANITAIRE au BÉNIN est diversifiée, gestion de l’orphelinat AMOUR ET MANON ou 33 enfants de tous âges vivent.

L’action médicale humanitaire auprès des populations  dans des villages perdus dans la lagune ou nos jeunes infirmières ont exercé leur talent, ces villages sont suivis tous les trois mois par l’association MISSION HUMANITAIRE (MH) et il y a fort à faire.

Le soutien et le suivi scolaire de l’école Bon Berger ou nous sommes accueillis à bras ouverts. Les enfants sont très demandeurs, attentifs au cours que nous leur avons donnés mais ne dédaigne  pas une partie de foot un atelier de scoubidous ou des coloriages.

Je me suis découvert un gout pour le soutien scolaire pourtant ce n’était pas toujours facile.

Cette mission fut pour moi une grande leçon d’humilité auprès de ces gens qui vivent avec presque rien mais qui ont toujours le sourire, nous préparant des noix de coco pour nous remercier. Lire la suite de cette entrée »

Connexion Tribu MH
:
: