Créateur de vocations humanitaires 
Autres témoignages

De Jeanne, Infirmière

Mission humanitaire Inde du sud, Octobre 2018

Cette expérience a été GÉNIALE.

Pourtant, avant de partir j’appréhendais un peu ce à quoi j’allais être confronté, mais aussi l’ambiance dans le groupe avec lequel j’allais partir ne connaissant personne.

Durant ce voyage, j’ai pu découvrir une population généreuse et très accueillante envers nous et j’ai pu partager avec eux des moments inoubliables (à l’école lors des ateliers, lors des consultations médicales, lors du dépistage de lèpre et même lors de simples balades).

Néanmoins, j’ai été heurté dans ma rigueur professionnelle à quelques reprises. Dans ses moments là, j’ai toujours essayé de retirer que le positif afin de réussir à surmonter ces épreuves.

Dans le groupe, non plus cela n’a pas toujours été simple de vivre avec certaines personnalités très différentes de nous pendant 15 jours, mais la cohésion du reste du groupe ainsi que notre chef de mission a été très importante dans les moments les plus difficiles.

En conclusion, je ne retiendrais que le positif et suis prête à repartir pour une autre mission humanitaire …

De Denis, Ingénieur Réseau Sécurité, Toulouse

Mission au Cambodge

Quelques mois ont passé depuis mon retour de mission mais tout est encore parfaitement inscrit dans ma mémoire : les échanges, les rencontres, les actes, les sourires et ma décision très rapide d’y retourner.

Tout a démarré avant le départ de France par des échanges de mails entre notre chef de mission et les bénévoles. Le souvenir le plus fort qui me restera est la volonté de tous de laisser en France nos préoccupations et de remplir la mission sans grain de sable et dans l’efficacité totale. Pour cela, chacun s’est rendu utile et a pris la mesure des responsabilités confiées par notre chef de mission chaque soir pour le lendemain.

Au Cambodge, j’ai assisté les médecins dans leurs soins aux populations visitées et me suis émerveillé du professionnalisme des infirmières bénévoles. Elles ne se séparent jamais de leurs sourires et de leur générosité, même dans les moments difficiles.

J’ai apprécié les extraordinaires échanges avec les patients et avec les orphelins cambodgiens. A chacun de leur merci, je me disais que c’était moi qui devais le faire. Les distributions de vêtements, de jouets, de crayons, de produits de toilette déclenchent des moments souvent émouvants, parfois hilarants. Quelle merveilleuse idée de les avoir collectés avant la mission et d’en avoir rempli nos bagages !

Bien avant la date de retour, nous avons tous convenus de nous revoir en mission et de donner encore de notre enthousiasme pour recevoir comme jamais ailleurs. Marine, Véro, Claudia, Delphine, Sousou, Pascaline, à très bientôt avec d’autres bénévoles qui voudront partager cela.

Pour terminer, je transmets un grand bonjour à nos amis médecins, notre sympathique chauffeur et à nos infatigables interprètes qui ont fait avec nous une équipe vraiment géniale.

Manon, Infirmière en Pédiatrie, Levallois-Perret

MADAGASCAR 2017

Aéroport de Paris, je m’apprête à décoller pour Madagascar pour la première fois.

Un peu d’appréhension, mais surtout une grande excitation.

Je découvre le groupe de personnes qui constitue notre équipe, beaucoup de personnalités différentes venant d’horizons différents mais qui s’avéreront être des personnes plus enrichissantes les unes que les autres.

 

Après un long voyage, agrémenté de paysages magnifiques, c’est une immersion totale dans la culture Malgache. Une adaptation presque naturelle accompagnée par notre chef de mission, les traducteurs et les représentants de l’association MISSION HUMANITAIRE sur place.

 

 

Une seule hâte : être au milieu de la population.

Premier jour de consultation : je me prends une vague de plein fouet de bonheur, de sourires, de rires d’enfants et d’émotions diverses. Malgré l’extrême pauvreté de ce peuple, chaque village nous accueille en nous offrant une disponibilité maximale.

Les jours de consultations se suivent et ne se ressemblent pas. Chaque village, chacune des personnes rencontrées ont une histoire différente et ils me touchent chacun à leur manière.

En tant qu’infirmière, je me suis sentie utile dans chacune des prises en charge. Je me suis remise en question dans les diverses situations rencontrées afin d’abandonner mes habitudes occidentales et à la fois, de les utiliser à bon escient pour les rendre utiles sur place.

C’est une petite goutte que nous avons apporté à cet océan de besoins, mais notre utilité n’est pas vaine et s’inscrit dans un cercle bien rodé par l’association MISSION HUMANITAIRE. Quel plaisir de recevoir des patients ramenant leur carnet de santé mis en place les années précédentes.

L’organisation rassurante et efficace de l’association MISSION HUMANITAIRE m’a mise en confiance et bien accompagnée tout au long de la mission. Je n’ai qu’une seule hâte c’est repartir à nouveau.

C’est difficile de mettre des mots sur ce que j’ai vécu, il faut le vivre pour comprendre.

Daphné, 22 ans, étudiante en sciences politiques et sociales, Padoue (Italie)

Mission humanitaire à Pondichéry (août 2014)

Je suis partie en mission humanitaire à Pondichéry, en Inde du Sud, cet été, une immersion dans la vie quotidienne indienne, je recommande cela à tout le monde !

C’est la première mission avec MH (l’association MISSION HUMANITAIRE), pour ma mère Chantal et moi.

Nous avions décidé de nous engager ensemble dans cette aventure indienne et de partager notre passion commune du voyage et du contact humain ; cela a été pour nous deux une expérience incroyable.

Nous étions donc que des filles et des femmes en mission humanitaire (14 !), d’âges disparates et de formations différentes.

La mission humanitaire est pourtant « médicale », et nous avions que deux infirmières dans l’équipe, et bien cela n’a pas été du tout un handicap !

Notre équipe était dynamique, enthousiaste et enjouée, on s’est bien entendu au fil des jours que ce soit sur le terrain ou à la maison MH.

Nous sommes d’ailleurs encore en contact grâce aux réseaux sociaux et au travail de Mathilda, qui s’est chargée de récupérer toutes nos photos afin que nous puissions les partager par Internet.

Il est vrai que lorsqu’on part en mission humanitaire, c’est « à la rencontre de l’autre », et on ne pense pas forcément que « l’autre » peut-être tout simplement une personne du groupe ou bien un membre de l’équipe locale. Lire la suite de cette entrée »

De Aurélie, Infirmière

Mission humanitaire Madagascar, du 3 au 19 mai 2014

Tout a commencé le jour de mes 25 ans …

Ça y est je m’envole pour Madagascar … c’est partie pour l’aventure.

On commence fort avec un voyage de plus de 12h mais qui passe tout seul devant l’excitation de cette première mission avec l’association « Mission Humanitaire » (MH).

Première rencontre avec le groupe à l’aéroport et c’est partie pour 15 jours en « colocation » tous ensembles ….

Cette mission humanitaire était purement médicale et c’était ce que je recherchais d’ailleurs. Étant infirmière, j’étais heureuse de faire une mission médicale.

Pendant 15 jours nous nous sommes déplacés dans les villages de brousse et aussi à l’hôpital d’Ambanja, à la rencontre des Malgaches pour leur apporter un peu d’aide médicale, leur permettre de voir un médecin, notre soutien et de leur fournir les médicaments nécessaire ainsi que les soins dont ils peuvent avoir besoin.

Mes premiers jours ont été impressionnants … Dès notre première journée à l’hôpital d’Ambanja, j’enchainais pansement sur pansement (tous les jours n’ont pas été surbooké en pansement mais le premier oui).

Je me suis vite dit que je venais d’apprendre en quelques jours ici, plus qu’en 2 ans à l’hôpital en France…. et ça me plaisait énormément.

En tant qu’infirmière je n’ai pas occupé que le poste d’infirmière mais j’ai aussi assisté les médecins (j’ai beaucoup appris à leurs cotés) j’étais aussi à l’accueil des personnes et à la pharmacie.

Les jours se sont enchainés avec en moyenne 130 consultations, avec de très belles rencontres (dont l’équipe Malgache et notre directrice pays qui est unique et vraiment géniale) et parfois des soins impressionnants.

Ce fut une expérience humanitaire très enrichissante et très intéressante.

Madagascar est un pays magnifique, coloré, accueillant et à découvrir. Dès mon arrivée sur cette île, j’en suis tombée amoureuse et c’est pourquoi j’y reste jusqu’en septembre …

Une naissance en mission humanitaire au Cambodge

Une expérience humanitaire inoubliable

Toute l’équipe MH Cambodge (MISSION HUMANITAIRE) en mission à SVEY REANG en février 2014, a eu le grand plaisir d’assister à la naissance d’une petite Cambodgienne Laura, 2.800 kilos, durant nos consultations médicales à SVEY REANG.

Notre infirmière pédiatrique bénévole, Laura, a assisté la sage femme locale lors de cet heureux événement.

La maman qui a souhaité donner le prénom de notre infirmière à son bébé, se porte bien et la petite fille aussi.

Bravo à toute l’équipe bénévole qui était sur place.

Un beau souvenir humanitaire dans les mémoires.

C’est aussi cela la magie des missions humanitaires !

De Patrice, retraité, Biarritz

Ma mission humanitaire au Bénin

Je suis revenu transformé et enchanté de ce voyage humanitaire : on était 10 personnes avec la chef de mission, Léa jeune femme très dynamique, souriante, sûre d’elle et qui a managé tout ce monde avec beaucoup de diplomatie et d’efficacité.

Il n’y a pas eu un seul faux pas durant le séjour.  On a eu même droit à être reçu par le Roi du Vaudou dans son Palais de Ouidah.

Les 9 autres bénévoles : 3 infirmières de 22  27 et 52 ans 1 femme médecin, et 4 autres personnes non médicales entre 49 ans et 65 ans. On s’est tous très bien entendus.

Les journées étaient bien remplies, entres les consultations médicales dans les écoles et dans les villages. La population est demandeuse car les occasions de se soigner sont rares.

Les béninois étaient très ravis de notre venue, car en plus ont leur donnait des conseils de santé et d’hygiène.

Je suis passé dans tous les postes de travail, soins, régulation, pharmacie et assistant de médecin ; poste que je préférai, les médecins étaient béninois et ils aimaient plaisanter.

Durant les W E on s’occupait des 28 enfants qui sont dans un orphelinat « AMOUR et MANON » directement géré par « Mission Humanitaire« .

Entre leur faire réciter leurs leçons, puis les distraire : jeux, sport piscine. Ils ont joué aussi à la pelote basque grâce à des palas que j’avais amenées, quel plaisir de les voir s’amuser et rire … Ils nous ont de suite appelé tous « tonton » et « tata ».

Certains d’entre eux étaient très affectueux et voulaient savoir quand on allait revenir, c ‘est pour dire si notre présence était attendue. Lire la suite de cette entrée »

De Lise, Infirmière, Marcq en Baroeul

Ma première mission humanitaire – novembre 2013

OLYMPUS DIGITAL CAMERAJ’ai vécu ma première mission humanitaire au Cambodge, dans un pays où cohabite le beau, le dur, le laid !

Un panel d’émotions jour après jour, la rencontre d’un peuple à la fois chaleureux, généreux et attachant.

lisecambodge_2Nous arrivions à échanger malgré la barrière de la langue et grâce aux interprètes.

J’ai gardé des souvenirs plein la tête, une expérience humaine enrichissante, en immersion totale surtout sur les villages flottants …

C’était un autre monde ! Quel bonheur d’être dans un pays ou personne ne s’énerve, c’est apaisant et puis ils ont tellement de bon sens…

Je suis ravie d’avoir contribué à l’amélioration de leur bien être.

Merci à toute l’équipe MH (MISSION HUMANITAIRE)

A très bientôt

Lise

De Sylvie, Professeur de Théâtre

Expérience humanitaire au Bénin – 2013

Pour ma part les premiers mots formulés, au retour de mission, furent pour ma fille, après un enlacement de plusieurs minutes.

Ce dimanche s’allonge en douceur,  pour me retrouver et récupérer de la fatigue que je n’avais pas soupçonnée.

sylviebeninJe n’ai pas de grandes découvertes fondamentales à délivrer,  car j’ai le sentiment chaque soir au débriefing, d’avoir confié avec sincérité ce qui m’habitait quotidiennement.

Je suis simplement encore plus empreint d’une force terrestre appelée Amour.

Et je sais que je ne fais pas fausse route en empruntant des chemins qui m’attirent pour parvenir à le vivre, le partager, l’offrir et le recueillir.

C’est pourquoi aujourd’hui,  repue de cette grande aventure humaine, je peux savourer en solitaire,  tous ces instants magiques,  forts, émouvants,  qui viennent de s’écouler.

sylvie_benin13Je rythme quelques souvenirs présents sur fond de jolis prénoms qui résonnent en moi. Des rires en cascades avec les filles et le garçon !  De la complicité avec ma chambrée,  mon docteur et mon infirmière.  Des gestes que je ne savais réaliser, des choses qui étaient en moi, et que j’ai mis à jour,  pour aller au bout de mon rêve.

Je remercie M.H (MISSION HUMANITAIRE) et mon chef de mission de m’avoir fait confiance en m’offrant l’opportunité de cette fabuleuse partie de ma vie. Elle sera, vivra longtemps en moi.

Je vais fermer les yeux,  pour retrouver des regards d’enfants. Pour entendre le silence des mercis de tous ces gens que l’on a aidés.

A très bientôt

Sylvie

De Clélia, agent de service hospitalier, Saint broladre

Témoignage d’une mission au Bénin   23/09/13 – 05/10/13

Quand je suis allée au séminaire au mois de juin, je ne pensais pas que fin septembre, je serais du voyage pour une mission au Bénin.

J’y allais avec plein de questions, de doutes, qui ce sont envolés à la fin du week-end à Azay le Rideau. Je n’avais plus qu’une envie « PARTIR » !

cleliaLe 23 septembre, le jour du départ, commençait pour moi, une nouvelle aventure humaine. C’est pleine de motivations mais aussi d’appréhensions que je suis arrivée à OUIDAH. Je suis repartie cependant avec pleins de beaux souvenirs, remplie de joie et d’amour et l’envie de repartir dés que possible.

Cette mission avec mes 3 collègues ( Élodie, Mickaël, François -Régis), et avec Léa notre CHEF DE MISSION a été des plus formatrices. Pouvoir à la fois apprendre le fonctionnement des BÉNINOIS à travers leur culture, tout en aidant dans les villages est très constructeur.

Être auprès des enfants de l’orphelinat, aussi bien pour du soutien scolaire que pour des jeux, était également enrichissant. J’ai découvert en côtoyant les villageois et les enfants de « Amour et Manon » une force qui les habitent, qui leur permet de continuer à aller de l’avant, malgré tous les obstacles qui embûche leur chemin. Ils vont à l’essentiel et se montrent vis à vis de nous, toujours chaleureux, en passant par dessus leur tristesse. Ils ont une volonté de s’en sortir et d’avancer. Lire la suite de cette entrée »

Connexion Tribu MH
:
: