Créateur de vocations humanitaires 
Autres témoignages

Participez à une Mission Humanitaire

Transformer votre passion en actions, en toute confiance, quelle que soit votre formation.

Vous souhaitez donner 8 à 15 jours de votre temps, de vos vacances et participer à une mission humanitaire ou réaliser votre stage dans un cadre humanitaire sérieux, alors votre candidature nous intéresse.

 

MISSION HUMANITAIRE est une Organisation de Solidarité Internationale, déclarée, qui vous propose de partir pour des missions humanitaires en Asie, en Afrique et sur plusieurs destinations.

 

Vous intègrerez alors des équipes bénévoles (médicales, para médicales ou citoyennes) pour un stage ou une mission humanitaire pouvant aller d’une semaine à plusieurs mois.

Cette expérience unique vous donnera une autre dimension dans vos relations humaines et votre vie de tous les jours.

Si vous étiez venus chercher un voyage humanitaire, vous repartirez avec une mission concrète à effectuer au sein d’une association, pour le bien des populations que nous soutenons.

Des milliers de bénévoles ont déjà fait le pas … alors n’attendez plus et venez découvrir le bonheur de faire des actions utiles et responsables. Votre action ne sera pas une « goutte d’eau » et notre séminaire de formation est là pour vous y préparer.

Cliquez ici pour la liste des missions 2019

 

De Duc, Chirurgien Dentiste, Lille

Mission Cambodge, Mars 2018

Après une petite trentaine d’années d’exercice, il m’est apparu le désir d’apporter mes compétences dans l’humanitaire.

L’association MISSION HUMANITAIRE est arrivée tout d’abord par défaut car je m’apprêtais à partir avec une autre association, mais la mission a été annulée à la dernière minute. Après le séminaire, je n’avais plus de doute sur le sérieux de l’association MISSION HUMANITAIRE et j’ai décidé de partir au Cambodge, où il y avait un peu de matériel dentaire. C’était là, ma première mission humanitaire.

Cependant, c’était sans appréhension que je suis arrivé à Phnom Penh, car j’avais eu contact avec une ancienne dentiste bénévole partie deux mois plus tôt, et qui m’avait déjà « briefé » sur ma fonction lors de la mission.

La mission itinérante, s’est déroulée sur 4 sites différents dans le sud du pays. J’ai eu la chance d’avoir une assistante bénévole en plus d’une traductrice qui se prêtait aussi à l’assistance, quand l’assistante bénévole assurait le nettoyage de l’instrumentation, un luxe que je n’ai même pas dans mon quotidien !

Plus de 1 100 patients ont été vus (pour 3 médecins et un dentiste). Pour ma part, environ 200 dents ont été soignées ou extraites. Chaque patient repartait avec son échantillon de dentifrice et sa brosse à dent. Notre équipe était une petite équipe qui n’a pas permis de détacher un bénévole pour la prévention. Cependant j’ai pu faire une pause fauteuil pour une petite séance auprès de quelques enfants.

La population locale a un besoin de soins dentaires énorme, et j’ai pu améliorer un peu leur quotidien, même si parfois la frustration par manque de moyens techniques s’est fait ressentir. Mais celle-ci disparaissait rapidement devant leur reconnaissance après les soins prodigués. Nous pourrions prendre de la graine, devant cette population docile et si patiente lors des soins.

La mission médicale était dense (soins sur 10 jours), mais heureusement coupée d’une agréable journée off passée sur Koh Tonsay ou l’île du Lapin, petite île située au large de Kep. Malgré un confort très sommaire, cette invitation à la paresse nous a tous permis de recharger les batteries.

Merci à tous les bénévoles de l’équipe, très motivés, à l’équipe locale pour leur bonne humeur, et à notre chef de mission, pour sa gentillesse et son professionnalisme.

Merci à MISSION HUMANITAIRE pour cette belle aventure, si riche en émotions.

De Élisabeth, Retraitée comptable, Bordeaux

Mission Cambodge

Cette première mission au Cambodge m’inquiétait un peu de par mon utilité sur le terrain et de par ce que j’allais trouver sur place.

Mais ce fût une expérience formidable tant sur le plan de l’organisation qui était sans faille, que sur le plan humain avec une équipe très sympathique et volontaire et un chef de mission qui a su être présent, attentif, et sérieux. Je ne pourrai oublier les habitants que nous avons visité et qui ont des besoins très importants pour certains. Ils sont toujours respectueux, souriants et très humains.

Passé le temps d’adaptation, notre équipe s’est mise au travail et tout le monde était là pour venir en aide aux populations. Chacun a beaucoup donné et également beaucoup reçu, surtout lorsque nous avons visité les enfants adorables et joueurs de la maison de protection à l’enfance « Enzo et Tina ».

Je pourrai parler à l’infini de cette expérience humanitaire qui a été pour moi un immense bonheur. Je suis prête à repartir pour une nouvelle mission humanitaire dans les mois à venir.

Merci à mon chef de mission, pour m’avoir fait vivre une telle expérience qui laissera très certainement des traces positives indélébiles et qui m’offre un autre regard sur le monde.

De Lucie, Pédicure-podologue, Lille

Mission Cambodge

Je suis partie pour ma première mission humanitaire au Cambodge avec l’association MISSION HUMANITAIRE. Seule, avec une certaine appréhension et la peur de l’inconnu. Vais-je être utile? Trouver ma place ? Plein de questions me traversaient l’esprit … Mais une fois sur place, les doutes s’envolent. Tout est très bien organisé et je ne regretterai qu’une chose … ne pas avoir franchi le pas avant !

Tout d’abord, quelques chiffres, assez révélateurs de notre action :

17 jours de mission, 13 bénévoles, 922 patients soignés !

Cette mission était itinérante et à 80% médicale. Nous travaillions de village en village, certains étaient très reculés. Nous assistions les médecins, faisions la régulation des patients et de la prévention. J’ai pu tenir un premier poste de régulation des patients, avec un traducteur qui nous « immerge » dans la population. Le second poste fut celui d’assistant du médecin. Le patient était ensuite emmené dans un endroit un peu retiré, où quelques tables, des tréteaux et de nombreuses caisses métalliques servaient de pharmacie.

Chaque matin, après avoir roulé sur des routes peu accessibles, nous arrivions dans les villages. Une fois sur place, nous installions nos postes. Les patients étaient bien souvent déjà arrivés. Je me souviens être passée dans cette foule d’habitants le premier jour, ils nous applaudissaient, nous saluaient. Notre émotion était à son comble … La population était reconnaissante, courageuse, attachante. Ce fut une belle leçon de vie.

Nous pouvions voir jusqu’à une centaine de patients par jour. Et malgré l’attente pour la consultation, jamais je n’ai entendu quelqu’un se plaindre. Des hommes et des femmes marqués par la pauvreté, se révèlent riches par leur grandeur d’âme, leur dignité, leur sensibilité, leur gentillesse, leur simplicité. Ils ont si peu de choses et sont prêts à les partager… Sans le savoir, ils nous donnent des leçons de vie magistrales, ils nous permettent de relativiser nos propres maux. J’ai découvert le « vrai » Cambodge, le contact direct avec la population. Vivre avec eux, partager leurs repas, leur culture, leurs traditions, rire avec eux, jouer avec les enfants : les choses simples de la vie.

Nous avons vécu des moments avec les enfants de la maison de protection à l’enfance « Enzo et Tina ». Bien que nous ne connaissions pas leur langue, je me souviens de cette partie de cartes avec un enfant, il était rieur et très taquin.

Enfin, le dernier jour, nous avons visité les temples d’Angkor, récompense ultime après 15 jours de travail. C’était incroyable et grandiose. Et avant de reprendre l’avion pour rentrer en France, nous nous sommes promenés à travers quelques marchés locaux pour ramener des petits souvenirs même si tout est gravé à vie dans nos mémoires …

Aujourd’hui, je suis déterminée à renouveler cette expérience dès que possible. Maintenant que j’y ai goûté, je ne pourrai plus m’en passer … Et si j’ai pu vous transmettre émotionnellement cette formidable aventure, si j’ai pu vous convaincre du bien-fondé de ce genre d’actions, et si à l’avenir vous souhaitiez vous engager, je n’ai qu’une chose à dire : FONCEZ, et ce, quelle que soit votre profession.

Oui, 2 semaines de mobilisation comptent et je vous garantis que vous en reviendrez grandis !

De Cécile

Mission Cambodge

Je suis partie de Normandie pour rejoindre Roissy ; la découverte du groupe et du Chef de mission français se fait avec enthousiasme. Nos premiers échanges se font entre 16 bénévoles d’âges différents (de 25 à 68 ans), d’horizons professionnels et géographiques différents.

Nous étions loin d’imaginer à quel point nous formions un super groupe où on retient les qualités de chacun, avec un chef qui nous encourage et nous écoute attentivement en nous tirant vers le haut. Cet élan nous a permis de réaliser plus de 1 000 consultations dans différents villages avec sérénité.

Les cambodgiens avec leurs sourires, leurs remerciements, leurs regards profonds nous ont communiqué leur calme et leur zénitude qui m’ont tant marquée. Tout le monde a sa place et participe activement. Cette chaleur humaine aide à surpasser le choc culturel que chacun traverse différemment. Les au revoir tant redoutés se font avec beaucoup d’émotions.

La mission s’est bien déroulée, l’organisation MISSION HUMANITAIRE y est sûrement pour quelque chose et le travail en amont de la mission, fait par l’assistante chef de mission cambodgienne aussi, alors merci à eux.

Je n’ai qu’une chose à dire à ceux qui hésitent, n’attendez pas, contactez l’association MISSION HUMANITAIRE, organisez-vous, c’est une aventure humaine inoubliable, un don de 15 jours de votre temps, une belle action …

De Denis, Ingénieur Réseau Sécurité, Toulouse

Mission au Cambodge

Quelques mois ont passé depuis mon retour de mission mais tout est encore parfaitement inscrit dans ma mémoire : les échanges, les rencontres, les actes, les sourires et ma décision très rapide d’y retourner.

Tout a démarré avant le départ de France par des échanges de mails entre notre chef de mission et les bénévoles. Le souvenir le plus fort qui me restera est la volonté de tous de laisser en France nos préoccupations et de remplir la mission sans grain de sable et dans l’efficacité totale. Pour cela, chacun s’est rendu utile et a pris la mesure des responsabilités confiées par notre chef de mission chaque soir pour le lendemain.

Au Cambodge, j’ai assisté les médecins dans leurs soins aux populations visitées et me suis émerveillé du professionnalisme des infirmières bénévoles. Elles ne se séparent jamais de leurs sourires et de leur générosité, même dans les moments difficiles.

J’ai apprécié les extraordinaires échanges avec les patients et avec les orphelins cambodgiens. A chacun de leur merci, je me disais que c’était moi qui devais le faire. Les distributions de vêtements, de jouets, de crayons, de produits de toilette déclenchent des moments souvent émouvants, parfois hilarants. Quelle merveilleuse idée de les avoir collectés avant la mission et d’en avoir rempli nos bagages !

Bien avant la date de retour, nous avons tous convenus de nous revoir en mission et de donner encore de notre enthousiasme pour recevoir comme jamais ailleurs. Marine, Véro, Claudia, Delphine, Sousou, Pascaline, à très bientôt avec d’autres bénévoles qui voudront partager cela.

Pour terminer, je transmets un grand bonjour à nos amis médecins, notre sympathique chauffeur et à nos infatigables interprètes qui ont fait avec nous une équipe vraiment géniale.

De Christine, Commerciale, Bordeaux et Florence, Professeur des Écoles à Courseulles sur Mer,

Mission Cambodge,

Nous nous sommes rencontrées lors d’un séminaire de l’Organisation de Solidarité Internationale MISSION HUMANITAIRE, à Azay-le-Rideau, en Juin 2016. Après avoir participé à une première mission en juillet 2016 en Inde du Sud, nous sommes parties tenter une nouvelle aventure au Cambodge.

Cette mission, tout comme la précédente, nous a permis de vivre des moments riches en émotions, en rencontres et en échanges avec les bénévoles présents, l’équipe cambodgienne et notre chef de mission Abou, fédérateur du groupe.

Nous avons beaucoup aimé le côté itinérant de la mission, les rapports avec l’équipe cambodgienne (le référent sur place, les médecins, les interprètes et le chauffeur). Nous avons eu le sentiment de former une véritable famille franco-cambodgienne tout au long de notre séjour.

Nous sommes conscientes que notre action reste une goutte d’eau dans l’océan mais nous savons aussi, l’une et l’autre, à quel point ces expériences apportent aux personnes des villages que nous rencontrons et à nous-mêmes !

Déjà prêtes pour un nouveau départ en 2018 avec MH !

De Hugo, étudiant en licence de Droit et Science Politique

Mon stage longue durée au Cambodge

Suite à une première mission en Inde avec l’organisation sérieuse Mission Humanitaire (MH) durant l’été 2016, mon souhait de m’engager plus sérieusement dans ce domaine s’est concrétisé et ma volonté de repartir en mission s’est renouvelée.

Actuellement étudiant en licence de Droit et Science Politique à Lyon, je souhaitais, dans l’optique de poursuivre des études dans le domaine des enjeux humanitaire, réaliser un stage d’une plus longue durée.

Ma première expérience au sein l’organisation Mission Humanitaire a donc renforcé mon désir de partir à nouveau avec cette association. C’est alors qu’après une courte formation, un simple projet devenait réalité et, le 21 juillet 2017, je décollais pour Phnom Penh, au Cambodge.

Je fus très bien accueilli dès mon arrivée à l’aéroport et, après un court trajet en tuk-tuk à travers la capitale khmer, j’arrivais enfin à la Maison MH où j’allais résider durant un mois en compagnie d’une autre stagiaire déjà sur place et des volontaires de passage en mission.

Dès mon arrivée, nous sommes allés chercher les enfants à l’école comme serait le cas pratiquement chaque jour et, à ma grande surprise, ils étaient tous très impatient de me rencontrer. Lire la suite de cette entrée »

De Ludovic, Ingénieur, Lyon

Mission Pondichéry et Cambodge,

Après une première mission inoubliable avec l’association MISSION HUMANITAIRE à Pondichéry, difficile de ne pas repartir. Cette fois, ce fût le Cambodge, et toujours autant de souvenirs.

Partant donner un peu de notre temps dans un but humanitaire, on culpabiliserait presque de recevoir et de s’enrichir autant personnellement.

Même si MISSION HUMANITAIRE, ce n’est pas de l’humanitaire d’urgence, avec plus de 1 000 consultations médicales dans des villages plus ou moins reculés et le soutien à la maison de protection à l’enfance « Enzo et Tina », on sait que, sans avoir sauvé le monde, notre présence a été utile.

Je pense qu’une mission c’est d’abord des rencontres et des échanges. Nous partageons des temps de sourires et de rires, mais aussi d’inquiétudes avec les patients.

Nous échangeons avec les enfants qui nous font vivre des moments magiques, que ce soit dans une cour d’école ou à la maison de protection à l’enfance « Enzo et Tina ». Nous partageons aussi avec l’équipe locale qui nous accompagne pendant la mission. Et enfin, nous vivons comme une petite famille hyper-attentionnée, composée de bénévoles qui, riches de leurs différences, se réunissent pour 15 jours autour d’un but commun et partagent une expérience unique.

Une mission avec l’association MISSION HUMANITAIRE, c’est également une vraie immersion culturelle. Il me sera impossible d’oublier cette nuit en pagode, réveillé par les tambours des Bonzes à 4h du matin, ni celle passée chez l’habitant dans un petit village. Pas plus que je ne pourrai oublier, avec tout le contraste que cela implique, notre journée de repos passée à visiter les magnifiques temps d’Angkor et à danser dans les rues de la ville plus touristique de Siem Reap.

Bref, j’ai vécu deux aventures extraordinaires. Nous partons avec l’espoir de changer un peu les choses et nous revenons en ayant changé soi-même.

Merci à tous les personnes que j’ai eu la chance de découvrir et d’apprécier durant ces deux missions ainsi qu’à tous ceux qui ont œuvré pour que l’association MISSION HUMANITAIRE existe et devienne ce qu’elle est ; une association sérieuse, efficace et utile pour les populations.

De Noémie, professeur, Mantes La Jolie

Mission au Cambodge,

Je suis tout juste rentrée d’une mission humanitaire médicale au Cambodge, ma deuxième mission avec l’association MISSION HUMANITAIRE. Je dois dire que j’ai encore du mal à réaliser tout ce que nous avons pu vivre …

Ce fût une mission très bien organisée, grâce à notre chef de mission fraîchement certifiée et grâce à l’association MISSION HUMANITAIRE.

Nous avons découvert différentes populations à travers une mission itinérante et, à chaque fois, nous avons été très bien accueillis : des sourires, des remerciements, des fous rires … Certes, la barrière de la langue est présente mais les sourires et les mains tendues remplacent largement le dialogue.

Les consultations médicales avec les médecins sont inoubliables. Nous nous trouvons face à des situations très difficiles, bouleversantes et aussi face à quelques petites situations drôles. Nous transmettons les médicaments selon les prescriptions, le plus souvent dans la bonne humeur avec les autres bénévoles.

Quant au poste accueil, il est très enrichissant et permet d’avoir un contact avec la population. L’équipe khmer est merveilleuse : un grand merci à eux !

Merci à l’association MISSION HUMANITAIRE pour toute l’organisation, merci à toute l’équipe cambodgienne. Un grand merci également à tous les bénévoles de l’équipe !

Connexion Tribu MH
:
: