Créateur de vocations humanitaires 
Autres témoignages

Mission humanitaire en Afrique (Bénin et Togo)

Véronique est commerciale en France et elle a participé à une mission humanitaire au Bénin et Togo en Avril 2019. Elle nous raconte ses impressions de mission :

Cette mission humanitaire BENIN-TOGO était la première pour moi. Tout s’est très bien passé.

La première semaine au Bénin en consultations médicales nous fait prendre conscience de la fragilité de la population. Le moment le plus délicat est certainement le départ de chaque village. Il y aurait encore tant à faire…

La deuxième semaine au Togo était presque plus physique avec des travaux de maçonnerie et de peinture. Tous les objectifs ont été remplis. L’équipe du Togo nous a fait partager des moments d’immersion intenses, festifs et touchants.

Je n’attendais rien de particulier de cette mission humanitaire, je voulais juste donner de mon temps et de mon énergie à une cause, j’ai reçu bien plus en retour.

Cet échange humain indéfinissable, ces visages, et regards que je n’oublierai jamais.

Toutes ces personnes qui ont croisé nos chemins ne nous laissent pas indifférents et nous amènent obligatoirement à une réflexion sur nos propres vies et nos comportements.

Ce fut une expérience incroyable et perturbante que j’ai hâte de renouveler.

Mission humanitaire à Madagascar

Catherine et Vincent nous racontent leur expérience en mission humanitaire à Madagascar, en avril 2019 :

C’était un projet qui se mûrissait depuis un certain temps. Déjà investis dans des associations solidaires locales, nous avions depuis un moment le désir de participer à une mission humanitaire dans un pays étranger.

C’est donc avec plaisir que nous avons rejoint le groupe de l’association MISSION HUMANITAIRE, qui est parti à Madagascar début avril 2019.

Tout était découverte pour nous, le pays et les différents rôles à tenir dans le processus bien rodé des consultations. Chaque jour nous a donc apporté des connaissances nouvelles, en fonction du poste occupé.

borne kilometriqueGrâce à Denise, notre chef de mission, le groupe très hétérogène dans les âges et les horizons professionnels s’est très rapidement soudé. L’entraide a permis d’appréhender chaque poste avec sérénité puisqu’on savait qu’on pouvait être épaulé et qu’on pouvait questionner sans crainte. Le succès d’une mission doit sans doute beaucoup à la qualité du chef de mission. Encadrer, rassurer, organiser, expliquer, écouter, autant de choses que Denise a assuré avec brio pour nous tous pendant ces deux semaines.

Nous ne remercierons, également, jamais assez Élisabeth, pharmacienne de métier. Merci pour sa bienveillance lors de nos passages communs à la pharmacie.

Le poste de régulation s’est révélé le poste dans lequel on avait le plus de contact avec la population. Celui de l’animation favorisant surtout les échanges avec les enfants.

À chaque fois, que de sourires, d’échanges de regards qui étaient plus bavards que toutes les paroles. Nous espérons sincèrement que les patients qui nous exprimaient tant de gratitude ont bien mesuré combien ils nous ont enrichis de toute leur humanité.
C’était exactement ce que nous étions venus chercher dans cette mission : le don mais aussi la richesse des expériences humaines.

Tout ceci n’aurait pu se faire sans l’équipe locale de l’association MISSION HUMANITAIRE, sans Roselyne. Au-delà des personnes qui nous accompagnaient lors des consultations, nous voulons aussi exprimer toute notre gratitude. Pour celles qui ont œuvré dans l’ombre, parfois sans qu’on les croise, pour nous accompagner dans cette mission. Nous pensons aux personnes qui ont entretenu notre linge, la maison et à celles qui ont garni notre table chaque jour avec des plats cuisinés avec soin.

personnes repas a tableOn pense avec nostalgie au plaisir des tablées du midi, à l’ombre des manguiers, lorsque l’heure du repas arrivait. À coup sûr, nous avions de bons plats à partager dans la plus belle des salles à manger.

Trouver un sens à son travail sur une durée de deux semaines nécessite de pouvoir inscrire son engagement dans une organisation locale pérenne. Il est également indispensable d’avoir quelques clefs de lecture pour comprendre la culture du pays. En particulier pour éviter le sentiment de frustration par rapport à l’efficacité de son action. Pour tous les éléments fournis, merci infiniment à Roselyne.
Grâce à elle, nous avons eu le sentiment d’avoir apporté une petite pierre à l’édifice. Cet édifice qu’elle construit sans relâche, par son travail et par sa capacité à fédérer les bonnes volontés autour d’elle.

Au cours d’une conversation, elle nous a parlé du poids de la culture, de la nécessité de l’éducation et du rôle de la “conscientisation”. Merci Roselyne, il y avait si longtemps que personne n’avait convoqué ce mot devant nous pour faire avancer les bonnes causes.

Nous sommes donc repartis de cette mission humanitaire avec la sensation d’avoir été utiles et surtout riches. Très riches d’une expérience humaine tant dans les rencontres avec la population que dans les échanges avec l’équipe locale. Sans oublier, bien entendu, la vie avec le groupe des volontaires.

Mission humanitaire en Inde

Suzanne, pharmacienne, a participé à une mission humanitaire en Inde. Elle souhaite nous faire partager son expérience humanitaire lors de cette mission :

Il y avait au départ de cette mission 7 bénévoles venues toutes d’horizons différents mais chacune hyper motivée. Pour certaines c’était une première mission avec un peu d’appréhension et pour d’autres déjà de l’expérience dans l’humanitaire.

La magie de MH (MISSION HUMANITAIRE) s’est opérée dès la première rencontre. Ces journées se sont organisées dans une parfaite harmonie. Cela allait du partage des chambrées, aux tâches popotes de la guest house et aux différents postes de mission. Le tout sous l’œil bienveillant de Michèle, notre cheffe de mission.

En chiffre ce fut plus de 900 patients qui ont été vus en consultation mais surtout pour beaucoup d’entre eux c’est un peu de cette chaleur humaine que chacune, quel que soit le poste occupé, a pu leur apporter. Sans oublier le soulagement des plaies avec les soins réalisés par Delphine, notre jeune infirmière. Les diagnostics de Marie Jo notre médecin étaient d’une aide précieuse.

J’avais choisi cette mission, un peu avec une certaine crainte, pour vivre une nouvelle expérience. Par exemple celle d’approcher la réalité de la lèpre, une maladie encore bien présente avec tous ses ravages et mutilations. La journée au sein du dispensaire a généré d’intenses émotions face à ces plaies parfois difficiles à voir. Mais surtout nous y avons compris l’importance du dépistage que nous allions réaliser pendant 2 jours dans des villages de dalits, au plus proche du vécu de cette population d’exclus.

Malgré les longs déplacements, toutes ces journées étaient ponctuées de moments forts. Ces moments forts furent partagés sans tabou au moment du débrif, et qui resteront marquées dans notre esprit pour longtemps encore.

Pour terminer il y avait les 2 journées de chantier humanitaire où nous avons rendu un peu de couleurs à une école. Ayant choisi de m’engager chez MH pour le côté « pharmacie » j’allais vers cette partie de la mission sans grande motivation. Mais rapidement les sourires et la complicité de tous ces enfants ont vite fait de transformer ces journées en moments de bonheur.

Ce n’était pas ma 1ere mission avec MH et j’espère que ce n’est pas la dernière..

L’inde est un pays complexe, parfois difficile à comprendre à notre vision d’européen, mais aux multiples besoins. On rentre d’une mission MH avec un regard bien différent sur la place du superflu dans notre société. Et surtout avec le sentiment d’y avoir laissé un peu d’espoir dans tous ces villages de grand dénuement.

Mission humanitaire en Inde

Véronique, infirmière, nous raconte sa mission

Mission Andrah Pradesh, Janvier 2019

KAKINADA… un nom qui fait rêver !

Ce n’est certes pas un coin touristique… mais on y trouve des villages qui y vivent et qui ont besoin qu’on les aide.

Oui, l’Inde c’est très pollué, c’est très sale, c’est très bruyant.

Mais quelle tendresse à partager avec cette population délaissée par tous, abîmée par leurs conditions de vie et de travail difficiles
Quelle joie de voir cette jeunesse heureuse de la moindre attention qu’on leur porte.

Ensuite, on rentre en France avec un autre regard, plus humain, sur le monde.

Mission humanitaire de Véronique, médecin généraliste

Véronique, Médecin généraliste

Mission Andrah Pradesh, Janvier 2019

Expérience humaine, culturelle, émotionnelle et professionnelle très riche, au sein d’une équipe où chacun avait son parcours de vie et ses projets bien individualisés mais réunis par le même souhait de donner de son temps, de ses finances, des rires et des sourires à des populations inconnues, pleines de surprises et de contrastes, de reconnaissance et de joies de nous accueillir humblement dans leur village ou même dans leur propre maison.

Quel bonheur de les voir rire en nous croisant, demander de multiples selfies, remercier pour les quelques minutes accordées, nous inviter à manger avec 3 ou 4 personnes dans notre dos pour prévenir nos moindres besoins, visiter leur tour Eiffel, fêter l’anniversaire de Maëla chez OM Foundation avec feu d’artifices sur la terrasse !

On ne s’arrêtera pas sur la pollution empêchant de voir le ciel bleu, sur les klaxons permanents, ni sur la saleté des villes. Mais plutôt sur la propreté de nos visiteurs, et des quelques maisons vues de l’intérieur, des saris lumineux et colorés des femmes, sur les sourires magnifiques recueillis de partout masquant une pauvreté réelle mais pleine de dignité et de force.

Les deux points forts ont été la peinture des préaux d’une école et une journée de mission dans une école pour enfants handicapés : accueil inoubliable, chants et danses soulevant les larmes, joie et sourires encore et toujours….

Équipe formidable y compris notre chef de mission Lauriane.
Aucun problème pendant toute cette mission même s’il a fallu sans cesse s’adapter au fonctionnement des Indiens. Après tout, sûrement le secret pour devenir plus zen….

Logement parfait, le même pendant tout le séjour.

Si nous n’avons sauvé personne, au moins espérons nous avoir apporté du bonheur à toutes les personnes rencontrées. Ce qui est certain c’est que nous en sommes revenus différents, heureux et tellement plus riches.

Mission humanitaire de Guislaine, mère au foyer, 55 ans

Mission Humanitaire au Cambodge, Janvier 2019

Après une première expérience réussie à Madagascar auprès de MH (l’association MISSION HUMANITAIRE), J’ai choisi de partir au Cambodge pour ma 2ème Mission Humanitaire.

Toutes les 2 étaient des missions médicales. C’était le seul point commun.

La mayonnaise a pris tout de suite. Nous avons formé dès le premier jour de consultation une équipe de choc entre bénévoles, chef de mission et équipe locale.

Les premiers jours ont été denses mais riches en rencontres de toutes sortes avec les habitants. Que ce soit dans les villages de campagne ou les villages flottants, notre venue semblait représenter un moment de fête. Les habitants se faisaient un honneur de nous recevoir. Le matériel mis à notre disposition (les tables entre autres) était recouvert de jolies nappes. Nous avons toujours été accueillis comme des rois.

Une mission médicale itinérante en partie dans les villages flottants a permis de découvrir et de vivre au plus près de la population, de mieux comprendre leurs besoins (médicaux ou autres). Cela nous a permis de partager des moments uniques, inoubliables et même parfois improbables : hébergement chez l’habitant (chef de village), participation imprévue à un mariage, malades arrivant en barque à notre plate-forme, une mamie venant à la consultation avec ses 6 petits-enfants…

Je suis très fière d’avoir participé à cette magnifique aventure et d’avoir pu aider à soulager les différents maux des locaux.

Une maman nous a amené son fils en nous informant qu’il y a un an, l’enfant était complètement dénutri, et grâce à MH et les conseils de nos médecins, il ressemblait plutôt maintenant à un petit sumo. Ceci représente une petite victoire qui permet de dire que la pérennité de nos actions peut mener de petites à grandes victoires.

C’est la raison pour laquelle je me sens bien avec MH (l’association MISSION HUMANITAIRE). Et que je tiens à continuer mes actions lors de missions humanitaires.

Je tiens à remercier tout particulièrement Michèle, notre chef de mission pour son dévouement, son dynamisme et son organisation mais aussi pour son enthousiasme et sa bonne humeur qui a permis à l’équipe de fonctionner au top.

Merci également à Theary, les traducteurs Koko et Daneth, les médecins Smey, Ratha, So Ti Kun et notre chauffeur Tor.

A très bientôt, pour une nouvelle mission.

De Samia, auxiliaire de puériculture, 24 ans

Mission humanitaire au Cambodge, décembre 2018

Ma toute première mission humanitaire au Cambodge et certainement pas la dernière ! Ce fut une très belle expérience pour moi, très enrichissante.

Je me suis sentie en sécurité dans ce pays, et d’une part grâce à l’association MH, à notre chef de mission qui nous à donné toutes les informations nécessaires, et à l’équipe locale qui nous a permis de nous sentir à l’aise dans ce pays.

Évidemment le plus beau restera l’aide qu’on a pu leur apporter et le fait de se sentir utile et pouvoir partager avec eux.

Que dire à part que c’est un pays juste magnifique, et la population ? Magique !! Chaleureuse, respectueuse, adorable et toujours souriante. Quel dommage que ce soit si court.

Bien sûr je n’oublie pas notre équipe de bénévoles, juste formidable, très bonne entente et beaucoup d’entraide ! Entre rire pleurs, joie, nous avons passé de bons moments tous ensemble. De belle rencontre également avec l’équipe locale.

Des souvenirs qui resterons longtemps dans ma mémoire, à bientôt le Cambodge.

De Hélène, Responsable en communication

Mission Inde, novembre 2018

Partir en mission humanitaire me trottait dans la tête depuis quelques années.

Début 2018, je me suis décidée. J’ai envoyé ma demande d’inscription à l’association MISSION HUMANITAIRE. J’ai participé au séminaire.

La présentation de l’Organisation de Solidarité Internationale m’a définitivement convaincue de concrétiser mon projet, également de partir avec MH.

Indépendamment de cette décision personnelle, je tenais à sensibiliser mon entourage. Ainsi, des sponsors (entreprises) et mécènes (particuliers) ont soutenu le projet. Suite à l’organisation de plusieurs collectes, ce sont 45 kgs de dons (sous vêtements et produits d’hygiène) qui ont transité jusqu’en Inde.

Merci encore à eux !

Début novembre, ce fut le grand départ pour Dehradun dans le Nord du pays. Un mélange d’excitation et d’appréhension. Le cœur ouvert et le soutien de mes proches (dont mes 2 enfants), comme grande motivation. L’expérience est allée au-delà de mes attentes.

Nous étions un groupe de 5 bénévoles auquel s’ajoutait Michèle, notre « extraordinaire » cheffe de mission.

Immersion totale au cœur du pays, de sa population. Les tuks tuks, la musique indienne, les couleurs, les épices, la circulation urbaine dense et rythmée par les coups de klaxons… Le contact avec la population fut chaleureux. J’ai mémorisé une multitude de visages, où se dessinaient des sourires spontanés et sincères. La barrière de la langue fut un frein. Pour autant, les regards, les mains tendues, l’expression des visages font que la communication est partagée.

Chaque journée fut différente, unique. Nous avons participé à l’organisation de consultations médicales, de travaux au sein d’une école et d’une maison de l’enfance. Partager le quotidien de ces enfants tout en améliorant leur environnement nous a procuré un immense plaisir. Nous sommes aussi intervenus quelques jours en montagne. Les paysages étaient à couper le souffle malgré le froid H24. Les habitants étaient réservés, reconnaissants aussi.

Le lieu des missions variait, ainsi que les tâches. Malgré mon manque de compétences dans le domaine médical, je me suis sentie à ma place.

L’organisation est pensée pour que l’on puisse vivre l’expérience dans les meilleures conditions, sans stress parasitaire. Ce fut enrichissant et motivant.

Que d’émotions vécues en l’espace de 2 semaines. Des situations parfois difficiles, des moments de joie aussi. On ne rentre pas en France en étant la même. Une partie de mon cœur est resté en Inde. J’y retournerai, c’est une certitude !

 

De Michèle, Chef de mission

Mission Inde Octobre / novembre 2018

De retour dans mon pays de prédilection l’Inde, je retrouve la sérénité dans ces paysages grandioses que nous trouvons dans l’Inde du Nord, sur les contreforts de l’Himalaya à 2370 m d’altitude.

Ces populations accueillantes qui ne voient des médecins que lorsque l’association Mission humanitaire se déplace dans leur village. De ces enfants, craintifs et heureux à la fois mais qui se rapprochent très vite de nous, de ces couleurs chatoyantes, de ces odeurs d’épices que nous respirons à peine descendues de l’avion.

Deux équipes de 9 et 5 bénévoles, tous avides de rencontres formidables.

Tous les bénévoles ont vécu des moments inoubliables, de partage, de fous rires, d’ interrogations sur la culture, le mode de vie, les croyances. Ils ont aussi partagé le froid dans la montagne, les couvertures.

Tous étaient prêts à donner de leur temps, de leur énergie, de leur sourire et ils ont tous reçu au centuple. Ils ont donné, ils ont reçu.

 

Au total 745 personnes vues en consultation, 4 chantiers terminés dont 1 dans une école.

Une expérience inoubliable qui restera gravée dans leur cœur, et je suis sûre que je les reverrais dans une autre mission tellement le lien était fort. Je les attends…

De Julie, Digital & Content Producer

Mission humanitaire Madagascar, Novembre 2018

Cette mission humanitaire à Madagascar était ma première avec l’association Mission Humanitaire mais certainement pas la dernière.

J’y ai trouvé une équipe de bénévoles bienveillante, motivée et toujours de bonne humeur, une cheffe de mission à l’écoute et moteur, une équipe locale des plus agréable et compétente.

La mission a été une réussite à tous les niveaux.

Si elle nous a permis de découvrir un pays magnifique au travers d’une population dont le sourire, malgré la misère parfois rencontrée, ne laisse pas indifférent, elle a aussi permis à plus de 1000 personnes d’avoir accès à des soins ou des consultations médicales.

MH étant très implantée et très active au sein de Mahajanga, nous avons aussi pu apporter notre aide dans d’autres structures et avons par exemple, partagé un déjeuner de Noël avec des personnes âgées défavorisées.

Une superbe expérience, des plus enrichissantes, des rencontres incroyables, de beaux souvenirs et des sourires par milliers sont ce que je retiens de cette mission humanitaire à Madagascar.

Connexion Tribu MH
:
: