Créateur de vocations humanitaires 
Autres témoignages

De Aline, conseillère clientèle en banque

Mission Inde du sud, Octobre 2018

Grâce à Mission Humanitaire j’ai pu voyager autrement en étant plus proche des populations.

Il s’agissait de ma première mission humanitaire. J’en reviens plus que satisfaite, une expérience au-delà de mes attentes au cours de laquelle j’ai beaucoup appris.

N’exerçant pas une activité médicale, j’avais un peu peur de me sentir inutile, mais au contraire j’ai ressenti à quel point tout le monde est utile et peut contribuer à son niveau.

Une mission très variée avec des consultations médicales, dépistage de la lèpre, soin dans un dispensaire pour des lépreux et deux journées dans une école pour réaliser des travaux, ainsi que de la prévention et animations pour les enfants.

Pour résumer : une aventure humaine incroyable, dans un pays merveilleux, une population avec le sourire en permanence et une équipe de bénévole vraiment géniale.

J’ai vécu des moments inoubliables, qui resteront à jamais dans ma mémoire.

J’ai eu la chance de vivre au quotidien avec de super bénévoles, avec qui nous avons été très rapidement soudés.

 

L’association Mission Humanitaire m’a permis de réaliser un de mes souhaits que j’avais depuis longtemps, j’en ressors grandit et avec une seule envie : repartir au plus vite.

De Jeanne, Infirmière

Mission humanitaire Inde du sud, Octobre 2018

Cette expérience a été GÉNIALE.

Pourtant, avant de partir j’appréhendais un peu ce à quoi j’allais être confronté, mais aussi l’ambiance dans le groupe avec lequel j’allais partir ne connaissant personne.

Durant ce voyage, j’ai pu découvrir une population généreuse et très accueillante envers nous et j’ai pu partager avec eux des moments inoubliables (à l’école lors des ateliers, lors des consultations médicales, lors du dépistage de lèpre et même lors de simples balades).

Néanmoins, j’ai été heurté dans ma rigueur professionnelle à quelques reprises. Dans ses moments là, j’ai toujours essayé de retirer que le positif afin de réussir à surmonter ces épreuves.

Dans le groupe, non plus cela n’a pas toujours été simple de vivre avec certaines personnalités très différentes de nous pendant 15 jours, mais la cohésion du reste du groupe ainsi que notre chef de mission a été très importante dans les moments les plus difficiles.

En conclusion, je ne retiendrais que le positif et suis prête à repartir pour une autre mission humanitaire …

De Valérie et Catherine

Mission Dehradun, Mars 2018

Nous sommes 2 collègues de travail au sein d’un centre hospitalier.

Au cours d’une conversation, nous avons échangé sur notre volonté de participer à une mission humanitaire.
Après une recherche sur internet , nous avons choisi de contacter l’association MISSION HUMANITAIRE (MH).

Le weekend d’intégration a été un vrai moment d’échange et de partage. Nous sommes reparties convaincues par le projet de MH et l’organisation des différentes missions.

Nous avons alors fait le choix en 2016 de participer à la mission Inde du sud. Cette première mission a été vraiment une découverte multiple, le pays, la culture.

Nous avons été profondément bouleversées par tous ses moments de partage, de solidarité et de bienveillance entre la population et l’équipe MH.

 

Nous avons été séduites par ce pays et sa population. Nous avons donc décidé de repartir en mars 2018 sur la mission Dehradun.
Ce séjour était différent, avec une rencontre de la population des montagnes très éloignée des centres médicaux. Plusieurs heures de 4X4 étaient nécessaires pour se rendre sur les villages.
L’accueil des villageois a été chaleureux et bouleversant.

 

Nous pensions partir en mission humanitaire pour apporter une aide et un soutien à la population. L’énergie et le temps que nous avons consacré à MH n’est rien en regard de tout ce que nous avons reçu.
Ces missions ont changé notre vision de la vie et nos jugements sur les difficultés au quotidien.

 

Regarder nos photos nous replongent dans ces moments inoubliables et toujours avec le même plaisir.
Merci à l’organisation MH, de nous avoir permis de participer à ses missions en toute sécurité.

Au plaisir de repartir avec MH.
Valérie et Catherine

Témoignage de la population

Mission Bénin / Togo, Août 2018

Nous avons toujours beaucoup de plaisir à lire les témoignages de nos volontaires après une mission humanitaire.

Mais quand c’est un papa qui vient nous remercier, quand la population nous témoigne directement sa joie de nous voir et de nous revoir, alors nous savons à ce moment là, que notre mission en faveur des populations a été plus que bénéfique.

La pérennité des actions humanitaires réside dans le fait de suivre ces populations au fur et à mesure des années, afin de constater que notre travail commun porte ses fruits.

Lors de cette mission, un papa très ému (nous aussi d’ailleurs) est venu avec sa fillette pour nous remercier pour la mission de décembre 2017, durant laquelle on a soigné la petite. Elle était extrêmement malade de paludisme et c’est grâce à la mission qu’elle a été soignée.

Pas besoin de grands discours : simplement le merci de ce papa pour MISSION HUMANITAIRE et pour ses actions utiles en faveur des populations.

Merci à tous nos volontaires pour leur dévouement.

De Nicole, Reims

Mission mixte Bénin-Togo

17 jours riches de partages. C’est ma première mission, pas l’aventure, car MISSION HUMANITAIRE s’occupe de toute l’organisation, pas l’inconnu puisque le séminaire présente fidèlement les tâches. Mais quand même… le vécu, c’est autre chose !

Le contact et les actions menées avec les enfants des villages, et des orphelinats, des enfants assoiffés de tout, accueillants, volontaires, attentifs, serviables, étonnants, donnent envie d’y retourner, d’y rester, de prendre le temps.

L’accueil réservé par les villageois à l’équipe de MISSION HUMANITAIRE, parle de lui-même : nous sommes très attendus !

Les affectations aux différents postes m’ont beaucoup intéressé : à la régulation où je me suis amusée à balbutier quelques mots de leur langue et qui m’ont rapporté de généreux sourires ; assistante des différents médecins très disponibles à expliquer leur action et à échanger ; à la pharmacie, ah les sirops (il fallait l’inventer, cette méthode !) ; à l’infirmerie qui m’a fait vivre en direct la limite de notre intervention dans le cas de situations désespérées.

Merci à notre chef de mission, pour nous avoir pris en charge de cette façon, de penser à tout et de nous assurer le confort que ne connaissent pas les béninois et togolais. Sa maturité et son sens des responsabilités suscitent naturellement le respect.

Autant que j’ai pu le faire, mais pas assez, j’ai tellement aimé échanger avec chacun, les bénévoles MH avec lesquels je sais à priori que je partage une idéologie commune, les employés locaux, le sourire et la gentillesse de notre chauffeur, toujours disponible pour répondre et expliquer, les médecins, les traducteurs, les bénévoles sur place, les responsables d’associations… les villageois, leur accueil, leurs sourires, les enfants, les guides, et ceux que j’oublie sans ingratitude.

Je respecte l’organisation, la structuration et la philosophie des interventions de l’association MISSION HUMANITAIRE.

De Duc, Chirurgien Dentiste, Lille

Mission Cambodge, Mars 2018

Après une petite trentaine d’années d’exercice, il m’est apparu le désir d’apporter mes compétences dans l’humanitaire.

L’association MISSION HUMANITAIRE est arrivée tout d’abord par défaut car je m’apprêtais à partir avec une autre association, mais la mission a été annulée à la dernière minute. Après le séminaire, je n’avais plus de doute sur le sérieux de l’association MISSION HUMANITAIRE et j’ai décidé de partir au Cambodge, où il y avait un peu de matériel dentaire. C’était là, ma première mission humanitaire.

Cependant, c’était sans appréhension que je suis arrivé à Phnom Penh, car j’avais eu contact avec une ancienne dentiste bénévole partie deux mois plus tôt, et qui m’avait déjà « briefé » sur ma fonction lors de la mission.

La mission itinérante, s’est déroulée sur 4 sites différents dans le sud du pays. J’ai eu la chance d’avoir une assistante bénévole en plus d’une traductrice qui se prêtait aussi à l’assistance, quand l’assistante bénévole assurait le nettoyage de l’instrumentation, un luxe que je n’ai même pas dans mon quotidien !

Plus de 1 100 patients ont été vus (pour 3 médecins et un dentiste). Pour ma part, environ 200 dents ont été soignées ou extraites. Chaque patient repartait avec son échantillon de dentifrice et sa brosse à dent. Notre équipe était une petite équipe qui n’a pas permis de détacher un bénévole pour la prévention. Cependant j’ai pu faire une pause fauteuil pour une petite séance auprès de quelques enfants.

La population locale a un besoin de soins dentaires énorme, et j’ai pu améliorer un peu leur quotidien, même si parfois la frustration par manque de moyens techniques s’est fait ressentir. Mais celle-ci disparaissait rapidement devant leur reconnaissance après les soins prodigués. Nous pourrions prendre de la graine, devant cette population docile et si patiente lors des soins.

La mission médicale était dense (soins sur 10 jours), mais heureusement coupée d’une agréable journée off passée sur Koh Tonsay ou l’île du Lapin, petite île située au large de Kep. Malgré un confort très sommaire, cette invitation à la paresse nous a tous permis de recharger les batteries.

Merci à tous les bénévoles de l’équipe, très motivés, à l’équipe locale pour leur bonne humeur, et à notre chef de mission, pour sa gentillesse et son professionnalisme.

Merci à MISSION HUMANITAIRE pour cette belle aventure, si riche en émotions.

De Mathilde, Étudiante en droit, Nantes

Mission Inde du Sud

Cela fait un mois que je suis rentrée de ma mission en Inde, avec l’association MISSION HUMANITAIRE. C’était pour moi la première fois que je partais aussi loin toute seule et que je prenais l’avion. Autant vous dire qu’à la veille du départ je n’étais pas trop rassurée mais j’avais aussi très hâte de découvrir ce pays sur lequel on m’avait dit tant de bien.

A mon arrivée à l’aéroport, nous avons tout de suite fait connaissance avec les autres bénévoles ainsi qu’avec Fabrice, notre super chef de mission. Après un long voyage de 11 heures, nous avons découvert ce pays magnifique. Nous étions très bien installés sur notre lieu d’hébergement avec tout le nécessaire pour passer un bon séjour.

Puis, nous avons commencé les visites des villages pour soigner les personnes qui en avaient le plus besoin. Juste avant de partir en Inde, on me disait que j’allais voir des choses difficiles et tristes. Mais finalement, ces personnes sont loin d’être tristes. Malgré les problèmes de santé récurrents et leur pauvreté ils sont toujours souriants et très accueillants.

L’Inde est un pays magique. Ce voyage m’a fait mûrir et découvrir plein de belles choses. J’en garde un excellent souvenir et j’attends avec impatience ma prochaine mission.

Merci à l’association MISSION HUMANITAIRE pour ce magnifique voyage, à Fabrice notre super chef de mission et à toute l’équipe.

De Lucie, Pédicure-podologue, Lille

Mission Cambodge

Je suis partie pour ma première mission humanitaire au Cambodge avec l’association MISSION HUMANITAIRE. Seule, avec une certaine appréhension et la peur de l’inconnu. Vais-je être utile? Trouver ma place ? Plein de questions me traversaient l’esprit … Mais une fois sur place, les doutes s’envolent. Tout est très bien organisé et je ne regretterai qu’une chose … ne pas avoir franchi le pas avant !

Tout d’abord, quelques chiffres, assez révélateurs de notre action :

17 jours de mission, 13 bénévoles, 922 patients soignés !

Cette mission était itinérante et à 80% médicale. Nous travaillions de village en village, certains étaient très reculés. Nous assistions les médecins, faisions la régulation des patients et de la prévention. J’ai pu tenir un premier poste de régulation des patients, avec un traducteur qui nous « immerge » dans la population. Le second poste fut celui d’assistant du médecin. Le patient était ensuite emmené dans un endroit un peu retiré, où quelques tables, des tréteaux et de nombreuses caisses métalliques servaient de pharmacie.

Chaque matin, après avoir roulé sur des routes peu accessibles, nous arrivions dans les villages. Une fois sur place, nous installions nos postes. Les patients étaient bien souvent déjà arrivés. Je me souviens être passée dans cette foule d’habitants le premier jour, ils nous applaudissaient, nous saluaient. Notre émotion était à son comble … La population était reconnaissante, courageuse, attachante. Ce fut une belle leçon de vie.

Nous pouvions voir jusqu’à une centaine de patients par jour. Et malgré l’attente pour la consultation, jamais je n’ai entendu quelqu’un se plaindre. Des hommes et des femmes marqués par la pauvreté, se révèlent riches par leur grandeur d’âme, leur dignité, leur sensibilité, leur gentillesse, leur simplicité. Ils ont si peu de choses et sont prêts à les partager… Sans le savoir, ils nous donnent des leçons de vie magistrales, ils nous permettent de relativiser nos propres maux. J’ai découvert le « vrai » Cambodge, le contact direct avec la population. Vivre avec eux, partager leurs repas, leur culture, leurs traditions, rire avec eux, jouer avec les enfants : les choses simples de la vie.

Nous avons vécu des moments avec les enfants de la maison de protection à l’enfance « Enzo et Tina ». Bien que nous ne connaissions pas leur langue, je me souviens de cette partie de cartes avec un enfant, il était rieur et très taquin.

Enfin, le dernier jour, nous avons visité les temples d’Angkor, récompense ultime après 15 jours de travail. C’était incroyable et grandiose. Et avant de reprendre l’avion pour rentrer en France, nous nous sommes promenés à travers quelques marchés locaux pour ramener des petits souvenirs même si tout est gravé à vie dans nos mémoires …

Aujourd’hui, je suis déterminée à renouveler cette expérience dès que possible. Maintenant que j’y ai goûté, je ne pourrai plus m’en passer … Et si j’ai pu vous transmettre émotionnellement cette formidable aventure, si j’ai pu vous convaincre du bien-fondé de ce genre d’actions, et si à l’avenir vous souhaitiez vous engager, je n’ai qu’une chose à dire : FONCEZ, et ce, quelle que soit votre profession.

Oui, 2 semaines de mobilisation comptent et je vous garantis que vous en reviendrez grandis !

De Wassa

Mission Madagascar

Après le séminaire sur 2 jours à Azay-le-Rideau, j’étais plus que convaincue qu’il fallait que je fasse une mission humanitaire. Lors de ce séminaire, toutes les informations utiles au bon déroulement d’une mission ont été évoquées. Je n’avais plus qu’une envie : préparer mes valises et m’envoler pour Madagascar.

Rendez-vous le jour J à 8h00 au comptoir d’Air France avec notre chef de mission Fabrice. Je découvre alors l’équipe avec qui je vais passer les 2 semaines de mission. Dès les premières minutes de rencontre, une ambiance conviviale s’est installée.

Après 10h45 de vol, arrivée à Antananarivo. Première nuit dans un hôtel très sympa puis départ le lendemain matin pour 12h de route vers Mahajanga. Nous avons eu la chance de découvrir les magnifiques paysages de Madagascar.

Une fois arrivés à la maison MH, nous avons découvert le lieu dans lequel nous allions vivre durant la mission. J’ai vraiment été agréablement surprise lors de notre arrivée à la maison. Elle possède tout le confort, bien équipée et surtout d’une équipe très qualifiée qui prend à cœur de bien « nourrir » les bénévoles et de rendre la maison très propre.

J’ai eu la chance de passer une mission humanitaire extraordinaire. L’équipe locale qui nous accompagnait tous les jours, était très opérationnelle ! Ces derniers étaient toujours disponibles et à notre écoute. Même en faisant 1h30 de route (de brousse), la bonne ambiance et humeur m’a permis de passer sereinement les trajets.

N’étant pas du corps médical, j’appréhendais la mission essentiellement médicale. Je me demandais quelle utilité pourrais-je avoir. Finalement, tout s’est très bien passé et j’ai beaucoup apprécié être utile à tous les postes notamment à l’accueil.

Je garde donc une très belle expérience de ma première mission humanitaire. L’équipe de bénévole a joué un rôle important pour le bon déroulement de celle-ci.

Je me demande déjà quelle sera ma prochaine destination pour un deuxième voyage humanitaire avec MISSION HUMANITAIRE !

De Cécile

Mission Cambodge

Je suis partie de Normandie pour rejoindre Roissy ; la découverte du groupe et du Chef de mission français se fait avec enthousiasme. Nos premiers échanges se font entre 16 bénévoles d’âges différents (de 25 à 68 ans), d’horizons professionnels et géographiques différents.

Nous étions loin d’imaginer à quel point nous formions un super groupe où on retient les qualités de chacun, avec un chef qui nous encourage et nous écoute attentivement en nous tirant vers le haut. Cet élan nous a permis de réaliser plus de 1 000 consultations dans différents villages avec sérénité.

Les cambodgiens avec leurs sourires, leurs remerciements, leurs regards profonds nous ont communiqué leur calme et leur zénitude qui m’ont tant marquée. Tout le monde a sa place et participe activement. Cette chaleur humaine aide à surpasser le choc culturel que chacun traverse différemment. Les au revoir tant redoutés se font avec beaucoup d’émotions.

La mission s’est bien déroulée, l’organisation MISSION HUMANITAIRE y est sûrement pour quelque chose et le travail en amont de la mission, fait par l’assistante chef de mission cambodgienne aussi, alors merci à eux.

Je n’ai qu’une chose à dire à ceux qui hésitent, n’attendez pas, contactez l’association MISSION HUMANITAIRE, organisez-vous, c’est une aventure humaine inoubliable, un don de 15 jours de votre temps, une belle action …

Connexion Tribu MH
:
: