Créateur de vocations humanitaires 
Autres témoignages

Participez à une Mission Humanitaire

Participez à l’aide humanitaire et transformez votre passion en actions, en toute confiance, quelle que soit votre formation.

Vous souhaitez donner 8 à 15 jours de votre temps, de vos vacances et participer à une mission humanitaire. Vous souhaitez réaliser votre stage dans un cadre humanitaire sérieux. Votre candidature nous intéresse.

 

MISSION HUMANITAIRE est une Organisation de Solidarité Internationale, déclarée, qui vous propose de partir pour des missions humanitaires au Cambodge, à Madagascar, en Inde, au Bénin et au Togo.

 

Vous allez intégrer des équipes bénévoles (médicales, paramédicales, citoyennes ou des chantiers humanitaires) pour un stage ou une mission humanitaire pouvant aller de 15 jours à plusieurs mois.

Cette expérience unique vous donnera une autre dimension dans vos relations humaines et votre vie de tous les jours.

Si vous étiez venus chercher un voyage humanitaire, vous repartirez avec une mission concrète à effectuer. Grâce à vous, notre association vient en aide aux populations que nous soutenons.

Des centaines de bénévoles partent chaque année en mission humanitaire, avec notre association. Alors n’attendez plus et venez découvrir le bonheur de faire des actions utiles et responsables. Votre action ne sera pas une « goutte d’eau » et notre séminaire de formation est là pour vous y préparer.

 

 

Mission humanitaire à Madagascar

Catherine et Vincent nous racontent leur expérience en mission humanitaire à Madagascar, en avril 2019 :

C’était un projet qui se mûrissait depuis un certain temps. Déjà investis dans des associations solidaires locales, nous avions depuis un moment le désir de participer à une mission humanitaire dans un pays étranger.

C’est donc avec plaisir que nous avons rejoint le groupe de l’association MISSION HUMANITAIRE, qui est parti à Madagascar début avril 2019.

Tout était découverte pour nous, le pays et les différents rôles à tenir dans le processus bien rodé des consultations. Chaque jour nous a donc apporté des connaissances nouvelles, en fonction du poste occupé.

borne kilometriqueGrâce à Denise, notre chef de mission, le groupe très hétérogène dans les âges et les horizons professionnels s’est très rapidement soudé. L’entraide a permis d’appréhender chaque poste avec sérénité puisqu’on savait qu’on pouvait être épaulé et qu’on pouvait questionner sans crainte. Le succès d’une mission doit sans doute beaucoup à la qualité du chef de mission. Encadrer, rassurer, organiser, expliquer, écouter, autant de choses que Denise a assuré avec brio pour nous tous pendant ces deux semaines.

Nous ne remercierons, également, jamais assez Élisabeth, pharmacienne de métier. Merci pour sa bienveillance lors de nos passages communs à la pharmacie.

Le poste de régulation s’est révélé le poste dans lequel on avait le plus de contact avec la population. Celui de l’animation favorisant surtout les échanges avec les enfants.

À chaque fois, que de sourires, d’échanges de regards qui étaient plus bavards que toutes les paroles. Nous espérons sincèrement que les patients qui nous exprimaient tant de gratitude ont bien mesuré combien ils nous ont enrichis de toute leur humanité.
C’était exactement ce que nous étions venus chercher dans cette mission : le don mais aussi la richesse des expériences humaines.

Tout ceci n’aurait pu se faire sans l’équipe locale de l’association MISSION HUMANITAIRE, sans Roselyne. Au-delà des personnes qui nous accompagnaient lors des consultations, nous voulons aussi exprimer toute notre gratitude. Pour celles qui ont œuvré dans l’ombre, parfois sans qu’on les croise, pour nous accompagner dans cette mission. Nous pensons aux personnes qui ont entretenu notre linge, la maison et à celles qui ont garni notre table chaque jour avec des plats cuisinés avec soin.

personnes repas a tableOn pense avec nostalgie au plaisir des tablées du midi, à l’ombre des manguiers, lorsque l’heure du repas arrivait. À coup sûr, nous avions de bons plats à partager dans la plus belle des salles à manger.

Trouver un sens à son travail sur une durée de deux semaines nécessite de pouvoir inscrire son engagement dans une organisation locale pérenne. Il est également indispensable d’avoir quelques clefs de lecture pour comprendre la culture du pays. En particulier pour éviter le sentiment de frustration par rapport à l’efficacité de son action. Pour tous les éléments fournis, merci infiniment à Roselyne.
Grâce à elle, nous avons eu le sentiment d’avoir apporté une petite pierre à l’édifice. Cet édifice qu’elle construit sans relâche, par son travail et par sa capacité à fédérer les bonnes volontés autour d’elle.

Au cours d’une conversation, elle nous a parlé du poids de la culture, de la nécessité de l’éducation et du rôle de la “conscientisation”. Merci Roselyne, il y avait si longtemps que personne n’avait convoqué ce mot devant nous pour faire avancer les bonnes causes.

Nous sommes donc repartis de cette mission humanitaire avec la sensation d’avoir été utiles et surtout riches. Très riches d’une expérience humaine tant dans les rencontres avec la population que dans les échanges avec l’équipe locale. Sans oublier, bien entendu, la vie avec le groupe des volontaires.

Mission humanitaire en Inde

Virginie, Vétérinaire, rentre d’une mission humanitaire en Inde ; elle souhaite nous raconter sa mission :

« Petite, je voulais devenir médecin humanitaire… les hasards de la vie m’ont conduits à soigner les animaux et rester très sédentaire, mais MH (l’association MISSION HUMANITAIRE) m’a permis de réaliser mon rêve !

Et me voilà partie pour le sud de l’Inde, avec 6 autres femmes, d’horizons différents mais tellement complémentaires, et notre chouette chef de mission Michèle.

La mission s’est déroulée comme elle nous avait été décrite lors du séminaire : 5 jours intenses de consultations médicales dans 5 villages différents, qui ne connaissaient pas encore MH, 3 jours de soins et dépistage de la lèpre, 1 jour de détente bienvenu, et enfin 2 jours de peinture dans l’école “d’Ozi”, soutenue par MH. Pas de “surprise” donc.

Ce que je n’avais pas prévu, c’est d’avoir un coup de foudre inexplicable pour ce pays haut en couleurs, sale, bruyant et si riche en contrastes ! Les indiens sont de grands enfants terriblement attachants !!

Voilà, MISSION HUMANITAIRE m’aura permis de me rendre un peu utile envers cette population tellement accueillante et reconnaissante, de vivre une “aventure” toutefois très encadrée, d’appréhender, un peu, une nouvelle culture et de découvrir…. Ganesh !!

Quinze jours n’auront évidemment pas été suffisants ! Je retournerai en Inde avec MH, c’est sûr ! »

Mission humanitaire au Cambodge

Sylvie, Responsable pôle famille, nous raconte sa mission humanitaire :

Au retour de ma première mission avec l’association MISSION HUMANITAIRE en Inde, je le savais, j’allais repartir !

Ainsi, inscription faite pour la mission au Cambodge avec une belle « nouveauté », nous partons en couple ! Les billets d’avion, la feuille de route, le 1er contact du chef de mission, les présentations par mails, la collecte des dons, la préparation des bagages : le compte à rebours est lancé ! L’envie, la joie, l’impatience, les émotions se succèdent.

Nous sommes 13 bénévoles d’âges et d’horizons différents, animés par la même envie : procurer du bien-être à la population dans le cadre de la mission, vivre un moment riche et particulier, donner et recevoir, avec plaisir et enthousiasme, simplicité et authenticité !

Direction vers des provinces et villages plus ou moins éloignés, isolés et touchés par la pauvreté : les accueils et consultations médicales s’organisent dans des pagodes, écoles, en collaboration avec une équipe locale souriante, disponible, à notre écoute et opérationnelle !

Nous recevons quotidiennement un accueil chaleureux des enfants comme des adultes, de belles rencontres, surprises, découvertes. Une population avec son histoire, son traumatisme et sa ressource, avec ses codes et rituels, son état de pauvreté, d’isolement et cette résilience perceptible.

Un vrai partage plein d’humanité, un esprit de solidarité, la considération et la reconnaissance des uns et des autres. La population est au rendez-vous avec les aléas du temps et des trajets à parcourir : les personnes patientent et acceptent cette « prise en soin » par toute l’équipe « MH ».

Je suis rentrée avec le sentiment d’une mission accomplie et réussie grâce à l’implication et l’engagement de chacun et tous ; un grand Merci avant tout à la population cambodgienne pour nous avoir accueilli et pour nous faire confiance, à l’engagement du staff local sans qui rien ne pourrait se passer, à notre chef de mission « expert, pilote, coordinateur » dans sa manière d’agir, réagir, tenir la mission avec détermination et ce groupe complice, chaleureux et plein d’humanité et de créativité !

Mission humanitaire à Madagascar

Maryse, Commerciale, nous fait partager sa mission humanitaire

(Bénévole en Mission Madagascar, Décembre 2018)

Je suis partie en mission humanitaire au mois de décembre à Madagascar. Il s’agissait de ma 3ème mission avec l’association MISSION HUMANITAIRE.

Je garde de cette mission beaucoup d’émotion et un devoir d’y retourner.

Il y a beaucoup de choses à faire pour ce beau pays dont la majorité de la population se contente du minimum pour vivre.
Le sentiment d’être utile est exacerbé et l’émotion est d’autant plus forte lorsqu’on doit partir au bout de deux semaines.
On se dit « je pars, et tout ce qu’il reste à faire ».

Je n’oublierai jamais le sourire des patients, la reconnaissance des femmes dans la prison de Mahajanga après la distribution de vêtements, ou encore des personnes âgées vivant dans la rue, mais aussi le regard plein de gratitude mêlé de tristesse de ces jeunes garçons enfermés dans un centre de réadaptation.

Je pense tous les jours à Madagascar, j’y reviendrai c’est sûr, avec encore plus de motivation pour apporter ma petite pierre à ce grand édifice pour le bien-être des malgaches.

Mission humanitaire au Cambodge

Témoignage de Fabrice, Chef de mission, qui nous raconte sa mission.

J’ai accueilli le groupe de volontaires à l’aéroport à l’heure prévue à l’aéroport de Phnom Penh.

Après les présentations, nous avons rejoint notre hôtel. Ensuite nous sommes allés prendre le dîner à la maison de protection de l’enfance, où les bénévoles apprécient toujours ce moment de convivialité avec les enfants.

Le lendemain, après le chargement du matériel, nous sommes allés travailler dans les environs de Phnom-Penh pour une durée de trois jours. Le travail s’est bien déroulé avec l’aide de quelques personnalités officielles.

Après ces trois jours, nous avons rejoint la région de Battambang. Le travail s’est effectué dans la bonne humeur et le sérieux nécessaire.
Nous sommes ensuite parti en direction de Pailin, près de la frontière thaïlandaise pour continuer notre mission. Nous y avons d’ailleurs rejoint des personnalités officielles importantes.

Durant ce séjour à Pailin, nous avons la chance de recevoir la visite de Mr le Gouverneur qui nous a assuré de sa reconnaissance pour le travail effectué par l’association MISSION HUMANITAIRE en faveur des populations défavorisées et ce, depuis des années.

Après ces quelques jours, nous avons regagné Phnom-Penh en vue de notre retour en France.
Durant la dernière réunion, les volontaires ont tous témoignés de la qualité du travail effectué et du plaisir qu’ils ont eu à travailler avec MH. La majorité veut d’ailleurs repartir avec MH.

Personnellement j’attends avec impatience ma nouvelle mission.

Mission humanitaire de Guislaine, mère au foyer, 55 ans

Mission Humanitaire au Cambodge, Janvier 2019

Après une première expérience réussie à Madagascar auprès de MH (l’association MISSION HUMANITAIRE), J’ai choisi de partir au Cambodge pour ma 2ème Mission Humanitaire.

Toutes les 2 étaient des missions médicales. C’était le seul point commun.

La mayonnaise a pris tout de suite. Nous avons formé dès le premier jour de consultation une équipe de choc entre bénévoles, chef de mission et équipe locale.

Les premiers jours ont été denses mais riches en rencontres de toutes sortes avec les habitants. Que ce soit dans les villages de campagne ou les villages flottants, notre venue semblait représenter un moment de fête. Les habitants se faisaient un honneur de nous recevoir. Le matériel mis à notre disposition (les tables entre autres) était recouvert de jolies nappes. Nous avons toujours été accueillis comme des rois.

Une mission médicale itinérante en partie dans les villages flottants a permis de découvrir et de vivre au plus près de la population, de mieux comprendre leurs besoins (médicaux ou autres). Cela nous a permis de partager des moments uniques, inoubliables et même parfois improbables : hébergement chez l’habitant (chef de village), participation imprévue à un mariage, malades arrivant en barque à notre plate-forme, une mamie venant à la consultation avec ses 6 petits-enfants…

Je suis très fière d’avoir participé à cette magnifique aventure et d’avoir pu aider à soulager les différents maux des locaux.

Une maman nous a amené son fils en nous informant qu’il y a un an, l’enfant était complètement dénutri, et grâce à MH et les conseils de nos médecins, il ressemblait plutôt maintenant à un petit sumo. Ceci représente une petite victoire qui permet de dire que la pérennité de nos actions peut mener de petites à grandes victoires.

C’est la raison pour laquelle je me sens bien avec MH (l’association MISSION HUMANITAIRE). Et que je tiens à continuer mes actions lors de missions humanitaires.

Je tiens à remercier tout particulièrement Michèle, notre chef de mission pour son dévouement, son dynamisme et son organisation mais aussi pour son enthousiasme et sa bonne humeur qui a permis à l’équipe de fonctionner au top.

Merci également à Theary, les traducteurs Koko et Daneth, les médecins Smey, Ratha, So Ti Kun et notre chauffeur Tor.

A très bientôt, pour une nouvelle mission.

De Samia, auxiliaire de puériculture, 24 ans

Mission humanitaire au Cambodge, décembre 2018

Ma toute première mission humanitaire au Cambodge et certainement pas la dernière ! Ce fut une très belle expérience pour moi, très enrichissante.

Je me suis sentie en sécurité dans ce pays, et d’une part grâce à l’association MH, à notre chef de mission qui nous à donné toutes les informations nécessaires, et à l’équipe locale qui nous a permis de nous sentir à l’aise dans ce pays.

Évidemment le plus beau restera l’aide qu’on a pu leur apporter et le fait de se sentir utile et pouvoir partager avec eux.

Que dire à part que c’est un pays juste magnifique, et la population ? Magique !! Chaleureuse, respectueuse, adorable et toujours souriante. Quel dommage que ce soit si court.

Bien sûr je n’oublie pas notre équipe de bénévoles, juste formidable, très bonne entente et beaucoup d’entraide ! Entre rire pleurs, joie, nous avons passé de bons moments tous ensemble. De belle rencontre également avec l’équipe locale.

Des souvenirs qui resterons longtemps dans ma mémoire, à bientôt le Cambodge.

De Hélène, Responsable en communication

Mission Inde, novembre 2018

Partir en mission humanitaire me trottait dans la tête depuis quelques années.

Début 2018, je me suis décidée. J’ai envoyé ma demande d’inscription à l’association MISSION HUMANITAIRE. J’ai participé au séminaire.

La présentation de l’Organisation de Solidarité Internationale m’a définitivement convaincue de concrétiser mon projet, également de partir avec MH.

Indépendamment de cette décision personnelle, je tenais à sensibiliser mon entourage. Ainsi, des sponsors (entreprises) et mécènes (particuliers) ont soutenu le projet. Suite à l’organisation de plusieurs collectes, ce sont 45 kgs de dons (sous vêtements et produits d’hygiène) qui ont transité jusqu’en Inde.

Merci encore à eux !

Début novembre, ce fut le grand départ pour Dehradun dans le Nord du pays. Un mélange d’excitation et d’appréhension. Le cœur ouvert et le soutien de mes proches (dont mes 2 enfants), comme grande motivation. L’expérience est allée au-delà de mes attentes.

Nous étions un groupe de 5 bénévoles auquel s’ajoutait Michèle, notre « extraordinaire » cheffe de mission.

Immersion totale au cœur du pays, de sa population. Les tuks tuks, la musique indienne, les couleurs, les épices, la circulation urbaine dense et rythmée par les coups de klaxons… Le contact avec la population fut chaleureux. J’ai mémorisé une multitude de visages, où se dessinaient des sourires spontanés et sincères. La barrière de la langue fut un frein. Pour autant, les regards, les mains tendues, l’expression des visages font que la communication est partagée.

Chaque journée fut différente, unique. Nous avons participé à l’organisation de consultations médicales, de travaux au sein d’une école et d’une maison de l’enfance. Partager le quotidien de ces enfants tout en améliorant leur environnement nous a procuré un immense plaisir. Nous sommes aussi intervenus quelques jours en montagne. Les paysages étaient à couper le souffle malgré le froid H24. Les habitants étaient réservés, reconnaissants aussi.

Le lieu des missions variait, ainsi que les tâches. Malgré mon manque de compétences dans le domaine médical, je me suis sentie à ma place.

L’organisation est pensée pour que l’on puisse vivre l’expérience dans les meilleures conditions, sans stress parasitaire. Ce fut enrichissant et motivant.

Que d’émotions vécues en l’espace de 2 semaines. Des situations parfois difficiles, des moments de joie aussi. On ne rentre pas en France en étant la même. Une partie de mon cœur est resté en Inde. J’y retournerai, c’est une certitude !

 

De Michèle, Chef de mission

Mission Inde Octobre / novembre 2018

De retour dans mon pays de prédilection l’Inde, je retrouve la sérénité dans ces paysages grandioses que nous trouvons dans l’Inde du Nord, sur les contreforts de l’Himalaya à 2370 m d’altitude.

Ces populations accueillantes qui ne voient des médecins que lorsque l’association Mission humanitaire se déplace dans leur village. De ces enfants, craintifs et heureux à la fois mais qui se rapprochent très vite de nous, de ces couleurs chatoyantes, de ces odeurs d’épices que nous respirons à peine descendues de l’avion.

Deux équipes de 9 et 5 bénévoles, tous avides de rencontres formidables.

Tous les bénévoles ont vécu des moments inoubliables, de partage, de fous rires, d’ interrogations sur la culture, le mode de vie, les croyances. Ils ont aussi partagé le froid dans la montagne, les couvertures.

Tous étaient prêts à donner de leur temps, de leur énergie, de leur sourire et ils ont tous reçu au centuple. Ils ont donné, ils ont reçu.

 

Au total 745 personnes vues en consultation, 4 chantiers terminés dont 1 dans une école.

Une expérience inoubliable qui restera gravée dans leur cœur, et je suis sûre que je les reverrais dans une autre mission tellement le lien était fort. Je les attends…

Connexion Tribu MH
:
: