Créateur de vocations humanitaires 
Autres témoignages

De Virginie, Professeur, Paris

Mission Bénin/Togo

Partir en mission, c’était un rêve de petite fille.  « Ne rêve pas ta vie, vis tes rêves », à 28 ans j’étais enfin prête.  Globe-trotteuse, je souhaitais voyager autrement, me rendre utile auprès des populations indigentes.

J’ai tapé « mission humanitaire » sur internet et je suis tombée sur le site de l’association MISSION HUMANITAIRE. Me voici partie quelques semaines après pour le séminaire à Azay-Le-Rideau. C’était totalement l’idée que je me faisais d’une mission humanitaire : communication transparente sur la répartition des dons, organisation vraiment bien réfléchie, aider et travailler en équipe avec des associations locales pour mieux cibler les besoins, témoignages d’anciens bénévoles captivants…

A la fin du séminaire,  à 100 % convaincue par le discours passionné de toute l’équipe MH, je me suis décidée (choix difficile, on a envie de faire toute les missions), ce sera le Bénin/Togo.

Jusqu’au départ, pas de stress, MH nous tient au courant de toutes les démarches à suivre et des documents à remplir (Visa, billets d’avions, dons, contact avec les autres bénévoles et chef de mission, cahier de mission…).

Retour en France et je reviens de deux semaines de mission mixte au Bénin/Togo. C’est une expérience magique, inoubliable et une très belle aventure humaine grâce à notre chef de mission, aux équipes de traducteurs locales (La fraiche rosée et SOSVOL) et à une équipe de bénévoles au top, bienveillante et solidaire. Un grand bravo à Léa qui a su partager son amour pour l’Afrique et gérer d’une main de maître l’organisation de cette mission.

Des activités très variées et enrichissantes au contact des populations : séances de prévention pour les enfants (paludisme, hygiène, …), prévention hygiène et santé auprès des adultes (maladies hydro-fécales, consultations pré-natales, etc), consultations médicales, soutien scolaire et animation dans une école auprès des CP, CE et CM, et enfin construction de latrines dans un collège.

Nous avons aussi pu découvrir la culture locale : visite de la maison de protection à l’enfance « Amour et Manon », du temple des pythons, de la route des esclaves et du marché local à Ouidah au Bénin, soirée avec les équipes locales, repas au bord de l’océan et marché à Lomé, immersion culturelle (tissage de panier, récolte de maïs, fabrication de l’huile de palme…), visite de Kpalimé et de sa cascade…

Je n’oublierai pas les échanges avec les populations de Wonougba, de Aïdohoué, de Kodjè, le sourire des enfants… On donne un peu de soi et l’on reçoit tellement.

A peine deux semaines et des liens se sont déjà tissés avec les autres bénévoles et les traducteurs sur place. Quelle chance d’avoir vécu cette aventure, elle restera gravée dans ma mémoire. Je repars l’été prochain pour une autre mission.

« Tchoko, Tchoko ça va aller, ça va aller … »

De Lucie, Pédicure-podologue, Lille

Mission Cambodge

Je suis partie pour ma première mission humanitaire au Cambodge avec l’association MISSION HUMANITAIRE. Seule, avec une certaine appréhension et la peur de l’inconnu. Vais-je être utile? Trouver ma place ? Plein de questions me traversaient l’esprit … Mais une fois sur place, les doutes s’envolent. Tout est très bien organisé et je ne regretterai qu’une chose … ne pas avoir franchi le pas avant !

Tout d’abord, quelques chiffres, assez révélateurs de notre action :

17 jours de mission, 13 bénévoles, 922 patients soignés !

Cette mission était itinérante et à 80% médicale. Nous travaillions de village en village, certains étaient très reculés. Nous assistions les médecins, faisions la régulation des patients et de la prévention. J’ai pu tenir un premier poste de régulation des patients, avec un traducteur qui nous « immerge » dans la population. Le second poste fut celui d’assistant du médecin. Le patient était ensuite emmené dans un endroit un peu retiré, où quelques tables, des tréteaux et de nombreuses caisses métalliques servaient de pharmacie.

Chaque matin, après avoir roulé sur des routes peu accessibles, nous arrivions dans les villages. Une fois sur place, nous installions nos postes. Les patients étaient bien souvent déjà arrivés. Je me souviens être passée dans cette foule d’habitants le premier jour, ils nous applaudissaient, nous saluaient. Notre émotion était à son comble … La population était reconnaissante, courageuse, attachante. Ce fut une belle leçon de vie.

Nous pouvions voir jusqu’à une centaine de patients par jour. Et malgré l’attente pour la consultation, jamais je n’ai entendu quelqu’un se plaindre. Des hommes et des femmes marqués par la pauvreté, se révèlent riches par leur grandeur d’âme, leur dignité, leur sensibilité, leur gentillesse, leur simplicité. Ils ont si peu de choses et sont prêts à les partager… Sans le savoir, ils nous donnent des leçons de vie magistrales, ils nous permettent de relativiser nos propres maux. J’ai découvert le « vrai » Cambodge, le contact direct avec la population. Vivre avec eux, partager leurs repas, leur culture, leurs traditions, rire avec eux, jouer avec les enfants : les choses simples de la vie.

Nous avons vécu des moments avec les enfants de la maison de protection à l’enfance « Enzo et Tina ». Bien que nous ne connaissions pas leur langue, je me souviens de cette partie de cartes avec un enfant, il était rieur et très taquin.

Enfin, le dernier jour, nous avons visité les temples d’Angkor, récompense ultime après 15 jours de travail. C’était incroyable et grandiose. Et avant de reprendre l’avion pour rentrer en France, nous nous sommes promenés à travers quelques marchés locaux pour ramener des petits souvenirs même si tout est gravé à vie dans nos mémoires …

Aujourd’hui, je suis déterminée à renouveler cette expérience dès que possible. Maintenant que j’y ai goûté, je ne pourrai plus m’en passer … Et si j’ai pu vous transmettre émotionnellement cette formidable aventure, si j’ai pu vous convaincre du bien-fondé de ce genre d’actions, et si à l’avenir vous souhaitiez vous engager, je n’ai qu’une chose à dire : FONCEZ, et ce, quelle que soit votre profession.

Oui, 2 semaines de mobilisation comptent et je vous garantis que vous en reviendrez grandis !

De Guillaume, Étudiant en communication, Paris

Mission Madagascar

J’attendais ce voyage à Madagascar depuis des mois et le moins que l’on puisse dire c’est que je n’ai pas été déçu. Cette expérience a été absolument fabuleuse pour moi et depuis mon retour en France je n’ai qu’une idée en tête : repartir !

Pendant 15 jours j’ai été plongé dans un monde totalement à part où je n’ai fait que partager des moments précieux avec la population locale. Côtoyer ces personnes au quotidien permet de prendre du recul sur sa personne et de comprendre les vraies priorités. Nous avons donné de notre temps mais nous avons tellement reçu en retour !

Je conseille à tout le monde de partir en mission humanitaire, tête baissée, dans cette expérience incroyable qui vous permettra de mieux vous connaître ainsi que de découvrir le monde magnifique qui nous entoure…

Merci à l’association MISSION HUMANITAIRE pour son organisation sérieuse.

De Caroline, Infirmière, Poitiers

Mission Bénin

Lors de ma mission humanitaire au Bénin, j’ai réalisé du soutien scolaire auprès des enfants de la maison de protection à l’enfance « Amour et Manon ». J’ai passé d’agréables moments de jeux avec eux. J’ai également participé à la réalisation de consultations médicales dans les villages de pêcheurs et de brousse.

Ce fût une expérience enrichissante humainement mais aussi professionnellement. J’ai eu l’impression que la population locale faisait beaucoup de choses avec peu de moyens. Avec les autres bénévoles, nous avons œuvré pour le même objectif : donner de notre temps.

Je remercie l’association MISSION HUMANITAIRE d’avoir organisé cette mission. J’envisage sérieusement de repartir avec cette association !

De Alexia

Mission Inde du Sud

La mission en Inde du Sud a été une expérience humaine bouleversante et enrichissante, tant par les rencontres avec cette population que par la découverte de cette culture si loin de la nôtre et si proche de l’essentiel, et par la pauvreté qui frappe ce pays. Quelle leçon de vie !

Malgré ce sentiment d’impuissance qui a pu me gagner pendant ces 2 semaines et qui me gagne encore, les sourires sur les visages des personnes que nous avons rencontrées et aidées en disent long et resteront longtemps gravés en moi.

Cette mission humanitaire fût une très belle aventure dont je suis déjà nostalgique. Et vivement la prochaine !

Je tenais à remercier tout particulièrement Caroline qui a œuvré tout au long de la mission pour que tout se passe bien et les autres membres du groupe sans qui la mission n’aurait pas eu le même goût.

De Cécile, Étudiante, Lyon

Mission Inde du sud

Ce séjour en Inde du sud fut ma première mission humanitaire. Bien que cette mission soit médicale, chacun peut trouver sa place et le fait de ne pas avoir de formation dans ce domaine n’est pas du tout un handicap.

Si je devais résumer ce voyage en quelques mots, je parlerais de découverte culturelle permanente. Nous sommes sans cesse surpris par de nouvelles choses, que ce soit la nourriture très épicée, la circulation indienne, la culture, … Il existe là-bas une atmosphère qu’il faut vivre pour connaître.

Les journées bien que très denses nous laissaient le temps de profiter pleinement de ce pays et des trésors dont il regorge, notamment les marchés traditionnels.

Être réellement au contact des populations permet d’avoir une bien meilleure approche de la culture indienne. Nous en ressortons grandi et le sourire de certaines femmes âgées après avoir reçu leurs médicaments fait chaud au cœur.

Nous avons été très bien accueillis et avons même eu la chance d’être invités à un mariage indien !

De Wassa

Mission Madagascar

Après le séminaire sur 2 jours à Azay-le-Rideau, j’étais plus que convaincue qu’il fallait que je fasse une mission humanitaire. Lors de ce séminaire, toutes les informations utiles au bon déroulement d’une mission ont été évoquées. Je n’avais plus qu’une envie : préparer mes valises et m’envoler pour Madagascar.

Rendez-vous le jour J à 8h00 au comptoir d’Air France avec notre chef de mission Fabrice. Je découvre alors l’équipe avec qui je vais passer les 2 semaines de mission. Dès les premières minutes de rencontre, une ambiance conviviale s’est installée.

Après 10h45 de vol, arrivée à Antananarivo. Première nuit dans un hôtel très sympa puis départ le lendemain matin pour 12h de route vers Mahajanga. Nous avons eu la chance de découvrir les magnifiques paysages de Madagascar.

Une fois arrivés à la maison MH, nous avons découvert le lieu dans lequel nous allions vivre durant la mission. J’ai vraiment été agréablement surprise lors de notre arrivée à la maison. Elle possède tout le confort, bien équipée et surtout d’une équipe très qualifiée qui prend à cœur de bien « nourrir » les bénévoles et de rendre la maison très propre.

J’ai eu la chance de passer une mission humanitaire extraordinaire. L’équipe locale qui nous accompagnait tous les jours, était très opérationnelle ! Ces derniers étaient toujours disponibles et à notre écoute. Même en faisant 1h30 de route (de brousse), la bonne ambiance et humeur m’a permis de passer sereinement les trajets.

N’étant pas du corps médical, j’appréhendais la mission essentiellement médicale. Je me demandais quelle utilité pourrais-je avoir. Finalement, tout s’est très bien passé et j’ai beaucoup apprécié être utile à tous les postes notamment à l’accueil.

Je garde donc une très belle expérience de ma première mission humanitaire. L’équipe de bénévole a joué un rôle important pour le bon déroulement de celle-ci.

Je me demande déjà quelle sera ma prochaine destination pour un deuxième voyage humanitaire avec MISSION HUMANITAIRE !

De Cécile

Mission Cambodge

Je suis partie de Normandie pour rejoindre Roissy ; la découverte du groupe et du Chef de mission français se fait avec enthousiasme. Nos premiers échanges se font entre 16 bénévoles d’âges différents (de 25 à 68 ans), d’horizons professionnels et géographiques différents.

Nous étions loin d’imaginer à quel point nous formions un super groupe où on retient les qualités de chacun, avec un chef qui nous encourage et nous écoute attentivement en nous tirant vers le haut. Cet élan nous a permis de réaliser plus de 1 000 consultations dans différents villages avec sérénité.

Les cambodgiens avec leurs sourires, leurs remerciements, leurs regards profonds nous ont communiqué leur calme et leur zénitude qui m’ont tant marquée. Tout le monde a sa place et participe activement. Cette chaleur humaine aide à surpasser le choc culturel que chacun traverse différemment. Les au revoir tant redoutés se font avec beaucoup d’émotions.

La mission s’est bien déroulée, l’organisation MISSION HUMANITAIRE y est sûrement pour quelque chose et le travail en amont de la mission, fait par l’assistante chef de mission cambodgienne aussi, alors merci à eux.

Je n’ai qu’une chose à dire à ceux qui hésitent, n’attendez pas, contactez l’association MISSION HUMANITAIRE, organisez-vous, c’est une aventure humaine inoubliable, un don de 15 jours de votre temps, une belle action …

De Maïwenn

Mission Togo

Je suis rentrée, il y a un mois et demi du Togo, une expérience fabuleuse avec l’association MISSION HUMANITAIRE, un pays magnifique, une population sensationnelle.

Être remerciée pour apporter de l’eau potable à des villages a été un des moments les plus touchants de cette mission. Partager avec la population, échanger, rigoler et voir les sourires, entendre leurs chants … Ce sont de merveilleux moments époustouflants et enrichissants.

Je repars en Juin avec MISSION HUMANITAIRE et j’ai hâte ! Partir et m’investir avec cette Organisation de Solidarité Internationale a été l’une des plus belles démarches que j’ai pu faire depuis 4 ans.

De Caroline, Psychomotricienne, Crépand

Mission Cambodge

Après une première mission avec l’association MISSION HUMANITAIRE, il y a deux ans au Bénin, il était évident pour moi que je repartirai ! Cette année, cela a été le Cambodge.

15 jours de mission humanitaire, c’est 15 jours d’immersion dans un pays au plus proche de la population, c’est 15 jours de partage …

Quand nous arrivons le matin dans le village prévu pour la consultation médicale du jour, il y a déjà 40 personnes installées qui nous attendent : hommes, femmes, vieillards, enfants. Et toute la journée, cela ne désemplit pas. Une chose est certaine, ces gens comptent sur nous !

Quand nous le pouvons, en parallèle des consultations auprès des médecins, nous organisons des ateliers d’apprentissage à l’hygiène, des jeux avec les enfants, des distributions de vêtements. Et le soir, habitant ou bénévole, chacun repart avec des sourires plein le cœur …

En résumé, Afrique ou Asie, pour moi, avec l’association MISSION HUMANITAIRE, je n’ai qu’un mot : encore !

Caroline

Connexion Tribu MH
:
: