Créateur de vocations humanitaires 
Autres témoignages

De Alexia, Assistante comptabilité, Pordic

Humanitaire au Cambodge, 5 semaines de mission,

Me voici de retour d’une formidable expérience en mission humanitaire pendant cinq semaines au Cambodge. J’ai souhaité cumuler deux missions afin de prendre le temps de m’immerger dans la culture khmère, de m’imprégner de l’esprit humanitaire et de contribuer d’autant plus à aider les populations dans le besoin.

J’ai donc successivement pris part à deux équipes de bénévoles. Le caractère itinérant de chaque mission nous a permis d’étendre nos actions médicales sur une vaste superficie : périphérie de Phnom Penh, Battambang, Siem Reap…

La mobilité permet vraiment de prendre conscience de la diversité et de la richesse de chaque province khmère. Je retiendrai particulièrement nos consultations sur le Tonlé Sap – l’immersion culturelle y atteint son paroxysme avec les nuits passées sur les villages flottants !

Cette mission humanitaire a été une expérience humaine hors du commun.

De Alexia, Assistante Comptabilité, PordicS’il est parfois difficile d’être confronté à des situations d’injustice et de dénuement total – je pense à cette fratrie de cinq enfants livrés à eux-mêmes, à la charge d’une grand-mère alitée et dont l’aînée de 12 ans assure la garde – les journées de consultations ne manquent pas d’assurer leur lot de bonheur et de partage avec les populations locales.

En somme, ce que nous fournissons en matière d’aide et de soutien, les populations nous le rendent en termes de sourires et de regards bienveillants. Je n’oublierai jamais la gratitude de ces patients qui, une fois leurs médicaments en main, tiennent à remercier individuellement chaque membre de l’équipe humanitaire.

L’association MISSION HUMANITAIRE, c’est une véritable école de la vie où l’on se nourrit autant de l’expérience des autres – bénévoles comme traducteurs et médecins locaux – qu’on en apprend sur soi-même. Un grand merci à l’ensemble des deux équipes, avec lesquelles j’ai passé des moments de partage et de complicité inoubliables.

Je recommande vivement l’association MISSION HUMANITAIRE pour la qualité de son organisation, la sécurité qu’elle nous assure sur place, et, surtout, pour les valeurs d’entraide, de partage et de solidarité qu’elle dégage.

L’expérience que j’ai vécue au Cambodge me suit désormais dans mon quotidien. Je me sens guidée par une petite flamme qui me rappelle à quel point cette expérience a changé ma vie.

De Annaëlle, étudiante en sciences sociales, Bagneux (92)

Ma mission humanitaire au Bénin

Je viens de revenir du Bénin … Mon esprit et mon cœur sont toujours sur cette terre magnifique, à la culture vraiment très enrichissante et chaleureuse. Les mots me manquent pour essayer de décrire tout ce que je ressens, car c’est une aventure humanitaire unique et indescriptible. Vous ne pouvez pas vous en rendre compte tant que vous n’y êtes pas allés !

Lors du séminaire de formation, l’association MISSION HUMANITAIRE nous apprend qu’il faut faire une mission pour les autres évidemment, mais avant tout pour soi. Nous prenons beaucoup de plaisir à aider les autres lors des missions humanitaires médicales (très bien organisées avec une équipe locale MH attachante) et lors des visites à la maison de protection à l’enfance « UN TOIT POUR LA VIE », accueillant des enfants extraordinaires qui nous apprennent beaucoup …

Au sein de la mission humanitaire, sont également organisées des journées d’immersion culturelle qui sont nécessaires pour se ressourcer et mieux comprendre l’histoire du pays, et donc des populations.

J’avais quelques craintes avant de partir concernant la partie médicale – étant donné que je n’ai aucune compétence dans ce domaine – mais finalement, ce que l’association MISSION HUMANITAIRE attend de nous n’est pas compliqué. La chose la plus dure que nous avons dû affronter, c’est finalement le retour en France !

Pour participer à une mission humanitaire, il suffit juste d’avoir un cœur, du temps (12 jours sur toute une vie, ce n’est pas grand chose), et un peu d’argent (mais finalement, avec la déduction des impôts, cela revient à payer pratiquement que le prix du billet d’avion).

A vous de franchir le pas maintenant, n’attendez pas que les choses arrivent comme vous le souhaitez, mais décidez ce qui arrive !

Personnellement j’y retourne l’été prochain avec l’association MISSION HUMANITAIRE

Merci à l’association MISSION HUMANITAIRE et à cette merveilleuse équipe (aussi bien française que locale) !

De Marie Christine, Artiste peintre, Bordeaux

Mission à Jeerang, camps de réfugiés tibétains, Odisha, Inde. 2013

Cette mission ?…

D’abord une rencontre avec des gens de cœur, ouverts au don de soi et à la bienveillance en action. Une complicité joyeuse, amicale et fraternelle a porté le groupe et instauré un dynamisme créatif au service de la mission orchestrée par Chantal et Geoffrey.

mariechristine1Les débriefings quotidiens ont permis la gestion des émotions des membres du groupe, la mise en commun des constats de besoins et demandes recueillis au cours de nos journées sur les différents sites d’intervention, auprès des différentes personnes, le partage d’idées, de solutions

Un travail d’équipe où chacun a l’occasion de mettre en pratique ses compétences, de déployer des trésors de débrouillardise, de créativité et d’ingéniosité pour pallier aux moyens rudimentaires, contourner les obstacles et atteindre les objectifs fixés. Une belle solidarité, beaucoup de fous-rires, du partage constant, des coups de mou, des coups de main, des rencontres inattendues. Lire la suite de cette entrée »

De Clélia, agent de service hospitalier, Saint broladre

Témoignage d’une mission au Bénin   23/09/13 – 05/10/13

Quand je suis allée au séminaire au mois de juin, je ne pensais pas que fin septembre, je serais du voyage pour une mission au Bénin.

J’y allais avec plein de questions, de doutes, qui ce sont envolés à la fin du week-end à Azay le Rideau. Je n’avais plus qu’une envie « PARTIR » !

cleliaLe 23 septembre, le jour du départ, commençait pour moi, une nouvelle aventure humaine. C’est pleine de motivations mais aussi d’appréhensions que je suis arrivée à OUIDAH. Je suis repartie cependant avec pleins de beaux souvenirs, remplie de joie et d’amour et l’envie de repartir dés que possible.

Cette mission avec mes 3 collègues ( Élodie, Mickaël, François -Régis), et avec Léa notre CHEF DE MISSION a été des plus formatrices. Pouvoir à la fois apprendre le fonctionnement des BÉNINOIS à travers leur culture, tout en aidant dans les villages est très constructeur.

Être auprès des enfants de l’orphelinat, aussi bien pour du soutien scolaire que pour des jeux, était également enrichissant. J’ai découvert en côtoyant les villageois et les enfants de « Amour et Manon » une force qui les habitent, qui leur permet de continuer à aller de l’avant, malgré tous les obstacles qui embûche leur chemin. Ils vont à l’essentiel et se montrent vis à vis de nous, toujours chaleureux, en passant par dessus leur tristesse. Ils ont une volonté de s’en sortir et d’avancer. Lire la suite de cette entrée »

De Emilie, 26 ans, acheteur BTP

Une expérience humanitaire au Bénin

Une fabuleuse aventure, de belles rencontres et de fortes émotions.

Un réel esprit d’équipe, un vrai partage et une belle cohésion !

Merci à MISSION HUMANITAIRE (MH) de m’avoir fait découvrir cette extra-expérience ! Merci à mes camarades (les copines et copain !) de m’avoir soutenu lors de moments douloureux, Merci à mon Chef, Didier pour ces belles surprises et Merci à tous Les Béninois !!

emilie_benin_13Je ne suis issue ni du domaine médical, ni du milieu scolaire et pourtant à aucun moment je me suis sentie « hors jeu », « inutile ». Et puis quelle richesse !! J’ai tant appris, on m’a tant donné !!

Ces images sont gravées là, dans ma tête, de si beaux souvenirs, je ne pourrais oublier ces villageois, les enfants de l’école Bon Berger et ceux de l’orphelinat Amour et Manon, une sacrée leçon de vie ! Mais il me manque les mots, je ne pourrais tout exprimer, alors j’ajouterai encore un MERCI.

Bonne journée à vous tous !!

Émilie

De Marie Noëlle, Infirmière

Ma première mission humanitaire au Cambodge

Tout d abord je tiens à remercier Cathy et Michel ce couple et binôme de choc qui ont su mener et diriger une équipe dans la joie et la bonne humeur tout au long de cette mission.

Un duo qui se complète est important pour l équipe de 25 personnes que nous étions.

Je n’oublierai jamais un tel enthousiasme et un épanouissement à tous les niveaux.

SONY DSCCette expérience m à apporté énormément tant sur le plan relationnel que sur le plan émotionnel.

Tous les jours ont été rythmés par un sentiment de donner le meilleur de nous même à une population cambodgienne très chaleureuse et toujours souriante.

Je tiens à remercier l équipe de traducteurs et médicale.

Un grand merci à tous les bénévoles et à cette merveilleuse équipe solidaire.

À ma prochaine mission….

Je vous embrasse à tous.

De Michèle, infirmière à la retraite, Ferrals les Corbières

Mission humanitaire en Inde (réfugiés tibétains)

Comme première mission, je voulais aller n’importe où, sauf en Inde …

Manqué !!! C’est en Inde que je suis allée, et c’est en Inde que je retournerai !

Pourtant, l’Odisha n’est pas la riante petite contrée où l’on va passer ses vacances : 40° à l’ombre, un environnement pas très accueillant et des … serpents !

micheleorissaEt pourtant !!! que dire de ce merveilleux peuple tibétain ; les mots me manquent, mais une partie de mon cœur est restée là bas, partagée entre ces beaux vieillards si dignes, ces petits moines si touchants, les adultes, jeunes et moins jeunes qui oeuvrent pour aider les leurs, avec une solidarité inébranlable !

Et les petits indiens de l’orphelinat !!!! quelle belle journée nous avons passé ensemble, leurs sourires sont inoubliables !

Je retournerai les voir !

Et aussi MERCI à toute l’équipe pour sa cohésion,son efficacité,sa bonne humeur !

Merci aussi à Thierry, pour son énergie et son efficacité.

A bientôt à tous !

De Luc, retraité

Mars 2013 – Ma première mission humanitaire au Cambodge

Avec M H, j’ai découvert tout ce que je cherchais à ce moment de ma vie : un grand besoin de partage, de rencontres, de découvertes, d’émotions, de sourires d’enfants … de sentir la vie, tout simplement, battre dans les cœurs …

J’ai pu vivre tout cela et bien plus encore, avec une équipe de 17 «  volontaires pour la vie communautaire  » disparate par l’âge, la profession, l’origine géographique … ; une équipe essentiellement  jeune (et donc très  dynamique !) ; où chacun a  très vite trouvé une place, grâce à une grande attention de chacun, «  aux autres ». Une équipe vraiment  « Super «  pour le plus ancien que j’étais !

SONY DSCNous avons vécu des tranches de vie différentes selon les jours : cadre bien structuré  d’un hôpital militaire à Phnom Penh, petits villages isolés au fond de pistes  de terres latéritiques, villages aux noms exotiques, mais tous très accueillants … Nous avons découvert avant tout la  communauté des Hommes … Nous avons tous et toutes en tête (et dans nos ordis …)  des dizaines de visages de vieillards émouvants  aux rides profondes … des centaines de visages d’enfants rayonnant de leur propre découverte …

luc3Comment oublier le désarroi d’un petite fille brulante de fièvre, en pleine septicémie, sauvée par Yannick et Claire … comment ne pas être ému le lendemain, par son sourire retrouvé ; par les remerciements de sa mère, touchante, les mains jointes au niveau du sternum en remerciements à toute l’équipe qui s’était penchée sur son enfant ?

Partez avec Mission humanitaire : Un « break «  salutaire dans vos vies !

Merci à toute l’équipe

Luc

Myriam 30 ans, infirmière en pneumologie , Tarnos (40)

Mission humanitaire en ORISSA (Inde)

Raconter une mission humanitaire en quelques lignes n’est pas chose facile…

Mission Humanitaire m’a permis de réaliser ce projet … Je suis partie 15 jours en Orissa dans un camp de réfugiés Tibétains.

myriam1Cette mission c’est tout d’abord une rencontre; rencontre avec une équipe qui partage l’envie viscérale de donner de son temps aux autres .. Dés le départ ça a été l’osmose…on ne se connaissait pas, nous étions tous des 4 coins de la France mais quelque chose de fort nous a d’emblée unis …

La mission en elle-même à été intense en émotions … Pour une fois dans ma vie je me suis sentie plus utile que jamais… J’ai travaillé avec les soignants de l’hôpital local, nous avons partagé nos connaissances tout en simplicité..Ils m’ont beaucoup appris.

myriam3Les Tibétains m’ont bouleversé ; ces gens sont admirables..Bien qu’ils soient en exil et en grave difficulté, ils dégagent une grande paix et de l’amour pour leur prochain.

Nous avons réalisés des checkup sanitaires auprès des petits moines du Duddul Monastery. Ces enfants et ados sont très attachants, il a été difficile de les quitter tant la relation que nous avons noué avec eux était forte…

myriam2Le village de réfugiés possède un endroit de paix pour les personnes âgées : Old Person Home (la maison de retraite). J’ai eu des échanges forts avec ces personnes qui n’ont plus de famille. Au delà des soins, elles ont besoin d’une simple présence, de contact, de sourires…

Il y aurait tant de choses à raconter de cette mission … C’est une expérience unique, et qui m’a profondément marqué..

J’ai certainement donné de moi et de mon temps, mais je suis revenue enrichie…

Myriam

De Jessica, Infirmière

Bénévolat humanitaire à Madagascar, décembre 2012

Voilà déjà un mois que nous sommes rentrés de notre mission à Ambanja et il n’est pas simple de trouver les mots pour décrire l’intensité d’une telle expérience.

jessica1Tout d’abord il y a la rencontre avec le peuple malgache, un peuple qui m’a ému par sa gentillesse et son éternel sourire.

Rencontre aussi avec ma formidable équipe de co missionnaires, des gens ouverts, désireux de rencontre et de partage. Nous avons tout partagé les joies, les peines, les romans et les fous rires lors de parties de cartes endiablées.

Une équipe solidaire qui a été un vrai soutien pendant la mission. Sans oublier la chef de mission qui par sa bonne humeur et son écoute a contribué à cette sympathique ambiance.

Il y a aussi la complicité qui s’est rapidement installée avec nos partenaires locaux : le personnel chaleureux et toujours disponible de la maison, nos interprètes à l’hôpital et les médecins locaux.

Pour en revenir a la ville d’Ambanja, la pauvreté est effectivement très présente et je m’étais préparé a ressentir un choc en y arrivant.

Lire la suite de cette entrée »

Connexion Tribu MH
:
: