Créateur de vocations humanitaires 
Autres témoignages

Vaccinations et paludisme

EN FONCTION DES DESTINATIONS

Cette rubrique n’est pas exhaustive et en aucun cas, le site MH ne pourra être tenu responsable de vos actes et décisions en terme de santé.

Pour avoir les conseils médicaux adaptés, nous vous conseillons de consulter un médecin spécialiste de médecine tropicale.

N’hésitez pas à nous écrire pour poser toutes vos questions médicales concernant votre santé en voyage.

Votre question : contact@mission-humanitaire.fr

BÉNIN et TOGO

 

 

Vaccinations :

La vaccination contre la fièvre jaune est obligatoire pour entrer dans le pays et doit être pratiquée dans un centre agréé au moins dix jours avant le départ.

  • Être à jour des vaccinations diphtérie, tétanos, polio, coqueluche
  • Être immunisé contre : hépatite A, hépatite B, fièvre typhoïde
  • Être immunisé contre : rougeole oreillons rubéole (ou avoir eu ces maladies).

Le Bénin connaît régulièrement des épidémies de méningite à méningocoque dans le nord du pays, il est donc prudent d’être vacciné lors d’un séjour dans cette zone au cours de la saison sèche (décembre à juin).

Paludisme :

Il est essentiel, en plus des précautions générales (répulsifs, moustiquaires imprégnées) de se prémunir contre le paludisme au Bénin au moyen d’un traitement prophylactique adapté à une zone 3, c’est-à-dire où les parasites sont fréquemment résistants. Il est prudent de se munir de traitements antipaludéens, soit Malarone®, soit Doxypalu®, sur prescription médicale. Ce traitement sera prolongé au retour, conformément à la prescription médicale, pendant 1 à 4 semaines selon le produit prescrit. Toute fièvre survenant dans les 2 mois suivant le retour doit amener à consulter rapidement en signalant le séjour récent en zone à risque.

 

CAMBODGE

 

Vaccinations :

  • Être à jour des vaccinations diphtérie, tétanos, polio, coqueluche.
  • Être immunisé contre : Hépatite A, Hépatite B, Fièvre typhoïde
  • Être immunisé contre : rougeole oreillons rubéole (ou avoir eu ces maladies)

Les séjours en zone rurale, notamment parmi les rizières, expose au risque d’encéphalite japonaise, maladie virale transmise par des moustiques et contre laquelle il existe un vaccin nécessitant 2 injections à 28 jours d’intervalle, disponible uniquement dans les centres de vaccination internationale.

Paludisme :

Transmis par les moustiques, le paludisme est présent dans certaines régions du pays. Il n’y a pas de paludisme à Phnom Penh, ni autour du Lac Tonle Sap, ni à Angkor. Ailleurs il est prudent de se munir de traitements antipaludéens, soit Malarone®, soit Doxypalu®, sur prescription médicale.  Ce traitement sera prolongé au retour, conformément à la prescription médicale, pendant 1à 4 semaines selon le produit prescrit. Toute fièvre survenant dans les 2 mois suivant le retour doit amener à consulter rapidement en signalant le séjour récent en zone à risque.

  • risque moyen/faible: majeure partie du pays
  • risque minime: région sud du Mékong
  • pas de paludisme: Phnom Penh, Angkor Vat

 

INDE

 

 

Vaccinations

  • Être à jour des vaccinations diphtérie, tétanos, polio, coqueluche.
  • Être immunisé contre : Hépatite A, Hépatite B, Fièvre typhoïde
  • Être immunisé contre : rougeole oreillons rubéole (ou avoir eu ces maladies)

L’Inde est un des pays où les cas de rage sont les plus nombreux au monde. A part la prudence vis-à-vis des animaux en général, et des chiens errants en particulier, et en cas de séjour prolongé ou à distance de centres de vaccination antirabique, il est recommandé  d’être immunisé, ce qui nécessite la pratique de 3 injections sur une période de trois semaines avant le départ et ne dispense pas de toute façon de consulter en cas de morsure (voir les détails plus haut).

Les séjours en zone rurale, notamment parmi les rizières, expose au risque d’encéphalite japonaise, maladie virale transmise par des moustiques et contre laquelle il existe un vaccin nécessitant 2 injections à 28 jours d’intervalle, disponible uniquement dans les centres de vaccination internationale.

Paludisme

Il est essentiel, en plus des précautions générales (répulsifs, moustiquaires imprégnées) de se prémunir contre le paludisme au moyen d’un traitement prophylactique adapté à une zone 3, c’est-à-dire où les parasites sont fréquemment résistants. Il est prudent de se munir de traitements antipaludéens, soit Malarone®, soit Doxypalu®, sur prescription médicale. Ce traitement sera prolongé au retour, conformément à la prescription médicale, pendant 1à 4 semaines selon le produit prescrit. Toute fièvre survenant dans les 2 mois suivant le retour doit amener à consulter rapidement en signalant le séjour récent en zone à risque.

 

MADAGASCAR

 

 

Vaccinations

  • Être à jour des vaccinations diphtérie, tétanos, polio, coqueluche.
  • Être immunisé contre : Hépatite A, Hépatite B, Fièvre typhoïde
  • Être immunisé contre : rougeole oreillons rubéole (ou avoir eu ces maladies)

Paludisme

Il est essentiel, en plus des précautions générales (répulsifs, moustiquaires imprégnées) de se prémunir contre le paludisme au moyen d’un traitement prophylactique adapté à une zone 3, c’est-à-dire où les parasites sont fréquemment résistants. Ce traitement sera prolongé au retour, conformément à la prescription médicale, pendant 1à 4 semaines selon le produit prescrit. Toute fièvre survenant dans les 2 mois suivant le retour doit amener à consulter en signalant le séjour récent en zone à risque.

Des épidémies de dengue et de chikungunya sont très fréquentes dans la région de l’océan indien : raison de plus pour se protéger des piqûres de moustiques, de jour comme de nuit !

Connexion Tribu MH
:
: