Créateur de vocations humanitaires 
Autres témoignages

De Marie Noëlle, Infirmière

Ma première mission humanitaire au Cambodge

Tout d abord je tiens à remercier Cathy et Michel ce couple et binôme de choc qui ont su mener et diriger une équipe dans la joie et la bonne humeur tout au long de cette mission.

Un duo qui se complète est important pour l équipe de 25 personnes que nous étions.

Je n’oublierai jamais un tel enthousiasme et un épanouissement à tous les niveaux.

SONY DSCCette expérience m à apporté énormément tant sur le plan relationnel que sur le plan émotionnel.

Tous les jours ont été rythmés par un sentiment de donner le meilleur de nous même à une population cambodgienne très chaleureuse et toujours souriante.

Je tiens à remercier l équipe de traducteurs et médicale.

Un grand merci à tous les bénévoles et à cette merveilleuse équipe solidaire.

À ma prochaine mission….

Je vous embrasse à tous.

De Virginie, Infirmière

Ma mission humanitaire au bénin

Comment décrire cette expérience unique en quelques lignes …. Dés notre arrivée nous avons été très bien accueillis, la découverte des lieux, la rencontre avec le roi du vaudou, le premier contact avec les enfants de l’orphelinat, c’est la découverte d’un autre monde, une autre culture …

virginiecNous avons ensuite débuté les missions médicales, en tant qu’infirmière il a fallu s’adapter aux lieux, aux moyens qui sont bien différents de ce qu’on a l’habitude d’utiliser en France. Au fur et à mesure de la journée, nous avons vu défiler les gens du village et tous nous remerciaient de ce qu’on pouvait leur apporter …

Nous avons bien sûr été confrontés quelques fois  à des situations plus difficiles, où face au manque de moyens, nous étions dans l’incapacité d’aider certaines personnes … En effet il est quasiment impossible dans ces pays de mettre en place un traitement à long terme, de soigner des plaies chroniques …

Il faut donc sensibiliser les gens à se prendre en charge, car nous ne sommes là que pour quelques jours …. Comme tous, je me suis posée cette question : suis-je vraiment utile ? C’est quand on revoit certains villageois quelques jours plus tard qui viennent nous remercier que l’on se dit que ça en vaut vraiment la peine.

Et c’est grâce à des missions comme celle-ci que ces personnes pourront s’en sortir… Alors n’hésitez plus, rejoignez nous !!

Un grand merci à toute mon équipe, à Léa notre chef de mission et mes camarades de chambres avec qui j’ai passé de très bon moments …

Merci à tous pour cette aventure magique….

De Véronique, Infirmière

Ma mission humanitaire dans les camps de réfugiés Tibétains

« Si l’envie de donner un peu de vous, de votre temps, de votre confiance, de votre tendresse, de votre savoir, vous enivre, rejoignez la mission humanitaire où vous découvrirez sans qu’aucun mot ne puisse d’écrire le bonheur à l’état pur, le rire d’enfant, le regard d’une personne âgée, le sourire d’une femme, le remerciement d’un homme, la culture d’un peuple qui reste souriant aimant accueillant malgré sa fragilité.

Une expérience comme celle-ci est une expérience hors du commun ou chacun donne ce qu’il peut, ce qu’il connait, ce qu’il ressent, vous en reviendrez plus grand, plus fort.

Mille merci également à la Tribu Gagner qui reste en coulisse mais où tout est pensé, organisé dans le moindre détail. Alors n’hésitez pas, ce n’est que du bonheur, une pure merveille, une P… d’expérience. »

Des bisous à volonté

Véro

De Corinne, Infirmière, Donville les bains

Ma première mission humanitaire à Madagascar

Déjà 3 semaines depuis le retour de Mada !  .. des images plein la tête .. des émotions plein le cœur .. !

J’ai vraiment apprécié cette première mission , une équipe formidable , soudée , solidaire et menée par une merveilleuse chef de mission !

Merci à Chantal , si humaine et si efficace , qui a bossé « dur » pour que tout se passe bien et que les choses bougent !!

madagascarUn peu déstabilisée au début car je m’attendais à plus de soins infirmiers et à une collaboration / échange avec les infirmières locales .. il n’y a pas d’infirmières à l’hôpital , pas d’eau , pas d’électricité  .. passé un bref moment de « solitude « , je me suis dit qu’il fallait s’adapter et vite s’adapter .. aborder les choses de façon plus pratique et plus globale ; nous étions la première mission « active » donc il y a tout à faire !! et il faudra plusieurs missions pour « installer » notre activité au sein de l’hôpital .

J’ai beaucoup appris , j’ai découvert la « régulation » , appris à travailler avec le système D , à organiser une pharmacie  ( .. au milieu des crottes de chauve-souris .. :)).

J’ai découvert ce qu’est la mise en place d’une mission : établir les contacts , constituer un réseau avec les différentes autorités ( au prix d’une danse malgache avec la police locale :)).

J’ai appris à composer avec la culture locale avec les moyens locaux et j’ai rencontré des gens merveilleux.

Et à travers tout cela , on apprend toujours un peu sur soi ..

Concernant le recensement / aux puits , la mise en place a été laborieuse ; tous conscients de l’importance de l’enjeu nous étions assez découragés face à l’ampleur de la tâches avec des « moyens » et des infos trop limités . Malgré tout la démarche était intéressante et nous a permis un vrai contact/échange avec la population .

Voilà .. je suis fière et heureuse d’avoir vécu cette expérience si enrichissante, je vous remercie de m’avoir permis de la vivre !

Je suis prête à repartir !!

Corinne ( alias coco .. pour mes amis de la mission :))

De Joëlle, Infirmière

Ma mission humanitaire à Madagascar

Troisième mission médicale avec MISSION HUMANITAIRE et troisième aventure humaine toujours aussi riche de tout, en mélange d’émotions qui marquent à jamais.

Cette mission à Madagascar, au sein d’un hôpital local quasi désaffecté, moi qui suis une infirmière issue de l’hôpital public, m’a permis de mesurer, s’il en était besoin, une fois encore, le fossé existant entre nos installations et nos pratiques, et celles de Madagascar, et par là même l’étendue de la tâche à accomplir.

joelle_madagascarAinsi au rythme de l’Afrique, j’ai partagé avec toute l’équipe composée d’êtres engagés et humanistes, un quotidien de soignant, accompagnant, écoutant … J’ai ressenti tout au long de cette mission toute une palette de sentiments au fur et à mesure des actions engagées et des rencontres humaines. La communication, le partage avec les locaux furent riches et rapidement naturels et évidents ainsi que les gestes médicaux soutenant un regard, un sourire, un échange.

Je me suis tout de suite sentie à ma place au milieu d’un paysage bigarré et des coutumes locales. Ces images restent encore très vives dans ma tête  et dans mon cœur et cette mission motivée par un désir d’empathie et de don de soi m’a apporté davantage encore.

Je rentre riche, de couleurs, d’odeurs, d’une autre culture, mais aussi de rencontres tant au sein de l’équipe que de la population locale que j’ai d’ores et déjà envie de retrouver en 2013 pour mesurer le chemin parcouru et continuer.

Au total une grande aventure humaine, humanitaire, engagée et finalement bouleversante.

De Serge, retraité 61 ans, NANCY

Témoignage Mission à Madagascar du 11 au 25/11/2012

En retraite depuis quelques années, j’ai décidé de consacrer une partie de mes activités à aider les plus démunis.

Grâce à « MISSION HUMANITAIRE » j’ai pu me revenir à Madagascar, après plus de quarante ans de vie professionnelle.

sergemada1_0Intégré dans une équipe d’assistance médicale, j’ai vu, pendant deux semaines, médecins et infirmières se consacrer à soulager une population en grande difficulté. Mais cette mission ne serait une réussite sans la participation de bénévoles qui comme moi ne sont pas des professionnels de santé : accueillir les familles, remplir une fiche pour chaque patient, distribuer les médicaments en fonction des prescriptions médicales telles sont les tâches qui m’ont été confiées.

Deux semaines passionnantes, une équipe solidaire, une population accueillante, dans un pays francophone, le tout  me donne évidemment envie de tenter une deuxième aventure.

A tous ceux qui comme moi bénéficient d’une retraite et d’une bonne santé, je voudrais les encourager à s’engager dans ce type d’action, vous serez largement récompensé par des sourires au quotidien.

Serge, 61 ans, retraité

De Brigitte, Enseignante retraitée

Notre mission au Cambodge en octobre 2012

Très bonne expérience auprès d’un peuple souriant, chaleureux, accueillant … cimg3643

Notre mission en tant que bénévole non médical a été très variée. En effet, nous sommes passés aux différents postes à tour de rôle (accueil, pharmacie, infirmerie, assistance médicale). Cette mission humanitaire nous a permis d’échanger à plusieurs reprises avec médecins et infirmières.

Ils ont eu à cœur de nous intégrer dans l’équipe. Pour finir, un grand merci à notre chef de mission ( pas facile de gérer autant de monde) et… à bientôt ! pour une autre mission bien sûr.

Marianne, Isabelle, Jean-Luc et Brigitte

De Anastasia, Infirmière, Lille

Mission humanitaire à l’orphelinat

Après deux missions effectuées au Bénin cette année avec Mission Humanitaire, mon cœur s’est emballé pour l’orphelinat Amour et Manon. En effet, les enfants y sont trop attachants. Les journées passées à s’occuper d’eux m’ont tellement appris… Les fous rires, les chamailleries, les moments câlins, les devoirs, quelle leçon de vie !!

anastasia_benin-2Les journées médicales ont été aussi très intéressantes pour moi. En tant qu’infirmière j’ai appris énormément de chose : la débrouille mais aussi le partage, le travail en équipe est souvent très important pour être efficace. La population sur place nous attend souvent avec impatience et même si tout le monde ne vient pas pour se faire soigner les moments de partage passés avec eux sont riches en émotions. On découvre leur culture, leur façon de voir les choses et souvent cela nous amène  à réfléchir sur propre mode de vie et notre société.

anastisia-benin_1Au départ partir seule me faisait un peu peur j’avoue, mais l’association mission humanitaire à été à la hauteur des attentes. Une organisation irréprochable, un cadre rassurant et une écoute attentive de chacun d’entre nous. Idéal pour se lancer dans l’humanitaire quand on n’a aucune expérience.

Donc n’hésitez plus une seule seconde !

De Maria, interne en chirurgie, NANTES

3 semaines en mission humanitaire au Cambodge

Quelle aventure ! Quelle expérience !

De retour depuis 15 jours mais cette impression d’y être encore. Prek Eng, « Enzo et Tina », un nouveau chez moi.

Trois semaines passées dans ces lieux avec les enfants, et cette envie de vouloir revenir encore. Tous sont des amours auxquels on s’attache rapidement, auxquels je me suis attachée. Des enfants que j’ai découvert et que je vais revoir :

maria_2Lakman petit rigolo, Somna l’affectueux, Mesa la force tranquille, les jumelles Bunny et Bunna qui pour les distinguer, facile : Bunna est plus grande avec des petites joues pommelées et une bague à son annulaire gauche !!!! toujours motivées et très mauvaises joueuses, Savun la reine pour chambrer, Pek le roi des technologies, Roat et Plek les malins, Kunthy toujours à filouter avec le sourire, Srey Neang la discrétion intelligente, Srey Di l’aînée sérieuse, Srey Noch (que j’ai toujours appelée Srey Na plus simple) une francophile dans l’ âme, et les petits Mitita Laosa Smai et Paneth, des amours. Tous sont des diamants à l’état brut, des trésors.

Barrière de la langue il y a eu. Je ne parle pas Khmer et eux pas Français. Mais chacun faisant un effort pour communiquer, toujours nous nous sommes compris. Moi avec des rudiments de Khmer et eux en contextualisant mes propos. Blagues, histoires de vie, jeux de cartes… pas de problème, nous nous sommes compris !

Mon statut en France : célibataire sans enfant et jeune interne de chirurgie.

maria_1Mon rôle ici : animatrice de jeux, médecin, infirmière, et chaperonne de 17 enfants que j’ai sincèrement aimés … J’ai endossé toutes ses casquettes professionnelles. Allant de la marelle aux sessions de balles aux prisonniers en passant par les matchs de badminton, aux séances coiffure avec les filles ; allant d’un point de vue médical aux examens médicaux, aux vaccinations, aux rappels de l’hygiène bucco-dentaire…

Mais de tout ça ce que j’ai le plus aimé c’est le partage, l’amitié forte crée entre nous tous sans chichi sans artifices et ce de façon simple et égalitaire.

Je vais revenir, il ne peut pas en être autrement. On ne met pas de côté ceux que l’on a aimés même s’ils sont distants de 10 000 km.

On ne laisse pas tomber des enfants, on les aide, on les aime.

Pauline, 19ans, étudiante en économie et gestion

Ma mission humanitaire au Bénin Août 2012

Je suis partie en mission humanitaire au Bénin en Août 2012 et le résultat de cette expérience fût au delà de toutes mes espérances.

Encadrer la vie quotidienne des enfants à l’orphelinat Amour & Manon, c’est que du bonheur, des rires, des danses rythmées au djembé ; les missions médicales m’ont transformé en infirmière d’un jour et chaque moment avec la population me donnait envie de les aider davantage !

pauline-benin

Pour résumer ces 10 jours : une équipe au top, des activités variées, un dépaysement total et des enfants adorables qui m’ont apporté une vraie leçon de vie..

Je suis revenue en France avec des souvenirs pleins la tête et l’envie de repartir en mission ! Une chose est sûre : la mission humanitaire c’était pas bénin!

Connexion Tribu MH
:
: