Créateur de vocations humanitaires 
Autres témoignages

Maillons humanitaires

Une très belle vidéo sur nos missions humanitaires chez MH

Cliquez sur le logo afin de voir la vidéo

 

 

De Hugo, étudiant en licence de Droit et Science Politique

Mon stage longue durée au Cambodge

Suite à une première mission en Inde avec l’organisation sérieuse Mission Humanitaire (MH) durant l’été 2016, mon souhait de m’engager plus sérieusement dans ce domaine s’est concrétisé et ma volonté de repartir en mission s’est renouvelée.

Actuellement étudiant en licence de Droit et Science Politique à Lyon, je souhaitais, dans l’optique de poursuivre des études dans le domaine des enjeux humanitaire, réaliser un stage d’une plus longue durée.

Ma première expérience au sein l’organisation Mission Humanitaire a donc renforcé mon désir de partir à nouveau avec cette association. C’est alors qu’après une courte formation, un simple projet devenait réalité et, le 21 juillet 2017, je décollais pour Phnom Penh, au Cambodge.

Je fus très bien accueilli dès mon arrivée à l’aéroport et, après un court trajet en tuk-tuk à travers la capitale khmer, j’arrivais enfin à la Maison MH où j’allais résider durant un mois en compagnie d’une autre stagiaire déjà sur place et des volontaires de passage en mission.

Dès mon arrivée, nous sommes allés chercher les enfants à l’école comme serait le cas pratiquement chaque jour et, à ma grande surprise, ils étaient tous très impatient de me rencontrer. Lire la suite de cette entrée »

De Daïna (47 ans, Créateur d’entreprise, Paris)

Mission humanitaire à Madagascar

Mon voyage à Mahajanga à Madagascar a été ma première expérience en termes de mission humanitaire.

C’est l’expérience humaine la plus enrichissante qu’il m’a été donné de vivre et ce, malgré près de 30 ans de bénévolat.

Madagascar est un pays très attachant de par la beauté et la diversité de ses paysages mais surtout de par l’accueil et l’hospitalité qui nous ont été réservés par les équipes de MISSION HUMANITAIRE en local ainsi que par les personnes que nous avons rencontrées dans les différents villages lors de nos interventions.

Les journées sont bien rythmées et séquencées afin de s’assurer de la qualité de la prestation à rendre aux villageois via des process bien normés.

 

Les missions sont variées entre l’accueil, le poste d’assistant médecin et celui de la pharmacie. Le travail avec les bénévoles et les équipes locales favorise un échange et un partage culturel des plus riches dans chacun des 4 villages dans lesquels nous nous sommes rendus. Nous sommes au plus près des populations pour bien comprendre leurs préoccupations.

Nous sommes encadrés par un chef de mission et accompagnés par des médecins locaux et des traducteurs afin de faciliter le lien avec les populations locales. L’équipe d’accueil à la maison est aux petits soins pour rendre notre séjour des plus agréables en termes de repas, de tenue de la maison et du linge, de visites de la région et de découvertes de ses richesses et de son artisanat.

Tout a été mis en œuvre par MISSION HUMANITAIRE, pour rendre cette expérience authentique, unique et inoubliable.

Merci à Hélène, à Roselyne et à ses équipes de MISSION HUMANITAIRE sur le terrain.

Daïna

De Ludovic, Ingénieur, Lyon

Mission Pondichéry et Cambodge,

Après une première mission inoubliable avec l’association MISSION HUMANITAIRE à Pondichéry, difficile de ne pas repartir. Cette fois, ce fût le Cambodge, et toujours autant de souvenirs.

Partant donner un peu de notre temps dans un but humanitaire, on culpabiliserait presque de recevoir et de s’enrichir autant personnellement.

Même si MISSION HUMANITAIRE, ce n’est pas de l’humanitaire d’urgence, avec plus de 1 000 consultations médicales dans des villages plus ou moins reculés et le soutien à la maison de protection à l’enfance « Enzo et Tina », on sait que, sans avoir sauvé le monde, notre présence a été utile.

Je pense qu’une mission c’est d’abord des rencontres et des échanges. Nous partageons des temps de sourires et de rires, mais aussi d’inquiétudes avec les patients.

Nous échangeons avec les enfants qui nous font vivre des moments magiques, que ce soit dans une cour d’école ou à la maison de protection à l’enfance « Enzo et Tina ». Nous partageons aussi avec l’équipe locale qui nous accompagne pendant la mission. Et enfin, nous vivons comme une petite famille hyper-attentionnée, composée de bénévoles qui, riches de leurs différences, se réunissent pour 15 jours autour d’un but commun et partagent une expérience unique.

Une mission avec l’association MISSION HUMANITAIRE, c’est également une vraie immersion culturelle. Il me sera impossible d’oublier cette nuit en pagode, réveillé par les tambours des Bonzes à 4h du matin, ni celle passée chez l’habitant dans un petit village. Pas plus que je ne pourrai oublier, avec tout le contraste que cela implique, notre journée de repos passée à visiter les magnifiques temps d’Angkor et à danser dans les rues de la ville plus touristique de Siem Reap.

Bref, j’ai vécu deux aventures extraordinaires. Nous partons avec l’espoir de changer un peu les choses et nous revenons en ayant changé soi-même.

Merci à tous les personnes que j’ai eu la chance de découvrir et d’apprécier durant ces deux missions ainsi qu’à tous ceux qui ont œuvré pour que l’association MISSION HUMANITAIRE existe et devienne ce qu’elle est ; une association sérieuse, efficace et utile pour les populations.

De Sandy, Professeur de physique, Aulnay-sous-Bois

Mission Pondichéry,

Ce fut intense, merveilleux, difficile, douloureux parfois. Riche en émotion.

J’ai fait des rencontres merveilleuses avec les personnes de l’association MISSION HUMANITAIRE ainsi qu’avec la population locale.

Ces personnes qui n’ont rien et pourtant tellement plus que nous. Leurs sourires éclairant les visages parfois marqués par le soleil, par la dureté de la vie. Ces gens qui trouvent le moyen de nous offrir le « tchai », une étoffe, des citrons, des fleurs alors qu’eux n’ont souvent pas de quoi manger. L’amour et la générosité de ces gens qui n’ont rien est incroyable…

Jouer à chat perché en plein soleil avec une trentaine d’enfants et sous près de 40°C, ça n’a pas de prix. Passer du temps avec les petites filles accueillies à la maison de protection de l’enfance « Maasila Home », ce fût si peu de temps et pourtant un attachement infini pour ces princesses.

Les adieux avec ces fillettes, avec les interprètes et les médecins furent déchirants. Et pourtant quelque chose me dit que je n’en ai pas fini avec l’Inde. Il reste tant à faire, mais aussi tant à découvrir… Et puis, les amitiés nouées au fil de ces jours sont des amitiés durables, ces gens sont dans mon cœur.

Le retour en France ? Tout est à mille lieux de ce que l’on a vécu. Il reste tant à faire que je n’ai qu’une envie : repartir avec l’association MISSION HUMANITAIRE.

Nous dormions en dortoir, nous mangions du riz à chaque repas, nous nous douchions à l’eau froide (quand nous avions de l’eau !), mais rien de tout cela n’avait d’importance devant le sourire des populations. Et lorsque vous rentrez, tout semble gris et morose. Merci à MISSION HUMANITAIRE de m’avoir donné la possibilité de découvrir cela.

Il faut du temps pour comprendre à nouveau les soucis des européens, en regard de ce que vit la population indienne. Mais même si ce voyage influe obligatoirement sur votre vie, vous finissez toujours par vous réadapter.

Une chose est sûre, je ne les oublierai jamais.

De Noëlle, Responsable Ressources Humaines, Rhône

Mission Dehradun,

Partie à Dehradun, j’allais effectuer ma première mission avec l’association MISSION HUMANITAIRE, mais j’avais en tête une image de ce qui allait m’attendre.

Je partais sereine car j’ai l’habitude de voyager et je sais m’adapter.

La mission médicale effectuée à Dehradun, ce fut bien sûr les interventions que nous avons faites dans un monastère, une nonnery, un centre d’enfants lourdement handicapés, un centre de personnes âgées mais aussi dans un centre d’addictologie. Mon coup de cœur va cependant pour l’intervention que nous avons faite dans ce bidonville piloté localement par Jeet.

 

A un moment, vu l’affluence de patients, nous manquions de personnes pour effectuer la traduction Hindi/Anglais. Spontanément un jeune de 14 ans, qui vivait dans le bidonville, m’a aidé à renseigner les questionnaires médicaux et j’ai trouvé ce jeune formidable. Nous avons eu le temps d’échanger sur sa vie, qui n’est certes pas facile, mais lui reste humble et simple : il s’accroche. Je sais que ce jeune s’en sortira car il a la volonté et l’envie.

Voilà pour moi la belle image qui reste de cette mission effectuée à Dehradun, au Nord Est de l’Inde.

Merci à l’association MISSION HUMANITAIRE pour le sérieux de leur travail sur place et la pérennité de leurs actions.

De Alizée, Antoine et Clément, Lyon,

De Alizée, étudiante infirmière, Royan,

De Antoine, informaticien, Lyon,

De Clément, militaire, Lyon,

Mission Madagascar,

Quelques semaines après notre retour en France, les liens ont perduré, ce qui nous a donné l’envie de faire un témoignage commun …

Suite à un long voyage, nous arrivons dans notre ville d’accueil à Madagascar, pour une mission humanitaire.

Après une après-midi d’inventaire, nous avons pu découvrir le travail sur le terrain aussi bien à l’hôpital que dans les villages de brousse. L’échange avec la population malgache a été très enrichissant, un peuple qui n’a rien mais qui est prêt à tout donner. Grâce à eux, nous avons pu retrouver des valeurs fondamentales que l’on oublie trop souvent dans notre quotidien, en France.

L’équipe locale nous a permis de vivre pleinement cette mission grâce à leur dévouement et leur joie de vivre quotidienne. Notre chef de mission, a été présent dans le soutien moral et physique (ce qui n’était pas facile tous les jours) mais aussi dans les moments de joies.

Au sein de notre petit groupe, chacun avait sa place permettant un travail performant et des moments de détente forts agréables.

Chacun peut vivre et ressentir cette expérience humanitaire différemment, en ce qui nous concerne tous les trois, nous ressortons marqués et prêts à renouveler l’expérience avec l’association MISSION HUMANITAIRE.

De Noémie, professeur, Mantes La Jolie

Mission au Cambodge,

Je suis tout juste rentrée d’une mission humanitaire médicale au Cambodge, ma deuxième mission avec l’association MISSION HUMANITAIRE. Je dois dire que j’ai encore du mal à réaliser tout ce que nous avons pu vivre …

Ce fût une mission très bien organisée, grâce à notre chef de mission fraîchement certifiée et grâce à l’association MISSION HUMANITAIRE.

Nous avons découvert différentes populations à travers une mission itinérante et, à chaque fois, nous avons été très bien accueillis : des sourires, des remerciements, des fous rires … Certes, la barrière de la langue est présente mais les sourires et les mains tendues remplacent largement le dialogue.

Les consultations médicales avec les médecins sont inoubliables. Nous nous trouvons face à des situations très difficiles, bouleversantes et aussi face à quelques petites situations drôles. Nous transmettons les médicaments selon les prescriptions, le plus souvent dans la bonne humeur avec les autres bénévoles.

Quant au poste accueil, il est très enrichissant et permet d’avoir un contact avec la population. L’équipe khmer est merveilleuse : un grand merci à eux !

Merci à l’association MISSION HUMANITAIRE pour toute l’organisation, merci à toute l’équipe cambodgienne. Un grand merci également à tous les bénévoles de l’équipe !

De Catherine, médecin radiologue, Tours

Mission itinérante Bénin,

Une aventure inoubliable avec une équipe de 4 bénévoles avec qui l’alchimie s’est faite dès la rencontre à l’aéroport.

Une aventure inoubliable avec Léa, notre chef de mission, très professionnelle et humaine, toujours disponible, à l’écoute et de bonne humeur. Merci pour tout !

Une aventure inoubliable avec 3 équipes locales qui se sont succédé au fil de notre mission itinérante. De très belles rencontres avec des Béninois très impliqués dans un meilleur avenir pour leur pays, que ce soit dans le domaine médical ou nutritionnel.

Le contact émouvant avec la population de tous ces villages où pauvreté voire misère n’empêchent pas les enfants de chanter et de danser. Une très belle leçon de vie …

Un emploi du temps très chargé pour assurer au mieux l’objectif médical de cette mission.

Une organisation très structurée traduisant le professionnalisme et le sérieux de l’association MISSION HUMANITAIRE.

Quelques breaks détente bien appréciés Et tous les jours de très belles rencontres et des échanges très enrichissants.

Une seule envie : repartir au plus vite en mission avec l’association MISSION HUMANITAIRE et revivre une expérience humaine extraordinaire.

De Harmony, Éducatrice de Jeunes Enfants, Paris

Mission Madagascar,

A peine rentrée de Madagascar que l’envie de repartir est déjà là …

Après le Bénin, j’ai choisi de partir à Madagascar et je ne regrette vraiment pas.

J’ai vécu une mission humanitaire médicale riche en émotions, rencontré des bénévoles géniaux avec qui l’on a formé une super équipe. Nous avons été encadrés par une chef de mission très à l’écoute et hyper réactive et travailler avec une équipe locale très accueillante et pleine de joie de vivre. Les conditions d’hébergement étaient idéales et l’équipe de la maison au top !

Les consultations médicales dans les villages sont toujours des moments très forts, parce qu’évidemment aller à la rencontre des populations est ce que nous attendons le plus. Malgré les conditions de vie très difficiles de ce pays, nous avons rencontré des gens souriants, des enfants heureux que l’on s’occupe d’eux et qu’on leur propose des activités. J’en profite pour saluer le travail extraordinaire d’Ahamada auprès des enfants, c’est un animateur génial.

Après réflexion, je me dis que même si nous n’avons pas rencontré de pathologies graves et d’urgences vitales, nous avons accordé de l’écoute, donné des médicaments, des soins et des conseils à des personnes qui n’ont pas ou très peu accès aux soins et c’est cela finalement qui est très important.

Il ne faut pas partir en mission en pensant que l’on va sauver des vies ou révolutionner le monde. Mais il faut plutôt se dire que l’on va améliorer un peu le quotidien de personnes qui ont des conditions de vie difficiles.

Et surtout, il est important de ne pas oublier que ce sont les actions pérennes et les passages successifs dans ces villages qui font que les actions que nous menons sont vraiment utiles.

Je garde de cette mission un excellent souvenir. J’ai pris beaucoup de plaisir durant ces 18 jours de mission, avec l’association sérieuse MISSION HUMANITAIRE.

Et je pense que c’est maintenant confirmé et officiel : j’ai attrapé le virus et je ne pense qu’à une chose repartir !

Connexion Tribu MH
:
: